| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> La petite - Poèmes - Textes
Poèmes : La petite
Publié par Lamapola le 16-07-2017 15:40:18 ( 40 lectures ) Articles du même auteur



Elle a mis un pull de laine
Sur une chemise à carreaux
Au-dessus des toits, le ciel est blême
Pas très chaud

Un léger vent du nord goûte
Le parfum de ses cheveux roux
Qui se faufile entre quelques gouttes
Comme un fou

Elle marche comme dans un rêve
Qui s’engouffre un peu trop vite
Dans la grisaille du jour qui se lève
La petite

Elle sort de chez Véronique
Qui l’a soignée une fois encore
Hier soir, il y avait des coups de trique
Sur son corps

Comme une peur bleue qui grandit
Elle s’approche de sa maison
Les autres endroits lui sont interdits
Et c’est con

Ses lèvres à cent reprises
Se mordent devant cet enfer
Où un alcoolique terrorise
Ses yeux verts

Doucement s’ouvre la porte
Qui se referme sans un bruit
Elle voudrait que le diable emporte
Son mari

Mais Satan et ses complices
Même s’ils ne sont pas sexistes
Ne veulent pas rendre service
À la petite

Dans son courage elle fouille
Devant la vision des yeux jaunes
Chaque fois elle doit vaincre sa trouille
Pour ses mômes

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
35 Personne(s) en ligne (5 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 35

Plus ...