| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Hippolyte Adolphe Taine [Les Forums - Coin de la Philosophie]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Hippolyte Adolphe Taine
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9347
Niveau : 63; EXP : 60
HP : 939 / 1565
MP : 3115 / 44022
Hors Ligne
Le 21 Avril 1828 naît Hippolyte Adolphe Taine

Le critique, philosophe et historien français Hippolyte Adolphe Taine, était l'une des figures intellectuelles les plus éminents de son époque en France.
Son accent sur les méthodes scientifiques de la critique est à la base des techniques critiques contemporains.
Hippolyte Taine Adolphe était l'une des figures intellectuelles les plus éminentes de son époque en France. Son accent sur les méthodes scientifiques de la critique est à la base des techniques critiques contemporaines.

Sa vie

Hippolyte Taine est né à Vouziers dans les Ardennes le 21 Avril 1828, dans une famille drapière et de fonctionnaires plutôt prospère.
Son enfance s'est déroulée dans une atmosphère culturelle éclairée dans laquelle les activités intellectuelles sérieuses se mêlaient à une exposition précoce aux arts et à la nature.
À l'âge de 14 ans, quand il s'installe à Paris avec sa mère veuve, il avait développé une intellectualité intense égale à son amour profond de la nature.
Il fait des études brillantes au lycée Condorcet et entre en 1848 à l'École normale supérieure où il est le condisciple de Francisque Sarcey et d'Edmond About. Mais son attitude — il a une réputation de forte tête — et sa liberté vis-à-vis des idées philosophiques alors en cours — représentées par Victor Cousin — le font échouer à l'agrégation de philosophie en 1851.

La passion de Taine pour la connaissance et surtout la philosophie le rend réceptif à la multitude de tendances intellectuelles et scientifiques de son temps.
Au moment où il termine ses études universitaires à l'École Normale Supérieure, il avait déjà enquêté sur presque tous les concepts philosophiques et scientifiques connus.
En sortant de l'université, il était prêt à formuler ses propres thèses critiques et à expérimenter l'outil de travail et de recherche qui, selon sa théorie, lui permettaient d'enquêter sur la connaissance.

Son exil provincial, amèrement ressenti, ne le paralyse pourtant pas, il s'enferme dans son travail. Parallèlement, il amasse des matériaux pour un Mémoire sur la connaissance, auquel il travaille jusqu'en 1856, et qui, profondément remanié, aboutira finalement au texte De l'intelligence. Lassé par les tracasseries de la bureaucratie impériale, il demande sa mise en congé.

De formation littéraire, Taine adopte cependant les idées positivistes et scientistes qui émergent à cette époque.
Après avoir présenté son doctorat sur les Fables de La Fontaine, il publie en 1855 son célèbre Voyage aux Pyrénées.

Sa thèse sur les fables de Jean de La Fontaine, est achevée en 1853 et est publiée dans sa forme définitive en 1860 "La Fontaine et ses fables".
C'était une présentation de son concept de l'esthétique, il a exprimé en substance sa doctrine du déterminisme scientifique en attribuant les distinctions "raciales" aux différences climatiques et géographiques, ce qui est en grande partie admit aujourd'hui.
Son travail sur les philosophes français du 19ème siècle "Les Philosophes français du XIX siècle, 1857" était une évaluation critique des principaux concepts philosophiques du siècle, et ses essais sur une grande variété de sujets représentait une poursuite de l'élaboration de son système critique .

Ces volumes inclus en 1858 "Essais de critique et d'histoire" suivis en 1865 de "Nouveaux Essais" puis en 1894 'Derniers Essais".

Il écrit ensuite de nombreux articles philosophiques, littéraires et historiques pour deux grands journaux de l'époque, la Revue des deux Mondes et le Journal des débats.
Professeur à Nevers et à Poitiers, toujours en raison de sa résistance et de son opposition aux thèses officielles, il est envoyé en disgrâce à Besançon.
Il se fait alors mettre en congé et publie en 1863 son Histoire de la littérature anglaise en cinq volumes.
L'immense succès de son œuvre lui permet, non seulement de vivre de sa plume mais aussi d'être nommé ensuite professeur aux Beaux-Arts et à Saint-Cyr.
Il enseigne même à Oxford (1871) et il est élu membre de l'Académie française en 1878.

Les années les plus productives de Taine ont coïncidé avec le règne de Napoléon III.
Le Second Empire, sous ses paillettes et la croissance économique social, était très oppressant pour les intellectuels libéraux.
Taine a abandonné tout espoir d'une carrière de professeur à l'université.
Il s'est retiré de la vie publique et a consacré ses énergies à la recherche dans une grande variété de domaines.
Tous ses études centrées sur le problème de la condition humaine et ont été Reposant sur sa croyance naïve mais honnête dans le explicabilité de la nature humaine par le biais de la recherche scientifique.

Taine a formulé son système critique le plus clairement dans l'introduction aux cinq volumes de l'une de ses œuvres majeures, Histoire de la littérature anglaise (1863).
Il a déclaré que toute réalité, psychologique, esthétique ou historique, peuvent être réduites à une formule nettement définissable en découvrant dans chaque réalité un seul principe de fonctionnement.
Ce principe de base est régi par un système de lois qu'il réduit à sa célèbre triade de la race, de l'environnement, et le temps "la race, le milieu, le moment".
Taine a appliqué ce système critique dans l'ensemble de ses travaux, y compris ses analyses de l'évolution des arts de la Grèce, l'Italie et les Pays-Bas, a présenté dans une série de conférences qui couvrent plus de 20 ans à l'École des Beaux-Arts et publiée dans deux volumes, Philosophie de l'art (1865-1869).

La guerre de 1870 franco-prussienne a profondément troublé Taine.
Depuis lors et jusqu'à sa mort, il s'est appliqué à une analyse de l'histoire française pour tenter de découvrir les causes de la défaite de la France et de la Commune de 1871 dans "Les Origines de la France contemporaine", 1875-1893.

Hippolyte Adolphe Taine est mort à Paris le 5 Mars 1893.


Hippolyte Taine par Léon Bonnat

Taine s'intéresse à de nombreux domaines notamment à l'art, à la littérature mais surtout à l'histoire dans laquelle son esprit lucide, quoique parfois dogmatique, trouve un thème d'élection.
Profondément ébranlé par la défaite de 1870 ainsi que par l'insurrection et sa violente répression de la Commune de Paris, Taine s'est principalement consacré à l'étude des causes de la Révolution française à travers son œuvre majeure, "Histoire des origines de la France contemporaine de 1875-1893".
De manière originale car il se place dans une perspective longue, il y dénonce l'artificialité des constructions politiques françaises, l'esprit abstrait et rationnel à l'excès d'un Robespierre par exemple, qui contredisent avec violence la naturelle et lente croissance des institutions d'un État.
En 1885, en visite à l'hôpital de la Salpêtrière, Taine assiste, en compagnie de Joseph Delbœuf, à une séance d'hypnotisme dans laquelle Jean Martin Charcot obtient des vésications par suggestion.
Esprit pessimiste : "Quel cimetière que l'histoire !", Taine était parfois injuste sinon hâtif dans ses conclusions. Auteur de grandes synthèses, il lui fallait aller vite et, pour cette raison, le recours aux archives était réduit au minimum.
En dépit de leurs insuffisances, ses interprétations, dont on ne peut nier les fulgurances, ont connu et connaissent encore aujourd'hui un grand succès, en France et à l'étranger, notamment en alimentant des doctrines politiques conservatrices ou en réexaminant la "légende noire" de la Révolution de 1789.
Pour ces raisons, Taine fut récupéré politiquement par ceux qui rejettent l'École méthodique, républicaine, dominante dans les sciences historiques de la fin du XIXe siècle. Peu intéressé par la politique, Taine est un conservateur qui critique les extrêmes, cpmme les Jacobins de 1793 ou la Commune de 1871.
Il est plutôt libéral, et pour un État minimum où domineraient les élites.
Il n'aime pas les foules et se méfie de la démocratie.
Il fut dès lors apprécié par Maurras et l'Action française et donc tenu en suspicion par la République et ses défenseurs.


Réflexion historiographique

Portrait par Félix Vallotton


paru dans La Revue blanche en 1897.
Sa réflexion la plus aboutie dans ce domaine est exposée dans "L'Introduction de son Histoire de la littérature anglaise", qui paraît en 1866, la même année que "L'Introduction à l'étude de la médecine expérimentale de Claude Bernard".
Cet ouvrage est un manifeste en faveur de l'histoire scientiste.
Pour lui, l'histoire appartient au champ de l'expérimentation au même titre que la physiologie.
On doit pouvoir lui appliquer les mêmes méthodes qu'aux sciences naturelles.
Les événements en histoire seraient déterminés par des lois équivalentes à celles du monde naturel.
Chaque fait historique dépendrait de trois conditions :
-"le milieu : géographie, climat ;
-"la race : état physique de l'homme : son corps et sa place dans l'évolution biologique;
-"le moment : état d'avancée intellectuelle de l'homme.
Il est possible de mettre en place une méthode expérimentale pour les étudier, comme pour la médecine, voir les théories de Claude Bernard où il n'y a pas que l'étude des symptômes, mais aussi un travail de laboratoire avec des expériences physiques et chimiques sur des animaux vivants pour mieux comprendre l'homme et ses maladies et pour tester les réactions des organismes aux différentes substances chimiques.
Taine sait qu'il n'est pas possible de faire des expériences en laboratoire pour l'Histoire, mais il est possible de soumettre les sources à des opérations scientifiques.
Il définit quatre étapes :
-Analyse : repérer les faits historiques dans les documents ;
-Classement : classer les faits historiques par catégories : œuvres de l'intelligence humaine : art, religion, science ; œuvres de l'association humaine : structures politiques et sociales ; œuvres du labeur humain : faits économiques ;
-Définition : résumer ces catégories, ces séries de faits similaires par une formule simple, par exemple : système capitaliste pour une série de faits économiques ;
-Mise en relation : établir des relations logiques entre ces catégories, ces séries de faits -pour faire une synthèse : le récit produit est de l'Histoire.
Taine accorde donc à l'histoire le statut de science exacte.
Il applique lui-même son programme en 1875 dans Les Origines de la France contemporaine : " On permettra à un historien d'agir en naturaliste ; j'étais devant mon sujet comme devant la métamorphose d'un insecte..."
Il est promoteur du caractère scientifique de l'Histoire, et met son talent d’écrivain au service de son œuvre d’historien.
Il utilise l'Histoire pour faire un récit naturaliste. Il consulte des archives, mais pour pouvoir raconter l'histoire, la vie quotidienne de ceux qu'il étudie.
De plus, la dernière étape, synthèse et récit est celle qui l'intéresse quasi uniquement.

Œuvres

Monument à la mémoire de Taine réalisé par Oscar Roty
De personis platonicis (1853)
La Fontaine et ses fables (1853 et 1861)
Voyage aux Pyrénées (1855, 1858 et 1860) troisième édition, illustrée par Gustave Doré. Paris, Librairie Hachette, 1860, 554 p.
Essai sur Tite-Live (1856) cinquième édition. Paris, Librairie Hachette, 1888, 375 p. sur Gallica.
Les Philosophes classiques du xixe siècle en France (1857 et 1868)
Essais de critique et d’histoire (1858 et 1882)
Vie et opinions politiques d'un chat Hachette (1858)
Histoire de la littérature anglaise (1864)
Philosophie de l’art (1865 et 1882)
Nouveaux essais de critique et d’histoire: Balzac. Hachette, 1865 et 1901)
Voyage en Italie (1866)
Notes sur Paris. Vie et opinions de M. Frédéric-Thomas Graindorge (1867)
De l’intelligence (1870)
Un séjour en France de 1792 à 1795. Lettres d’un témoin de la Révolution française, traduites de l’anglais (1872)
Notes sur l’Angleterre (1872)
Les Origines de la France contemporaine : EAN: 978 2221122181 ISBN: 222112218
L’ancien régime (1875)
La Révolution : I – l’anarchie (1878)
La Révolution : II – La conquête jacobine (1881)
La Révolution : III – Le gouvernement révolutionnaire (1883)
Le Régime moderne (1890-1893)
Derniers essais de critique et d’histoire (1894)
Carnets de voyage, notes sur la province (1863-1865 et 1897)
Étienne Mayran (1910), fragments
H. Taine, sa vie et sa correspondance (1903-1907)
Une Anglaise témoin de la Révolution française (1792 - 1795), 1872 ; réédition 2006, Éditions Jacqueline Chambon.

Attacher un fichier:



jpg  58070904_Hippolyte_taine.jpg (75.25 KB)
3_5172e5b1af1ae.jpg 572X699 px

jpg  -DzmA8K43xjsQgb-sRklaDl72eJkfbmt4t8yenImKBXEejxNn4ZJNZ2ss5Ku7Cxt.jpg (70.37 KB)
3_5172e5c9693f1.jpg 500X333 px

jpg  taine_hippolyte_adolphe.jpg (23.80 KB)
3_5172e5df9b4d9.jpg 236X319 px

jpg  51qrPkND7AL._SL500_AA300_.jpg (18.21 KB)
3_5172e5ff5d267.jpg 300X300 px

jpg  comte.jpg (17.86 KB)
3_5172e60dc152e.jpg 250X330 px

jpg  103569615_-hippolyte-1828-1893-w-fraser-william-fraser-1835-19-rae.jpg (13.31 KB)
3_5172e623402ac.jpg 300X300 px

jpg  Taine_1966.jpg (17.95 KB)
3_5172e62f4c7ba.jpg 224X148 px

jpg  9931.jpg (12.21 KB)
3_5172e640c4a3b.jpg 252X189 px

jpg  125072218_-french-edition-9781246350432-hippolyte-adolphe-taine-.jpg (11.67 KB)
3_5172e64f72703.jpg 300X300 px

gif  sejour_en_france_L20.gif (9.32 KB)
3_5172e68776abb.gif 195X263 px

jpg  117194636_-de-m-frdric-thomas-graindorge-hippolyte-adolphe-taine-.jpg (9.11 KB)
3_5172e6a0bcb0f.jpg 300X300 px

Posté le : 20/04/2013 21:04
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
27 Personne(s) en ligne (15 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 27

Plus ...