| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Un amour géant - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Un amour géant
Publié par modepoete le 26-11-2017 15:55:51 ( 17 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l




Mes yeux ont illuminé
Les terres de ton corps
Pour rejoindre ton port
Et me jeter à ton quai
¤
Sur les mers du temps
Ont vogué mes baisers
Flotte de ma sensualité
Sur tes lèvres d’aimant

Mon cœur t’a raconté
Toute ma tendresse
De t’aimer en délicatesse
Fidèle de mille sincérités

Mes mains se sourdinent
Contre la coque de ta peau
Vaguelettes d’ondes duo
O Proue pourfend notre intime!

Les mots déferlent en vague
De ces écumes du bel amour
Se projettent aux alentours
De ta pensée, elle divague

Ta passion surgit, sur le pont
Parcourt les saines coursives
D’où suintent, toutes mes envies
De t’aimer, t’aimer à l’unisson

De la tempête, de tes pulsions
J’embarquerai, sur le bonheur
Pour te sauver, digne bâfreur
D’un amour, force dix, ô fusion

Du calme ; de ta beauté, ô sérénité
Je me reposerai, sur ton corps
Pour rouler de bâbord à tribord
En ces enchantements renouvelés

Les écoutes se laissent filer
Le long de tes reins qui geignent
Les voiles libres, au vent peignent
Les arabesques, des courants amoureux

Sur les quarantièmes rugissants
Se découvriront nos expériences
Enlacés au corps à corps, sapience
Nous gardant aux folies, s’ancrant

Les courants, de nos pleines vies
Nous ferons voguer, aux avenirs
Vers ces caps, espérance de désirs
De nous aimer, nous aimer ravis

Quand notre vieux rafiot, d’amant
Quittera à l’éternel, le dernier quai
Nous magnifierons là, l’ancre dévouée
De notre amour, jeté dans ce fond géant.
ƒC


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
25 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 25

Plus ...