| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Au détour d'un là gaut - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Au détour d'un là gaut
Publié par modepoete le 02-10-2018 17:04:16 ( 13 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l




Au détour d’un là haut

Au détour là haut d’un délectable verger frugal
Les gaillards du Stand, jamais sentimental
Mais fier du prestige de leur quartier veillaient
¤
Elites du tir dans les luttes entre clans, inutiles
S’affrontaient face à face, le caillou facile
Pour défendre irréductibles leur stand de tir
¤
L’armée enfantine se rangeait, passion prête
D’affrontements rituels en explosions muettes
Où Seul le sifflement des cailloux se bruitait
¤
A la première escarmouche les fiers galapiats
Se repliaient vers le pont du soldat aux kentias
Pour se cacher derrière les quais silencieux
¤
Comme des oiseaux migrants sur leur proie
Les galets bien ronds volaient, ondes d’effroi
Pas un bruit dans l’air fiable ne les dérangeait
¤
Un ricochet, un caillou soudain se pleurait
Et l’enfant touché, criait molesté sa retraite
On Percevait sec: - Assez ! Jeannot est en fleur
¤
Ceux-ci étaient enfants du monde des adoptés
Jumeaux, à la culotte ils ne se quittaient jamais
Pierre s’associa à la peine de Jeannot le jeunôt
¤
Tous deux ne connaissaient d’autres amitiés
On opinait leur insertion au groupe par intérêt
Pour grossir le rang des gars du quartier du Maroc
¤
Echo renvoyé du lointain pont ; un strident son
- Arrêtez ! Jeannot à l’oeil crevé, vermeil il se fond
Comme lorsque Père tue le lapin le dimanche
¤
La peur au ventre les gars inquiets du quartier du Stand
Battaient en retraite, chargés de hurlements incohérents
Et la bataille expirait traître, dans une indicible bousculade
¤
Garnement peureux du lendemain et des gendarmes
Ils savaient que leurs faits d’armes seraient relevés
Aux empreintes de la punition des parents habitués
¤
On reviendra jeudi prochain, jour du bon patronage
Et l’abbé, soutane noire nous éduquera aux avantages
Du jeu des gendarmes et voleurs, bataille non violente.
ƒC



Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
34 Personne(s) en ligne (4 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 34

Plus ...