| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Chevalier des temps heureux - Poèmes - Textes
Poèmes : Chevalier des temps heureux
Publié par modepoete le 07-09-2012 10:48:32 ( 722 lectures ) Articles du même auteur





C’était grand froid, les arbres maigres se fendaient
Ma peau sèche s’attisait comme un fragile fer chaud
Et mon corps tout entier tremblant se meurtrissait

Au coin d’une porte cochère familière j’entrevois
Cet homme hagard aux yeux bleus, filet de glace
Je le provoque détendu de mon regard sournois

Trop troublé, avide je me suis approché de prés
Sa crasse et ses guenilles d’intérêt le servaient
Chevalier des temps heureux, placide il le savait
Il avait noble port, de son moral il me dominait

Je lui ai demandé intimidé si je pouvais l’aider
Il m’a dit être très pressé, de ne pouvoir me parler
Afin de rejoindre le terme de son dernier voyage
Un furtif regard, il pleurait sur son dernier paysage

Ma main je lui ai prêtée, pour dans la paix se bien aller
L’ai certifié: La beauté n’a de vrai qu’une sagesse d’âme
Quand elle se va dans la tranquillité loin de l’infâme
L’or de tes yeux tu m’offres, héritage de ton sourire flatté
Il est parti discret, au lit éternel des âmes oubliées
☼₣€

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 08-09-2012 20:18  Mis à jour: 08-09-2012 20:18
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9049
 Re: Chevalier des temps heureux
Citation :
C’était grand froid, les arbres maigres se fendaient
Ma peau sèche s’attisait comme un fragile fer chaud
Et mon corps tout entier tremblant se meurtrissait


J'ai aimé , ces images sont belles.
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
45 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 45

Plus ...