| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Dans la chaleur du Nevada - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Dans la chaleur du Nevada
Publié par Donaldo75 le 19-11-2017 16:11:47 ( 16 lectures ) Articles du même auteur



La chambre du motel me parait minuscule
perdue dans le désert du Nevada
au milieu de nulle part.

La chaleur étouffante mange le ventilateur.
Je ne sais plus s’il faut
respirer transpirer
ou simplement exister.

Où es-tu ?
Je t’appelle
tout le temps.

L’air brûlant enflamme les rares mouches
trop occupées à dévorer ma peau
luisante dans la pénombre.

Le temps va bientôt s’enterrer dans un nid de crotales.
Je bois pour oublier
la poussière les cactus
le goût du café froid.

Que fais-tu ?
Je pense à toi
du soir au matin.

Le rouge sanguin avale les restes jaunes
du soleil perdu sur l’horizon
de mes rêves avortés.

La nuit s’annonce chaude fœtale confortable.
Je me sens à l’abri en son sein
loin des rues de Vegas
et notre mariage annulé.

M’entends-tu ?
Je crie partout
mon amour sans voix.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
27 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 27

Plus ...