| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Equateur - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Equateur
Publié par arielleffe le 23-06-2017 16:56:44 ( 79 lectures ) Articles du même auteur



J’adore la danse, malheureusement, elle ne m’a jamais vraiment aimée. J’ai le rythme dans la peau pourtant, mes pieds s’emballent dès qu’une musique rythmée passe dans les parages. Je tourne, je virevolte, j’occupe l’espace, mais mon professeur coupe vite mon élan :


- Ça ne tourne pas rond Salomé!



“Ça ne tourne pas rond”, je le sais bien que “ça ne tourne pas rond”. Qu’est-ce que j’y peux. Je me concentre, je fais les pas du mieux possible, mais ça ne va jamais. Il paraît que je suis “décalée”. Tu parles d’une surprise, ça ne date pas d’hier.


Le monde semble très bien tourner sans moi de toute façon. Quand je vois mes collègues, tous compétents, tous au courant de tout, et moi qui débarque.


- Tu ne savais pas qu’il y avait une réunion hier?


- Une réunion sur quoi, c’était important?


Tout le monde se regarde d’un air entendu. Je les entends penser tout haut :


- Toujours à l’ouest celle-là.


La réunion se révèle être d’une importance extrême, tout le planning de l’année a été décidé et je suis passée pour la nana qui s’en fout, auprès de la direction.

A la maison ça n’est pas mieux :


- Maman tu te rappelles que tu me laisses la maison ce soir.


- Te laisser la maison? Pourquoi?


Soupir de ma fille chérie.


- Mais parce que je fais une soirée avec mes copines! Je te l’avais dit, tu ne te rappelles jamais de rien!


Zut, et moi qui était fatiguée, où vais-je aller traîner mes guêtres, au ciné? Pas de bol, aucun film sympa, c’est pas le soir, vraiment!


Un beau jour, je découvre que mon appartement est presque vide, des meubles ont disparu, à la place des tableaux de grandes marques blanches rappellent les souvenirs encadrés que j’aimais tant!


- Mais enfin Salomé, réveille toi! Mickael te trompait depuis des années!


Mickael me trompait mais avec qui? Lui qui était si gentil, si attentionné. D’après mes amis, la liste des maîtresses de mon mari équivalait à celle de Don Giovanni.


- Mille e tre, mille e tre…

https://www.youtube.com/results?search ... ovanni+mozart+mille+e+tre


Ma vie se déroule sans moi, j’ai l’impression d’assister à une pièce de théâtre, à moins qu’un mur de verre ne me sépare de ce que les autres considèrent la vraie vie. Les événements surviennent et je n’ai aucune influence sur eux.


“Tu es à l’ouest”, “tu débarques”, “tu ne tournes pas rond”, ils ont raison, je dois agir. Faire quelque chose en accord avec moi-même, une action qui me recale avec la réalité. Il faut que je sois seule, toute seule. Je vais prendre mon bateau et partir. Oui, mais où? Vers le soleil ça va sans dire, vers l’ouest! Une idée germe dans mon esprit, puisque je ne tourne pas rond, je vais aller là où tout est inversé, les étoiles, l’eau qui sort du robinet puis disparaît en formant un virage dans le lavabo, là où les gens marchent la tête en bas.


C’est ainsi que quelques mois plus tard, je passe l’équateur. Mes actions et elles seules m’ont conduite jusque là. Je ne tourne vraiment pas rond, et alors?

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
23 Personne(s) en ligne (4 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 23

Plus ...