| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Je scrute la mer - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Je scrute la mer
Publié par modepoete le 16-09-2018 15:16:23 ( 18 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l


Je scrute la mer


Cadre médical de ma vue, fenêtre sur ma vie
Sur un paysage immobile, placide je souris
Les mobiles d’acier lumineux se sillonnent
Dans les espaces d’horizons furtifs qui étonnent
Mes yeux fiers : Sombres ce soir ils happent
Le Lointain égaré qui joue à cache- cache
¤
Sans cris dans mon rêve je scrute la mer
Du hauts des dunes claires ses lames amères
Bousculent ma crainte ; O mer ne laisse pas
Découper tes cotes par les abusifs piranhas
Retire-leurs! Attentionnée cette vile puissance là
Avant que mon corps rongé ne te quitte ici bas
¤
Les écumes s’engrossent brutales sur tes ports
Elles voudraient s’épousseter le long de tes pores
En y creusant de fallacieuses gorges profondes
Pour blesser ton estuaire où rebelles se morfondes
Des plaies grassouillettes que protectrice tu inondes
¤
Quand les soleils brûleront radieux tes fanges sévères
S’envolera de tes sueurs fiévreuses la chaleur amère
De ton corps qui rafraîchi par les montantes marées
Epargnerons les ressacs à tes vagues encouragées
Pour préserver la santé de ma plage au sable doré.
ƒC


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
35 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 35

Plus ...