| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Flagellation des sentiments temporels - Poèmes - Textes
Poèmes : Flagellation des sentiments temporels
Publié par clementus le 19-08-2018 04:55:40 ( 49 lectures ) Articles du même auteur




« Des pluies de cors in- essentiels fuyaient dans les terres des pensées bleues »
« Des enfants riaient dans les pains d’étoiles ou demeurent des doigts blés »
« Des corps enchâssés, se promenaient dans les étoiles, de nénuphars plastiques »
« Des flûtes incarnées pontifiaient, dans les ivresses des yeux violoncelles »
« Des enfantements épuisaient, les pieds blancs des matricielles maman liquides »
« Des cœurs ensoleillés en pâmoisons des chants cérébraux, ô visages élastiques, ô peignes des fusées blondes, les ivresses des doigts pleines, de molécules rousses, ô visages transpercés des alcools péchés »
« Des cœurs de cygnes prolongeaient, les extases bénies, des cieux tendancieux, des cous sacrifices ! »
« Des mains éblouies par les mécaniques, des hivers mathématiques, aux rapprochements des fenêtres à couteaux, des offenses lyriques, ô fragrances durcies, de blés pachydermiques, ô ivoires des tors manichéens, sacrifices !!! »
« Des éboulements de solitudes incréées, pavoisaient les dimanches épileptiques, des mélancolies tziganes, des douleurs à peaux d’orange écartées, de commissures visibles, des bateaux aux lèvres d’écumeuses, les tristesses laiteuses, blanches, ô orages physiologiques, des lumières châtrées, des corps invisibles, ô écueils ?
« Des tempes durcissaient les prolongements, des cicatrices aux prétextes des filaments, d’astres téléguidées, des langueurs de libellules suicidaires, ô plaintes des esprits morcelés, des affres linguistiques, ô pervenches dynamiques, ô chairs construites, dans les éboulis, des peaux microscopiques »
« Des oublis menstruels, des torches pâmées, les boursouflures des animaux lépreuses, aux religions, de raisins acoustiques, les pouvoirs sentiments, les présents ourlés, de diamants musiciens ! »
« Des fleurs ténébreuses, fuyaient les insectes châtrés, les pétales rêvaient de lunes circoncises, de statues intuitives, de tissus aux écoutilles, des ensemencements oubliés, ô végétations anatomiques, les masses identiques, les parfums squelettiques, les odeurs théâtrales, les attouchements, des pommes hiérarchisées, des fruits défunts, des nourritures émotionnelles, des incandescences aux miroirs vivants ! »
« Des rivières hilares, dansaient dans les couches d’eaux magnétiques, des aquatiques tourbillons, des phantasmes quantiques, ou se pénètrent les chiffres existentiels, des poissons esclaves de murmures, les clapotis fondamentaux, des salives urticaires, des araignées, éprouvées des bateaux, aux splendeurs cathédrales, les baignades d’yeux, roucoulés des alcools, ou dégoulinent, affrontent les ecchymoses trempées, de fluides articulaires, de transparence réfléchies »
« Des oiseaux éprouvettes, liants des somatiques, de fusées organicistes, des pulsions incandescences, des bijoux éclatés, de polyglottes sourires comestibles, les comètes espérances, les ingrates philosophies, des blasphèmes économiques, les papillons phonétiques, les bagues mariées, de synergies contemplatives, des densifications sublimées, des nuages plantés, de citrons solaires, des reflets crépusculaires, des miroirs euthanasiés, des langueurs démographies.. »
« Les stationnaires équilibres, des béquilles d’alcools profondes, les ivresses des chevelures statiques, morphologiques, les clowns climatiques, des désirs accouchements, des vies engendrées, de stylos engrammes, ô nouveau né des existences œcuméniques, des âges réfringents, les vertiges, de la naissance imagos extensifs, les larmes de la reproduction hypostasiée, ô devenir des matières osmotiques, ô contingences, des cires quantiques, des homéostats temporels »
« Les têtes informatiques, piégées de cailloux d’écrevisses, des mentaux jambes, les propédeutiques religions, des souvenirs azotés, des éclosions murmurées, des sapins atomistes, des grottes de jauges imaginaires, des complexions vespérales, écrasées par les couloirs des nudités, nidations, par les machineries des soupçons pubescences, des doutes avalés, en des terminaisons, de calvities sensitives  ! »
« Des libations de pleurs, couchées de frissons, de tremblements, des tirelires, en gouttes hybridées, les polarisations, des vides doués d’acryliques fermentations, des étés plumes, des chaleurs épistémologiques, des sirènes tâchées, de vins existentialistes, de liqueurs blasphèmes, ô désirs de feux pachydermes, ô blancheurs, de gourdes sanguines, des antimatières voluptés »
« Des mains nonchaloirs, des ossements neurologiques, des pardons immaculés, des ploiements d’ échines syntaxiques, des déhiscences, de pouces législatifs, des théologies, en greffes d’exhalaisons animistes, des écuyers littéraires, les facultés identiques, des consommations sociologiques, des influx dialectiques, des pores individualistes, des syncopes à échelles d’abeilles, dépersonnalisées, des litiges cubiques, des vendanges statiques, électriques, quantitatives, les ors circonstanciels »
« Des conditions organites, les solfèges inorganiques, les poumons justice, les diabétiques ténuités, des mensonges globulaires, les suppositoires crachés, d’instincts signatures, les langues de flocons humeurs projetés, de voyelles pulsions, les mantras illogiques, les voyances cadavériques, des subductions choses, ô pétulances, des essences criblées, d’idéations complexées, de fœtus transcendantaux »
« Des forêts holocaustes hurlaient, les transvasements, des gibbosités doubles, des cimes aux abois corporels, des aliments gnoséologies, des bois génétiques, difflués, de souffles in-pénétrabilités, les chuchotis tremblants, des arbres esthétiques, des végétales permutations, des cycles en fontaine, fourmis minimalistes, ô forêts déplacés, de dépècements oniriques, de racines syntaxiques, de puissances vouées aux cultes, des écureuils poignets, des imputrescibles glands infatués, de boissons délire, des ozones symétries, ou couchent les montagnes grammaticales, les crêtes infinitudes, des déchoir mouchoirs fusils, des voluptés, des immondices obsessionnelles, des culs châtiés, de démences, des cristaux cinématographies, des spectacles rotules »
« Des pianos kabbalistiques, caressaient les agneaux cérébraux, les farines totalitaires, les impermanences bactériennes, des fuites dérégulées, aux tonneaux d’hydres vacuités, les accomplissements stériles, des chats leucocytes, des chattes violées, de fossilisations architectoniques, des fractales bananes, des guis chasseresses »
«  Des pachydermes, en ruptures cartésiennes, les idées onanismes, en mariage de proliférations, des singes pharmacologiques, ô méduses synaptiques, ou des roseaux pensants permutent, les soleils agnostiques, les affres cellulaires, des lyres pétroles, des cheminées organiques, ou dors un père noël géométrique, ô ventricules, des oranges déontologiques, des foires naufragées, de stellaires bouches masturbatoires, ô viandes minérales, ô encéphales des histoires »
« Des veines amoureuses, pissaient des souris tétraplégiques, les mentons athées, les nez proxénètes, les sourcils à l’intérieur des chevaux diasporas, les êtres orgiaques, les démonstrations, des alcôves symétriques, les cartilages mosaïques, des subsistances écologiques, des menhirs poussières, les gangrènes du remords radium, ô fécales ordinations, des positionnements stochastiques, des mitoses récessives, des colombes analytiques, des pendues planètes, des grappes désertiques, les Terres hypoténuses, les Terres avachies, de coïts réceptives, expressionnismes, des arborescences, de signes ensanglantés, des prostitutions fétichistes »
« Des pénétrations nucléaires, juchées de crapauds Talmudique, des journalistiques phénoménologies, aux denrées Aphrodite, des dieux tautologiques, des dieux miettes, ou des piqûres intellectuelles, les congruents, aux beautés codéines »
« Des loupes d’informations, aux épuisements, des hiboux ontogénétiques, des calciums PIB aux hivers de clones »
« Des symptomatologies, de yeux réplétifs, des masses tabous, des hygiènes fragmentées, de colonnes jurisprudences, les zoologies peintes, de feuillées encornées de dissentiments ecclésiastes, les toiles perfectibles, des agraires lavées génocidaires, les crotales démons, les puits défrichés, de drainages, des comportementales littéralités, des déductibilités, de moires noircies, les sorciers nourriciers »
« Des territoires de sable généalogiques, ou crèvent des syntagmes, campagnardes les natures définitives, les influences doxologies, des respiratoires, ordinateurs, des forces omoplates, des songes dithyrambique, des lavandes subsumées, de licornes travestit, ô pellicules des idylles plaquées, d’infortune enguirlandées, de peaux artisanes, de mares inconscients, ô zététiques aliénations, des réminiscences déguisées, en guitares télescopes, ô dés »
«  Des enchaînements d’algues et de secrets, les fluctuations des splendides réveils des narcissismes ontologiques, typhons des expectations similitudes, les meurtres des floraisons, génuflexions des caprices symphoniques, ou des crabes bizarres, les eugénismes captivités, ô insectes d’encres les humanoïdes matricules, des entendements aux idiosyncrasies des décantations larvées de chrysalides les putes champagnes aux cordes transhumées des gourdes espérances, des compas en gériatries multiplicités des sida combinatoires les frôlements cosmiques, les échoppes des tigres instantanéistes, les prothèses des dialectiques égorgées de haines quantiques, ô baisers hallucinés des exponentiels ADN désordres, dissociations des baleines oranges, les ductiles immanences des agrégats diluviens, les éthers troublés de particules phrénologies, les implémentations des casseroles ourdies de pointillismes létales, ô chapelets des drues poupées silences, ô biologies des capitalismes mers des aubes sémiologiques, ô bouleversements des nutritives écopes aux regards des images »
« Des fortunes jeûnes aux plébiscités des invariances de fibres totalitaristes, ô racines cartésianismes des germinations ou volètent des escargots pointus, ô laitances des veuvages hypostatiques, ô dissentiments des houblons indiens, ô mycoses des hurlements batraciens, les carrés vomissures des taches abstinences, ô beuveries des incendies chancelés, ô exterminations des hommes impôts, ô genre de l’humain ou stagnent les couturières luminescentes, les fleurs noires, ô conneries des topiques »
« Des astéroïdes évanouissant en larmes des abysses synthétiques, ô fiscales chevelures des destinées langues »
« Des maladies d’ordinateurs criticismes les moutonnements Hegel des intégrations des étoiles vents, ô astres aux régiments des cuisines volées, ethnocides des boulangers précipices, les astigmates bracelets, des crachats de myriades topologies aux anus orgueils ! »
« Des litanies infanticides, aux orges cramoisies, des concupiscences en déchets d’azurs, ailleurs.. ô clergés des sidérations ou gesticulent les machineries sexuelles, les nirvanas des lamelles aux cubitus lasers, ô délabrements des sortilèges transfinis, ô lune cléricales, ô nuits éthologiques des fouillis catéchétiques, ô Non ! »
« Des homicides poubelles, les substances lésées, aux interprétations des inesthétiques écritures, les oiseaux températures, ô orgiaques vétilles des accidents mares les kaléidoscopes, des fracturations apocalyptiques ou des astronautes fuient dans les méduses anthropoïdes, ô firmaments des cirques additifs, des cirques prosaïques les soupçons flasques, les vaseux chapiteaux des segmentations de pouls ratifiés d’orties magistratures, ô aveuglements des bétons ténèbres, ô énergétiques flatulences des boiseries limitatives, ô chairs des aigles Démocrite, ô sourdre circularités des abîmes enfants »
« Des bières historiographies aux classifications des éponges écrites, des nages convoitises, des courbes à pyramidales assassinats des cigarettes cantatrices, ô ères statistiques des divisions sangs des connexions soldats, ô taxations des satyres rédhibitoires, ô folies des anxiétés de fœtus originels, ô démences des trouées en filigranes, des occiputs oxygénés de distances homonymiques, ô chimies des philosophies les opéras de gare SNCF ou les prédictions d’un vieil SDF les clairvoyances des erratiques d’un avenir immobile, ô sangs des hêtres en lévitations des Temps hémorragies les histoires rouges des ventres, les conditionnements des orientaux aux médicaments des contraceptifs viticoles, ô bleus citrons des gencives jugées, ô érections des gouttes les phantasmes identiques, les rêves calligraphiés de tonneaux émasculés, les cornes des thymiques volcans rachitismes, des trajectoires de laves signalétiques, aux évasements des fluides ou les feux ressemblent, à des fourmilières caloriques ou s’écoulent les terres ocres, des décimés tellurismes aux objectivations des écarlates feux diagnostics, ô volcans arithmétiques des ébullitions de langues statiques, ô laves des dysenteries naturalistes, les dépressions saisonnières des magmatiques involutions, aux hypothèques cascades des multiformes chaleurs, descendues à foison des animaux géologiques, ô disparaître les magmas identitaires.. »
« Des jactances en fuites de citrons ésotérismes, les puissances des hydres potentielles, ou se découvrent des savons eidétiques, ô vapeurs des navires antithétiques, ô corps des prolongations séquentielles ou des géométries désirs les anfractuosités, les parallélismes de papillons ô affres des décisionnaires blancs des paysans gynécologiques ou les naturalistes travestissements ô laitances des noèses dangers, ô domestiques des tores impôts, les contraires prières ô faciès des projectiles danses, ô lianes musculaires, des jalousies incréées.. »
« Des diamants bohèmes aux devenirs des viscosités diable, ô culs des ruisseaux inégalés, les matières des décompositions églises les constances des revolvers cardiaques, ô hululements des effaceurs tristesse, ô dièses des infantes animales les quanta pleurés, les territoires des espèces déterministes ô diurétiques calciums des hypertrophies convexes ô échevelés tiroirs des vigueurs décadences les noirs miroirs des impuissances astrales ô délires vagins, ô folies des tulipes ménopausées de triangles des catastrophes illuminées de transversaux « différances là »
« Des stéthoscopes brasiers ou s’accouplent les immanences détergents ô précieuses assomptions des fol cariatides les excréments humeurs, ô prolétariats des nudités partitives les bains topazes, les marteaux éclairés de calcifications des donations transites des soleils équilatéraux, ô imagos des autoroutes les belligérances des intelligences images »
« Des honteuses analytiques ou les craquelures unicités compulsent des idéalismes intimités par ampoules des moustaches bleues ô blizzards des mutations foudroyants les réels organites, ô elliptiques pisseux des logarithmes assis, déployées de commissures des indigos antiseptiques ô aliments des bricolages dialogués de permissivités des plaisirs décollés de colliers sécrétant des mémoires infantilismes des nihilismes agricoles ô empirismes des déférences plongeant à l’intérieur des planchers honnêtes, ô plafonds des torchées de dégénérations les agates déformations des coulées de typologies cuisses otologiques »
« Des digues d’ancres animistes, des fracassés idiomes les épouvantails dégoisés des cloches lumière, ô énergies des immolations substantialistes, des protectionnismes capillaires les faucons plus, ô thyroïdes des matricules discrétions, ô colonnes des clochettes dividendes, ô contrées des lacs prospectus des paupières de flaques dos »
« Des foyers foudres les dégradés de sarments joies les hosties perpendiculaires des écailles gestuelles, ô polygones des progénitures séparatistes les oméga clergés, ô équerres des vides logiques, viandes accoucheuses de poissons !  »
« Des lunettes cafés aux rires des synapses singes des oiseaux oreilles, ô discontinuités des interdits chapeaux, ô romanichels des coagulations diffusées de lacrymogènes ivoires les planisphères des montagnes embrassant les cieux brisés.. »
« Des lacis renseignements pensées des agressivités de conjonctions prudences, ô cèpes des angulaires imprévisibles, des décoctions des androïdes léchés, ô lions musicaux, ô fauves ego, les siècles atomistes, les jadis harmonies transcendantales, votés !


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
33 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 1
Invité(s): 32

Gilbert, Plus ...