| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Le riche et le fou - Poèmes - Textes
Poèmes : Le riche et le fou
Publié par modepoete le 13-06-2018 14:30:00 ( 21 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l




fou et le riche

Bonnes gens savez-vous
Que l’on me dit fou
Serait-ce moi, serait-ce vous ?
Puis-je savoir ?
Serai-je simple grigou
D’être pauvre esprit à vouloir
Dans mon monde, du sans faire valoir
Que le grand manège est votre foutoir

Un homme achetait à crédit
De belles œuvres d’art vieillies
On disait de partout, saturé d’envie
Qu’il était riche et fou, que nenni !
Que pensez-vous de ce peu soucieux
Créancier ; Bien trop prétentieux
Couvert d’engagement fallacieux
N’est-il pas fou ! En vendant audacieux

Il était que ce riche cacha malaisé
Ses œuvres dans son noir grenier
Voulant éviter rénovation et vétusté
Pour cupide se dispenser de frais
Qu’aura-t-il à gagner en ruminant
Si la vermine lui ruine son tempérament
Rongeant l’œuvre et ne lui rendant
Que poussière de lésine contre prêts déments

Tout autant est-il une raison
Que d’être riche vous procure l’admiration
De détenir cette majestueuse sensation
Le pouvoir sans partage de votre sublimation
On vous donnera le large honneur
De La bonne vaillance pure des ardeurs
Vous récolterez la bonne réputation des seigneurs
Et la saine moralité en gage de vos saveurs

Hors un jour un fou rencontra hasardeux
Dans la rue l’homme riche et lui dit soucieux ;
- Monsieur l’homme riche ! Je suis Dieu
- je ne possède rien pas même un mieux
- Mais Vous ! Qui êtes vous donc!
- Que puis-je être de vous dans mon esprit fou
Moi dit l’homme riche touche tout :
- je suis le pauvre terrien, je ne possède que tout

A vouloir posséder le pouvoir du tout sans façon
Vous enfermez votre folie dans votre pâmoison
Moi, dit le fou! -Savez vous je suis riche de ma raison
Vous, n’êtes vous pas ! Pauvre de votre déraison
À vous comprendre je ne suis plus simple pou
Riche opulent, orgueilleux que l’on dit fou
Qui se niche facile dans votre esprit flou
Pour vous aider à éclipser votre instinct de loup
Partagez vous ainsi , folie d’être entre fou.
ƒC


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
34 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 34

Plus ...