| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> La Plaine des Confins du Monde, Cinquième Partie - Nouvelles - Textes
Nouvelles : La Plaine des Confins du Monde, Cinquième Partie
Publié par dominic913 le 02-09-2012 14:20:00 ( 572 lectures ) Articles du même auteur
Nouvelles



Mon amie, je chemine toujours au cœur de la nuit afin de repérer tes traces de pas à moitié effacées par la pluie. J'évite les flaques boueuses qui parsèment la plaine aride dont je foule le sol. Je contemple l'horizon nébuleux zébré d'éclairs ; le vent fouette mon visage et empêche mes yeux de percer l'obscurité ambiante. Mais je ne renonce pas à progresser en direction de la Citadelle dont je viens d'apercevoir les contours. La flamme que j'ai discerné il y a quelques secondes m'a en effet permis de savoir quelle direction je dois suivre afin de l'atteindre. Mais je sais que mon itinéraire sera encore long et semé d'embuches avant que je ne puisse parvenir à destination.
Déjà se dresse devant moi le cadavre d'un arbre qui semble avoir été arraché de ses racines, puis projeté au sol avec violence. Ses branches décharnées gisent ça et là autour de son tronc noirâtre et calciné. Des moisissures multicolores et des pustules le recouvrent en partie. Tout autour de lui, des fissures apparaissent et se répandent ; des crevasses transformées en trous d'eau nauséabonds jonchent la steppe non loin de lui. Je me demande quelle sorte de créature a pu ainsi s'acharner sur ces restes arborés. Et je prie tous les Dieux de ne pas avoir croisé son chemin.
Je dépasse ce cadavre résineux, qui, comme tous les débris que j'ai déjà croisé, me montrent à quel point ces lieux sont hostiles ; si je n'en n'avais pas déjà été convaincu avant d'entreprendre cette Quête au-delà de la Frontière. En même temps, je n'ai pas d'autre choix que d'avancer : mon amie a besoin de moi. Je sens le danger et la mort l'environner de toutes parts ; et je suis peut-être le seul en ce monde à pouvoir la secourir. Car peu de personnes peuvent se targuer d’être déjà revenu vivants - ou sains d'esprits - des Territoires Obscurs. Peu peuvent se vanter d'avoir réussi à ressortir de la Citadelle Écarlate sains et saufs. Je suis l'un d'entre eux. Et c'est pour cette raison que j'ai décidé - sans hésiter - de me désigner volontaire pour porter secours et assistance à cette amie chère à mon cœur ; cette amie qui a eu le malheur de s'y aventurer sans savoir quelles épreuves l'y attendaient.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 06-09-2012 19:05  Mis à jour: 06-09-2012 19:05
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9072
 Re: La Plaine des Confins du Monde, Cinquième Partie
L'ambiance est prenante.
Il y aura une suite ?
merci
dominic913
Posté le: 08-09-2012 11:04  Mis à jour: 08-09-2012 11:04
Plume d'Or
Inscrit le: 06-02-2012
De: Valognes
Contributions: 312
 Re: La Plaine des Confins du Monde, Cinquième Partie
Oui, il y aura une suite, dans les jours et les semaines qui viennent, a raison de un ou deux textes environ par semaine. Je suis heureux que cela te plaise ; j'attends de tes nouvelles. Amicalement. Dominique
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
29 Personne(s) en ligne (3 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 29

Plus ...