| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Existence - Poèmes - Textes
Poèmes : Existence
Publié par Helene le 08-05-2018 00:00:00 ( 138 lectures ) Articles du même auteur



En tout premier lieu, nous traversons notre enfance,
Emplie d’amour, de jeux et bercée d’insouciance.
La deuxième étape en est bien l’adolescence,
Le passage piéton jonché de turbulences.

Nous y apprenons la croissance et décroissance
De l’insolence en réponse à leur ordonnance,
La variance de nos hormones encore en latence
Nous fait voir l’impertinence face à l’exigence.

Si nous possédons la chance d’une bonne ambiance,
Protégés, forts de clémence et de tolérance,
Nous parvenons en toute confiance à l’adulescence.
L’exaltation des sens est en recrudescence…

Au programme : luminescence et danse à outrance,
Nos cœurs balancent entre influences et résistances…
Mais n’est que ruines de l’âme jouissance sans conscience !
Le pire danger est là : d’en avoir l’inconscience !

Nous cherchons ensuite à gagner notre pitance,
Obtenir une Licence, chercher une résidence…
Selon les circonstances, certains passent une alliance.
Croît en nous l’envie de fonder une descendance.

Le miracle de la naissance est transcendance,
Délivrance et du cœur de la Vie même l’essence.
Que de joies, de bonheur et de beautés intenses !
Notre vie s’embellit, se pare de bienveillance.

Devenir un parent nous apprend la patience,
Insomnies en fréquence n’ont aucune incidence,
Tout à notre joie et à notre pétillance,
Protéger nos petits devient une constance.

Il arrive que des couples soient maudits de malchance…
De voir son inconsistance ou sa malveillance…
D’aucun souffre de violences ou même de démence.
La seule solution est de partir en instances.

S’enfuir de la répugnance offre une Renaissance.
La vraisemblable décence réfute l’ignorance,
Et condamne durement tout fait de vengeance.
Il faut du courage contre la désespérance.

La persistance du Passé d’anciennes flagrances
Nous empêchent d’avancer, un peu trop denses.
A nous alors d’en tirer les bonnes conséquences…
La brillance de l’espérance est toute en nuances.

A force d’un peu de permanence et d’insistance,
Tout en gardant une très forte vigilance,
Nous pouvons faire taire notre insidieuse méfiance
Et nous permettre de rêver d’évanescence…

De la vulgaire et criarde fluorescence,
Mieux vaut se diriger vers une opalescence.
L’incandescence de certains silences
Doit laisser place à l’opulence de l’assurance.

Je ne dis pas de supprimer l’intransigeance,
Ni même de diminuer nos exigences.
Il faut démarrer une nouvelle croyance,
Bannir les coïncidences et faire connaissance.

Taire les sales défiances et faire à nouveau confiance.
Je dis que communiquer est une évidence,
Un passage obligé pour toute appartenance,
Pour qu’enfin nos cœurs se lient en toute luxuriance….




Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
41 Personne(s) en ligne (11 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 41

Plus ...