| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Il était une fois Minèrba (Minerve) - Nouvelles - Textes
Nouvelles : Il était une fois Minèrba (Minerve)
Publié par Johan le 04-05-2018 10:00:00 ( 114 lectures ) Articles du même auteur
Nouvelles



Il était une fois Minèrba (Minerve)

Le blanc rosé du ciel de ce jour naissant, s'était coloré d'azur à mesure que le soleil montait.

Les ombres des petits nuages que poussait le vent "Cers", coulaient dans les ruelles du village, assombrissant les pierres des maisons avant de les faire éclater de lumière sous ce soleil de mai.

Depuis un moment déjà, tintait haut et clair le bruit de mon marteau sur l'enclume rappelant à tous, s'il en était besoin, qu'il était temps de vaquer à leurs occupations quotidiennes

Les portes ouvertes des remises laissaient naître, en leurs milieux, les carrés d'obscurité d’où s’écoulaient les bruits du travail des hommes.

Malgré l'absence des troupeaux sortis après la traite de l'aube pour boire et pâturer, les entrées des bergeries laissaient encore s'échapper une douce tiédeur emplie des âcres et mielleuses senteurs d'herbes fraîches, d'animaux, de fourrage et de cuir.

Pendant que les enfantelets, tous propres de la toilette du matin, assis dans un coin d'ombre, essayaient de sortir de l'enveloppe de sommeil qui les engourdissait encore, en jouant silencieusement avec des cailloux de la Cesse, leurs mères s'activaient aux tâches laitières qui transformaient le lait des brebis et celui des chèvres en fromages.

En s'interpellant gaiement de leur voix cristalline, des jeunes femmes remontaient d'un pas lent et rythmé du puits « Sant Rustic », l'eau nécessaire à la vie de ce jour.
Elles laissaient derrière elles, comme témoins de leurs rires, les traces humides des paquets d'eau qui, en s'échappant de leurs seaux de bois pendus au bout d’un balancier d’épaules, s'écrasaient dans la poussière du chemin aussi rudement qu’une claque sur une joue.

De temps en temps, la lourde porte grinçante d'une maison, pivotant sur ses gonds, dessinait dans l'ombre qui tapissait le sol, une bande de lumière ou se détachait la silhouette d'un Bon Homme s'en allant prêcher et aider aux travaux des champs sur le Causse environnant.

Si le hasard de votre présence en ce lieu, faisait que votre regard croisa le sien, vous étiez sur d'être salué par un sourire radieux plein de joie et de sérénité qui vous emplissez de paix et de bonheur pour la journée entière.

Plus tard lorsque toutes ces tâches, découlant des labeurs matinaux, seront finies, ce seront aux métiers à tisser de faire entendre le chant de leur battant.

Aux abords du château de Messire Guilhem et de Dame Blanche son épouse, les étals des marchands se garniront des victuailles que viendront choisir celles qui tiennent maisonnées et tablées d'hôte.

Ainsi commençait une journée ordinaire en la cité de Minèrba (Minerve) en ce printemps de l'an de grâce 1209 un an tout juste avant que l’Eglise de Rome et ses croisés du nord, en fassent un enfer !

Johan (JR.).

Minerve est un village d'Occitanie situé dans le département de l'Hérault

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Helene
Posté le: 05-05-2018 17:00  Mis à jour: 05-05-2018 17:00
Semi pro
Inscrit le: 13-04-2018
De: REIMS
Contributions: 88
 Re: Il était une fois Minèrba (Minerve)
Merci de ce beau texte qui nous transporte aux temps du moyen-âge
dans la douceur de début de journée à Minerve.
Ce voyage bucolique dans les dédales de ruelles pavées et entourées de murs de pierres m'a enchantée.
Amicalement.
LN.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
41 Personne(s) en ligne (10 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 41

Plus ...