| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Le capitaine et le matelot - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Le capitaine et le matelot
Publié par modepoete le 06-07-2018 13:29:53 ( 55 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l


Le Capitaine et le Matelot

Sous un ciel lumineux,
Un vaisseau à la proue légendaire
Fendait la vague sur la mer débonnaire
Vers des mondes : Nouveaux plantureux

Au nouvel horizon redessiné la vigie cria :
- terre, terre
L’esprit ravagé, par les richesses du destin
Oubliant les moments de tempêtes magenta

Le capitaine fit laver la grand’cale au matin
Pour encaisser les trésors mirifiques de la terre
Trop prés d’un butin, encor imaginaire
Absorbé du luxe, il ne rêvait qu’à son demain

Un matelot, pauvre de pensée s’en vint
Au haut du mat de misaine pour interpeller
Son capitaine, sombrant dans l’extase de l’irréalité
-Capitaine ! À l’avant! Voie d’eau au bouchain

Le capitaine trop tiraillé par l’hallucinant mirage
Invectiva le matelot dont le seul tord décent
Fut de comprendre l’indomptable péril imminent
- matelot à votre poste ! Que ne puisse ma rage !

Le matelot tenta de raisonner son capitaine
- Capitaine nous prenons l’eau, agissons
- A spéculer des rêves de luxes, nous n’aurons…
Si la mer recouvre notre mât de misaine

Las des jérémiades de son matelot, le fit renvoyer
Au fond de cale pour ne plus l’entendre se plaindre
Demanda que l’on hisse toutes voiles pour atteindre
Au plus tôt la terre féconde, objet de son délire abstrait

Le capitaine, seul maître à bord, ne voulut écouter
Le matelot prudent, maître de son art au devoir d’obéir
Le vaisseau s’engloutit sans rescapé, enseveli par les vils désirs
D’un pouvoir impérieux au péril d’expériences désintéressées

Que vous soyez meneurs politiques, religieux, entrepreneurs
Sachez écouter le fond de votre monde qui gronde l’expérience
Elle vous préservera du péril de votre intangible science :
Celles d’ambitions absolues dont nul ne veut partager la faveur.
ƒC



Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
30 Personne(s) en ligne (6 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 30

Plus ...