| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> La poésie, les fous et les ivrognes - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : La poésie, les fous et les ivrognes
Publié par Istenozot le 26-05-2017 14:20:00 ( 721 lectures ) Articles du même auteur



Je dédicace ce poème à notre ami Kjtiti qui m'a inspiré ce poème :


Je connais une compagnie de grands soiffards
Qui s’enivrent des mots, des vers et des grands vins.
Ces belles passions, ils les vivent en baladins,
Conquis par la sagesse, sans qu’il y ait hasard.

Aux bois de leur lyre, une folie de fêtards
Est née qu’Erasme chanterait comme le destin
De leurs désirs empressés et bénédictins
D’honorer leur langue, sans en être des vantards.

Sans doute ne sont-ils que des poètes sans gloire?
Mais de la poésie, ils fêtent la victoire,
De la providence des cœurs sur l’infortune.

Avec elle ils ont une relation intime.
Les moments passés avec elle sont sublimes.
A leur griserie, ils ne tiennent pas rancune.


ENVOI :

La pierre des mots revendique des soupirs.
Les épousailles avec eux nous aident à mourir.
Oh belle poésie, vers toi je veux courir !

J’aime ta folie qui crée en moi le nouveau
Qui pousse tous mes malheurs au fond du tombeau.
Oh digne folie, gardes moi dans ton troupeau.

De toi, je veux être le plus fieffé ivrogne
Je suis saoul de tous tes arômes, sans vergogne.
Tu es ma belle jeunesse et non ma besogne !

Jacques Hosotte

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
42 Personne(s) en ligne (10 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 1
Invité(s): 41

barbasa11, Plus ...