| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> atipaya - Poèmes - Textes
Poèmes : atipaya
Publié par madawaza le 30-04-2021 17:00:00 ( 35 lectures ) Articles du même auteur



C’était en 1972 (cela a-t-il vraiment changé ?).


Atipaya


« Atipaya », journal de combat pour la défense des Indiens de Guyane, se transforme.
Il sera désormais l’organe du « mouvement transnational Atipaya pour la vigilance et l’action contre les génocides », Atipaya étant le nom d’un enfant amérindien.
Pour se convaincre de la nécessité d’un tel mouvement, il suffit de lire quelques lignes du nouveau bulletin :
Cette année même, aux confins orientaux du Pérou et de la Colombie, plusieurs campements indiens ont été bombardés au napalm par des planteurs d’hévéa…
Des tribus entières ont été exterminées à la grenade et à la dynamite par des équipes de tueurs professionnels.
18000 Indiens ont ainsi péri durant les quinze dernières années parce qu’ils occupaient des territoires riches en pétrole, en uranium ou en métaux rares et que leur présence entravait la libre et fructueuse exploitation de ces richesses naturelles.





Tu es tout nu
Mais sous ta case
Pousse la pierre
Qui emporte l’homme aux étoiles.
Ils sont venus
Sans une phrase
Chasser tes frères
Au nom d’une blanche morale.

Atipaya
Quand tu entendras les gringos
Bardés de fruits d’enfer,
Grenades.
Quand tu les verras, blancs héros
Aux bâtons de tonnerre,
Brigades.
Atipaya
Ne cherche pas à leur parler,
Ils ont trouvé leur port,
Enfer.
N’essaye pas de les tuer,
Ils étaient déjà morts,
Hier.

Tu es tout nu
Et sur ton cœur
La fleur de sang
Dévore ton reste de flamme.
Ils sont venus,
Profanateurs,
En conquérants,
Passer une vie par les armes.

Atipaya
Je n’aurai pas assez de temps
Pour éveiller mon frère
Qui dort.
Et mon fils aura eu cent ans
Avant de les faire taire,
Remords.
Atipaya
C’était ton nom
Chez les Indiens
Avant l’ère du vol
Atipaya
De toi, il ne reste plus rien
Dans les champs de pétrole.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
TomAstral
Posté le: 02-05-2021 04:40  Mis à jour: 02-05-2021 04:40
Semi pro
Inscrit le: 05-01-2021
De:
Contributions: 144
 Re: atipaya
Atipaya
Privé de toi, le monde y perd tant
Au pays du grand condor
Le monde mériterait la colère de l'Oiseau-Tonnerre

Ces quelques lignes
En écho à d'autres lignes
Ecrites en hommage à toi
Atipaya
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
54 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 1
Invité(s): 53

Sansonnet, Plus ...