| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Voleur du temps futur - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Voleur du temps futur
Publié par modepoete le 19-11-2017 18:29:00 ( 14 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l






Voleur du temps futur tel se le veux ma raison
Observer les espaces entre les espaces
Se forger des sondes révélatrices de traces
Qui détermineront les bonnes relations

Courir sur le grand noir des ondes inviolées
Attendre les lumières donatrices d’images
Qui vous révèlent les vérités des ripages
Illusions du bien dérivé du mal instantané

Douanier pertinent des fuites persécutrices
Au devoir d’étouffer les passages de l’immonde
Construit ou à construire sur notre sage monde
Pour reconvertir ces maux en sources novatrices

Faire coïncider le bien demain au bien présent
Qui engendre le bonheur à l’age du temps d’éternité
Ne pas laisser le furibond s’asseoir sur l’anxiété
Mais Prédire le flux des ficelles qui ordonnent bel instant

Ne plus se laisser conduire aux seuls mots indécents
Donner de la voix, de la rage à la couleur des cris
Pour étourdir les entêtements sauvages trop épris
De leurs déraisons de cracher hargneux l’impudent

Constater les lésions furieuses des passes séculaires
Comprendre les expériences de toutes les impatiences
De vivre dans la paix d’une ritournelle en jouissance
Toutes nations indépendantes affiliées à la solidarité

Tant que nos mains seront fraîches, en notre pensée vivace
On volera ce futur pour dire et redire l’inconséquent
Tremble! Toi l’impertinent, on dévoile ta chienlit démente
Tu n’auras de cesse de crier : - Je ne veux plus être ce fou rapace

Ces mains endeuillées du sang de nos tristes indignations
Déverseront sur vos pensées vos immondices véreuses
Qui détruiront vos fausses sagesses au fond du poreux
Passoire des jus de la vérité sur vos corps en sanctions

On gardera pour notre paix, traces de vos ADN de putréfaction
Vos bouches, vos lèvres ne persifleront plus le mal
De vos langues perfides quand les écumes de vos rages s’affalent
Sur notre surdité qui se repose aux calmes de nos jubilations.

Voleur de ce temps futur, du traumatisme on se préservera
De ces chefs gouailleurs leur discours sarcastique
On l’annihilera avant qu’il ne l’eusse émis sympathique
Ils ne pourront plus nous gruger en leurs maléfices de scélérat
ƒC

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
29 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 29

Plus ...