| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Jean-François Revel [Les Forums - Coin de la Philosophie]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Jean-François Revel
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9347
Niveau : 63; EXP : 60
HP : 939 / 1565
MP : 3115 / 44022
Hors Ligne
Le 19 janvier 1924 à Marseille naît Jean-François Revel de son vrai nom

Jean-François Ricard
,

philosophe, écrivain et journaliste, il reçoit le prix chateaubriand en 1996, il est officier de la légion d'honneur, et membre de la légion d'honneur au fauteil 24, ses Œuvres principales sont, Ni Marx ni Jésus en 1970, La Tentation totalitaire en 1976, La Connaissance inutile en 1996, Le Voleur dans la maison vide. Mémoires en 1997, Le Moine et le philosophe en 1997, Baudelaire polémiste, 1968, la politique; Comment les démocraties finissent, 1983 ; L'Obsession anti-américaine, 2002, l'art Pour l'Italie, 1958, la gastronomie Un festin en paroles, 1979.
il meurt le 30 avril 2006 à 82 ans au Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne.

Jean-François Revel – de son vrai nom Jean-François Ricard – est né à Marseille le 19 janvier 1924 dans une famille franc-comtoise. Après des études en classes préparatoires au lycée du Parc à Lyon, il intègre l’École normale supérieure en 1943. Engagé très jeune dans la Résistance, cet élève de l'École normale supérieure devient agrégé de philosophie, matière qu'il enseigne en Algérie, au Mexique 1950-1952, en Italie 1952-1956 avant de revenir en France.
Il quitte l'Éducation nationale en 1963. Dans ses premières œuvres, il met durement en cause les maîtres à penser des années 1960. Journaliste à France-Observateur, où il dirige la rubrique littéraire 1960-1963, il s'engage jusqu'en 1970 en politique dans la gauche socialiste. Éditorialiste puis directeur de L'Express, il démissionne par solidarité avec Olivier Todd, rédacteur en chef, licencié en 1981. Chroniqueur sur plusieurs stations de radio Europe no 1, R.T.L., il entre au Point en 1982.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Jean-François Revel s'engage dans la Résistance à Paris sous les ordres d'Auguste Anglès. Une fois sorti de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm et agrégé de philosophie, il enseigne en Algérie encore département français, à l'étranger au Mexique et en Italie, puis en France, à Lille, jusqu'en 1963.
Il se marie une première fois avec Yahne Le Toumelin peintre française dont il aura un fils et une fille : Matthieu Ricard, moine bouddhiste, écrivain, porte-parole du dalaï-lama en France, et Ève Ricard, écrivain.

Jean-François Revel avait fait preuve dans sa critique des philosophes d'une ironie féroce.
Cet auteur fécond suivait un fil directeur : la critique des ennemis de la liberté, mais aussi des mensonges, de la lâcheté et de l'hypocrisie de ceux qui cédaient devant eux. Le terme de résistance, aux tyrannies, petites et grandes, intérieures et extérieures pourrait résumer son œuvre et celui de polémique , son naturel stylistique. Revel fut en effet un formidable pamphlétaire à la manière de Voltaire Mario Vargas Llosa. Les analyses de ce polyglotte s'appuyaient sur une lecture boulimique des œuvres et de la presse internationale. Celle-ci le lui rendait bien et Revel était sans doute un des intellectuels français les plus connus hors de France depuis les années 1970.
Face à un gaullisme où il pensait repérer boursouflures nationalistes et autoritarisme et à une gauche qu'il jugeait trop complaisante à l'égard du communisme, dans lequel il voyait un ennemi juré de la démocratie, il s'affirma de plus en plus libéral.

Il se consacre ensuite à sa carrière de journaliste et d'écrivain. Il collabore ainsi de manière très régulière à la revue d'art L'Œil de 1961 à 1967.
En 1967, il épouse en secondes noces la journaliste Claude Sarraute, fille de l'écrivain Nathalie Sarraute. Le 26 mars 1970, il débat avec François de Closets et Marc Gilbert dans Volume de La femme sur la lune réalisé par Fritz Lang. Pamphlétaire et essayiste, il collabore à France-Observateur, puis devient à la fin des années 1970 directeur de L'Express, journal qu'il quittera en mai 1981 en signe de solidarité avec Olivier Todd, licencié par le propriétaire du journal Jimmy Goldsmith.
Jean-François Revel a œuvré également comme éditorialiste à des stations de radio : Europe 1 1989-1992, RTL 1995-1998.
À partir de 1982, il est chroniqueur pour le journal Le Point. Socialiste jusqu'en 1970, il rompt avec cette famille politique en publiant son premier essai politique à grand succès, Ni Marx ni Jésus, qui sera traduit dans plus de vingt langues. En 1976, il publie La Tentation totalitaire, puis un an plus tard La Nouvelle Censure.
En plus de la politique et la philosophie sujet de son premier essai pamphlétaire Pourquoi des philosophes et de son Histoire de la philosophie occidentale. De Thalès à Kant), Jean-François Revel a aussi écrit sur la littérature Sur Proust, 1960 et 1997, l'histoire de l'art L'Œil et la connaissance, 1998 et la gastronomie Un festin en paroles, 1985.

Revel a beaucoup fait pour populariser en France la bipolarité démocratie/totalitarisme qui rendait à ses yeux secondaire l'opposition droite/gauche et hiérarchisait la gravité des maux qui menaçaient les démocraties. Pour lui, les dictatures classiques ne sauraient être assimilées aux systèmes totalitaires. Les premières contrôlent une population, exigent leur soumission. Les seconds veulent refondre le social, créer un homme nouveau. Leur emprise sur tous les plans de la vie sociale et les techniques mises en œuvre pour y parvenir laissait encore au début des années 1980 planer un doute sur la réversibilité de ces régimes. Jean-François Revel fustigea d'autant plus les dirigeants des États démocratiques pour leurs faiblesses à leur égard.
Il dénonça encore dans l'anti-américanisme un trop facile pot-pourri d'arguments discutables destiné à donner corps à un bouc émissaire de nos propres insuffisances, et, dans ses dernières années, défendit les États-Unis dans leur lutte contre l'islamisme radical, vu comme une nouvelle forme de totalitarisme. Il contribua aussi à faire connaître la pensée des libéraux sud-américains, notamment le Vénézuélien Carlos Rangel ou le Péruvien Mario Vargas Llosa.
Athée, porté à un matérialisme hédoniste et rationaliste, Revel savait que l'irrationnel alimentant sous différentes formes le mensonge envers soi-même était largement répandu. C'est pourquoi les batailles qu'il mena ne doivent pas cacher un certain pessimisme anthropologique, formulé dès La Tentation totalitaire : pour lui, la liberté, qu'il chérissait et défendait si vigoureusement, n'est pas, loin de là, l'aspiration de tous les hommes.
Si l'on ajoute un formidable appétit de vie, de voyages, de rencontres, de connaissances, Jean-François Revel apparaît comme un personnage à part dans la vie culturelle française, un « marginal » (Lire, février 1997), où cohabitaient Thucydide, Cyrano de Bergerac et Gargantua : et qui savait que la seule argumentation, aussi rationnelle fût-elle, ne peut triompher. Même son style, ses recours au trait d'esprit n'y pouvaient suffire. L'accès aux institutions et à leur légitimation était un facteur important pour qu'une idée ait une influence large et durable. Voilà une des raisons, sans doute, pour lesquelles Jean-François Revel souhaita entrer à l'Académie française, où il fut reçu en 1997. Il meurt le 30 avril 2006.
La même année, il publie ses mémoires sous le titre Le Voleur dans la maison vide ainsi que Le Moine et le philosophe, un dialogue avec son fils Matthieu Ricard, moine bouddhiste tibétain, tiré à 350 000 exemplaires en France et traduit en 21 langues.

Jean-François Revel meurt le 30 avril 2006 et est enterré le 5 mai au cimetière du Montparnasse 10e division.

Pensée

En philosophie, l'essentiel de sa contribution tient dans un essai qui connut un très grand succès en 1957, Pourquoi des philosophes.
Il y explique comment la philosophie a épuisé son rôle historique qui était de donner naissance à la science. Depuis Kant, la biologie, la physique et plus tard la psychologie se sont détachées de la philosophie qui est devenue un genre littéraire. La discipline qui consistait à tenter de donner une explication globale de la réalité a donc abouti à l'émergence de la science. C'est ce qui conduira Revel à se moquer de l'existentialisme, du bergsonisme, du lacanisme, de Hegel, et de tous ceux qui prétendaient proposer des systèmes globaux d'interprétation du réel à la place des scientifiques.
Revel est souvent défini comme un philosophe rationaliste. Pour Revel, c'est toute la philosophie en tant qu'interprétation du monde qu'il convient de rejeter. La philosophie, ennemie de la science et de la vérité, voilà ce que Revel révèle.
On lui doit la théorisation en 1979 du droit d'ingérence.
Après la signature du Programme commun du Parti socialiste avec les communistes français en 1972, il rompt avec François Mitterrand, à qui il reproche de priver la gauche de toute chance d'accéder au pouvoir en se laissant phagocyter par les communistes.
Il dénonce un grand nombre de propositions du programme commun émanant directement du PCF, particulièrement en matière d'édition et d'information. Hostile au gaullisme, il ne cessera de reprocher au Parti socialiste ses collusions avec les totalitarismes communistes. À ceux qui lui reprocheront de se rapprocher des libéraux, il répondra que pour lui, la gauche a toujours été libérale, mais que c'est la gauche française qui a cessé de l'être.
Pour Revel, le socialisme n'est viable que dans une économie performante, car l'État-providence ne peut vivre que soutenu par une économie productive. Or, les économies capitalistes libérales ayant prouvé qu'elles étaient les plus efficaces à faire s'améliorer le niveau de vie des sociétés humaines, le libéralisme ne devrait pas être rejeté par la gauche française in La tentation totalitaire en 1976.
Il fut un contributeur régulier de la revue Commentaire fondée par Raymond Aron et Jean-Claude Casanova en 1978. Dans les milieux intellectuels, Jean-François Revel a été l'un des principaux critiques français du marxisme, dont le poids l'a amené à s'éloigner de la gauche politique.

Décorations

Officier de la Légion d'honneur
Officier de l’ordre de la Croix du Sud du Brésil
Grand officier de l’ordre de Henri le Navigateur du Portugal
Commandeur de l'ordre d'Isabelle la Catholique

Œuvres

Histoire de Flore, Julliard, 1957.
Pourquoi des philosophes, Julliard, 1957
Pour l'Italie, Julliard, 1958.
Le Style du général, Julliard, 1959.
Sur Proust, Julliard, 1960.
La Cabale des dévots, Julliard, 1962.
En France, la fin de l'opposition, Julliard, 1965.
Contrecensures, Jean-Jacques Pauvert, 1966.
Lettre ouverte à la droite, Albin Michel, 1968.
Ni Marx ni Jésus : de la seconde révolution américaine à la seconde révolution mondiale, 1970.
Idées de notre temps, Robert Laffont, 1972.
Descartes inutile et incertain, 1976.
La Tentation totalitaire, 1976.
La nouvelle censure, 1977.
La Grâce de l'État, 1981.
Comment les démocraties finissent, Grasset, Paris, 1983, (ISBN 2-246-28631-X)
Le Rejet de l'État, 1984.
Une anthologie de la poésie française, Robert Laffont, 1984.
Le Terrorisme contre la démocratie, Hachette, 1987.
La Connaissance inutile, 1988.
L'Absolutisme inefficace, ou Contre le présidentialisme à la française, 1992.
Le Regain démocratique, 1992.
Histoire de la philosophie occidentale, de Thalès à Kant, Editions Nil, 1994, rééd. Pocket, 2003.
Le Moine et le philosophe (dialogue avec son fils Matthieu Ricard), 1997.
Le Voleur dans la maison vide. Mémoires, Plon, 1997, (ISBN 2-259-18022-1)
L'Oeil et la Connaissance, écrits sur l'art, Plon, 1998.
Fin du siècle des ombres, 1999.
La Grande Parade. Essai sur la survie de l'utopie socialiste, 2000.
Les Plats de saison. Journal de l'année 2000, Plon, Editions du Seuil, 2001.
L'Obsession anti-américaine, 2002.
Fin du siècle des ombres, Pocket, 2002.
Un festin en paroles : histoire littéraire de la sensibilité gastronomique de l'Antiquité à nos jours, Tallandier, 2007

Liens
http://youtu.be/atMO_zIgArk l'affaire Marchais
http://youtu.be/zPY66RkrqP8 JF Revel parle nourriture
http://youtu.be/xr8_ks75_Us La bibliothèque de JF Revel
http://youtu.be/L8LEf9BWySI Sur le pouvoir de l'état Français

.

Attacher un fichier:



jpg  J_F_Revel.jpg (54.54 KB)
3_52daf335bac59.jpg 473X483 px

jpg  revel1.jpg (49.57 KB)
3_52daf34373cfa.jpg 384X277 px

jpg  jean_francois_revel1.jpg (15.81 KB)
3_52daf352123ae.jpg 292X245 px

jpg  revel-copy.jpg (911.82 KB)
3_52daf366b1e7f.jpg 1634X1166 px

jpg  Jean-François_Revel.jpg (23.28 KB)
3_52daf3724abef.jpg 267X400 px

jpg  Jean-Francois-Revel.jpg (22.60 KB)
3_52daf38802f5e.jpg 330X258 px

jpg  poster_330465.jpg (14.10 KB)
3_52daf39334637.jpg 200X300 px

jpg  un-festin-en-paroles-de-jean-francois-revel-932925824_ML.jpg (14.17 KB)
3_52daf3a4f1654.jpg 270X270 px

jpg  JF-Revel.-La-Tentation-totalitaire.jpg (42.86 KB)
3_52daf3b03e8d7.jpg 300X225 px

jpg  memoires-revel.jpg (26.82 KB)
3_52daf3bb06c2f.jpg 400X460 px

jpg  29093401_p.jpg (13.92 KB)
3_52daf3c562af0.jpg 300X189 px

jpg  726943.jpg (75.13 KB)
3_52daf3d1a2fe0.jpg 200X319 px

jpg  4187925901_c7142e8e77_m.jpg (20.29 KB)
3_52daf3e2cff6f.jpg 180X240 px

jpg  Ricard-Mathieu-Le-Moine-Et-Le-Philosophe-Livre-896246575_ML.jpg (10.51 KB)
3_52daf3eed7a26.jpg 270X270 px

jpg  mw9pXQujrcVFgVQ1KGUb0OA.jpg (10.05 KB)
3_52daf3f92606b.jpg 149X225 px

jpg  9782246385813.jpg (54.87 KB)
3_52daf403e4931.jpg 400X632 px

Posté le : 18/01/2014 22:37
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
27 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 27

Plus ...