| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Gréve aux pieds de la pyramide de Kheops. - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Gréve aux pieds de la pyramide de Kheops.
Publié par Titi le 15-10-2017 08:40:00 ( 39 lectures ) Articles du même auteur



.


S’il est un droit que je défends
C’est bien celui du droit de grève
Ce droit acquis par nos parents
Quand les patrons gardaient les fèves.

…….de nos parents ??? ce qu’un réve !!
Le scribe Amennakht, assurant
Sur le ‘’Papyrus de la grève’’ ***
Que cela existait avant.

Cela date d’avant Ramsès*
Quand les ouvriers mécontents
Ont dit, à Kheops, nous on cesse
De construire ton monument.

Il s’agissait de Pyramide
Edifié pour le Pharaon
Les salaires étaient en liquide
Sous la forme de provisions.

Mais pour des raisons fort douteuses
Les soldes n’étaient plus versées
Le fait d’une action frauduleuse
D’un responsable bien placé.

Plus de trois milles années plus tard,
En l’état les choses demeurent
Les nantis bouffent du caviar
Quand les indigents, de faim, meurent.

Ainsi sont et seront les hommes:
Le gout de l’argent dénature,
Quand la soupe devient trop bonne,
Leur gout pour l’autre est en rupture.

Pourtant, il faut garder l’espoir,
Qu’un jour prochain, enfin se lève,
Un avenir venant surseoir
A l’actuel : marche ou bien tu crèves……



*Document datant d'environ 1190-1070 av. J.-C, relatant la gréve des ouvriers dans la vallée des rois Ce papyrus, est conservé au musée de Turin.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Auteur Commentaire en débat
Ermite
Posté le: 17-10-2017 13:59  Mis à jour: 17-10-2017 13:59
Plume d'Or
Inscrit le: 31-03-2014
De:
Contributions: 1266
 Re: Gréve aux pieds de la pyramide de Kheops.
L'argent, le pouvoir dont on ne cesse de voir les effets ( les souffrances des femmes....)
Droit de grève et droit de dire non.
A propos de la forme de mon poème, cela commence à peu près comme un pantoum, mais après.......
Cette forme n'existe pas, elle s'est imposée pour appuyer, faire ressentir une pesanteur, une douleur de l'âme.
J'espère y avoir réussi.
Merci pour ton poème.
Amitiés,
Ermite.

Répons(s) Auteur Posté le
 Re: Gréve aux pieds de la pyramide de Kheops. Titi 18-10-2017 19:20
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
25 Personne(s) en ligne (10 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 25

Plus ...