| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Les loups s"installent dans la bergerie - Poèmes - Textes
Poèmes : Les loups s"installent dans la bergerie
Publié par modepoete le 29-01-2018 13:40:00 ( 106 lectures ) Articles du même auteur



https://i62.servimg.com/u/f62/17/77/98/61/2018-029.jpg" title="">https://i62.servimg.com/u/f62/17/77/98/61/2018-029.jpg





Le loup s’est installé dans la bergerie’
Toujours trop maigre se dit-il être
Il va tout dévorer de ce qui lui sera fourbis
Il n’aura pour sûr aucun répit, aucun souci
Les maitres du temps lui octroient toutes libertés
Il ne laissera au pauvre travailleur dépité
Que des rognures de vie sociale
Qu’il dissimulera en des niches frugales
vingt et une seconde pour fabriquer
Une voiture ballotée, chérie par l’artificiel
Un million cinq cent mille voitures par an
Pourront ‘ils vendre tout ce fatras
Alors gageons que le loup ses rognures
Il ne les conservera certainement pas

On se doit de se pose une question simple
L’humanité est-elle mature, consciente
Va-t-elle laisser les loups les égorger
Jusqu‘au dernier, résigner à ne se révolter
Saura-t-elle mettre règles, mettre équité
Afin que le progrès ne désagrège nos cerveaux
Dans une folie collective sans grand discernement

Le revenu universel ne sera pas la panacée
L’humain a et aura toujours besoin de reconnaissance
De démontrer que le sens de sa vie est d’être utile
Le progrès nous mène vers le fruit de l’indifférence
On ne pense plus, on ne fait plus,
De décisions on ne prend plus
La facilité doit-elle, nous mener vers l’inaptitude
Alors OUI
Les robots vont nous rendre muet, vont nous aliéner
Voilà Fruit nouveau que l’on répugnera à croquer
L’employé, le travailleur, l’ouvrier dans ses difficultés
Avait trouvé sa place dans cette société des trop riches
Ils avaient trouvé une seconde famille qui participait
Pour le mieux vivre, le bienfait de leur famille intime
Qu’en sera-t-il demain, quand les loups vous auront tout pris

Le temps s’écoule et les loups prolifèrent
Gardons nous de penser à leur santé
Rêvons, pensons, protégeons le vrai de l’humanité
Cet humain que les loups veulent régenter
En les ankylosant dans ce progrès mal orienté
Mal jugulé, mal déterminé, mal partagé
Car demain si l’économie est cette oeuvre
Déterminée par la demande et l’offre
L’offre existera-t-elle encore
Si la demande s’éteint faute de subsides
ƒC

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Auteur Commentaire en débat
HND
Posté le: 04-02-2018 13:35  Mis à jour: 04-02-2018 13:35
Débutant
Inscrit le: 26-01-2018
De: 22570 LANISCAT
Contributions: 19
 Re: Les loups s"installent dans la bergerie
Je suis désolée mais ce texte s'apparente plus pour moi à une réflexion philosophique, certes de qualité, qu'à une forme poétique proprement dite. Il me semble que la poésie "surfe" plus sur l'évocation, le ressenti, le non-dit, l'intuitif, et surtout les images ...qui manquent cruellement à vous lire. Mais je respecte votre propos réaliste et "moralisateur" destiné sans aucun doute à mettre l'humanité en garde contre les dangers qui la guettent.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
18 Personne(s) en ligne (3 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 18

Plus ...