| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Le temps s'en va - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Le temps s'en va
Publié par modepoete le 26-10-2017 14:00:00 ( 15 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l





Utilisant le four micro onde
Regard sur sa digitale montre
Où s’égrenaient les secondes
Mon esprit changea de monde

Adossé au vide du néant
Qu’accompagnait le temps
Il n’était pas sur le devant
Derrière, pas plus autant

Il me fixa, me dit : -Moi j’avance
Je ne sais rien faire de plus dense
Je donne au tout le pas de danse
Avant que ne fut le désordre des alliances

Je vous demande de me compter
Tel que je me présente dompté
A votre mesure très rigidifiée
Depuis le premier pas d’infinie vacuité

Mon identité est un espace d’évolution
Ma capacité, avancer sans supplication
Je suis grand maître des révolutions
Si je m’arrête le néant sera altération

Je ne suis pas cyclique mais linaire sans fin
Rien ne me croise, rien ne me rattrape sain
Je suis toujours présent d’un constant entrain
Je me donne le temps d’être le temps certain

Il y a ceux qui veulent faire croire que je ne suis
Je leur demande pourquoi ils sont là à ce défi
Mon temps le plus infime est leur ennemi
Ont t’ils déjà vu le petit du plus petit que petit

Je suis dans la limite extrême de ne pas être
Mais pour votre bonheur je me dois de paraître
Pour que vous marchiez vers votre jour de naître
Comme celui de vous mener à cette fin de traître

J’ai tout connu, je connaîtrai le tout sans relâche
Mais je ne peux revenir au passé c’est très lâche
Cela ne m’intéresse pas, l’avenir est ma tâche
Générant l’évolution d’un tout univers en marche

Demain votre soleil, votre terre oubliés
Car j’avancerai pour fructifier d’autres nouveautés
Vote système aura épuisé de mon temps sa durée
Vous ne reviendrez plus car j’oublie à jamais

N’essayez pas vainement de me corrompre
En faisant croire fallacieux que je suis ombre
Transformée ailleurs au delà du système de votre monde
Partout je suis le temps unique en chaque rencontre
¤
Votre cas n’est pas unique, moi aussi de mon périple
Je trouverai un temps de l’instant d’instants pénible
Pour disparaître dans le néant du néant admissible
Plus rien, ni personne ne sera là pour mon deuil coercible.
ƒC

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
26 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 26

Plus ...