| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> « La misère » - Poèmes - Textes
Poèmes : « La misère »
Publié par Johan le 27-03-2018 17:20:00 ( 556 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes



« La misère »

Je marche la tête basse, le cœur en colère,
Jetant mon pied dans les cailloux esseulés,
Les envoyant hors de mon chemin de galère,
Les imaginant êtres, cette société éhontée.

Je ne suis qu'un miséreux de tous rejeté,
Entouré d'êtres vaniteux et narcissiques,
Tenant déjà en main la pierre à me jeter
Si jamais, leur aide, je venais à demander.

Me voir les incommode. Alors ils circulent,
Le regard rivé sur les bouts de leurs souliers.
Mais cette gêne, dernier relent d'humanité, passera,
Lorsque, au chaud, chez eux, ils entreront souper.

Après tout se disent-ils, cyniques et bienheureux !
Ne faut-il pas, en ce monde, un peu de miséreux ?
Pour que l'aumône désintéressée que nous leur faisons,
Amoindrisse le montant des impôts que nous payons !

Et puis franchement, se disent-ils hypocrites encore,
Pourquoi y aurait-il à redire qu'ils soient là en dehors,
Si, le bien qu'ils se font en tapant du pied dans les cailloux,
Nous évitent d'être obligés de les traiter comme des voyous.

Hier, comme eux, je m'accommodais des miséreux.
Pétri d'indifférence, d'eux, je détournais mes yeux.
Perdre ce qu'on a construit sans en être responsable,
Aujourd'hui c'est sur moi que ce malheur s'installe,
Demain, peut-être, cette souffrance sera pour eux.

Je marche toujours la tête basse, le cœur en colère,
Jetant plus fort mon pied dans les cailloux esseulés,
Les envoyant plus loin hors de mon chemin de galère
Imaginant cette fois que mon pied frappe tous ces blasés
de ma misère, prêts à me lancer la première pierre.

Johan (JR.).

Je dédie cette poésie à « Annie » et à « Mondo », rejetés de la société des hommes, et même des rues de ses villes !
A vous deux, avec toute ma profonde et amicale admiration pour votre courage et votre dignité !
Je vous aime !


Image du film : " les Amants du Pont Neuf "

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
41 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 41

Plus ...