| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> « Quand je rêve de toi » - Poèmes - Textes
Poèmes : « Quand je rêve de toi »
Publié par Johan le 24-03-2018 16:55:18 ( 480 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes



« Quand je rêve de toi »

Au seuil de mes sommeils, là où s’efface la réalité,
J’entre dans la vie magique que je me suis inventée.
Là, je suis un roi, menant pour toi, de hardis combats,
D’où je sors toujours rempli de gloires et d’apparats.

En cette vie imaginaire, tout n’est, pour moi que félicités.
Remplies des tintements des armes qui s’entrechoquent,
Mais aussi des sons de luths et de flutes, faisant virevolter,
Dans des éclats de rires, les voiles de juvéniles effrontées.

En ce monde merveilleux, tu es une belle princesse,
Emprisonnée dans la plus haute chambre d’une tour,
Par un despote qui veut te contraindre par la détresse,
A une union où intérêts comptes et nullement l’amour.

Alors, m’élevant contre l’infamie de ce seigneur tyran.
Je mène l’insurrection, entouré de plein de braves gens,
Qui, par un audacieux assaut, défaisant ce sir mécréant,
Me permet de te sauver des affres d’un destin méchant,
Et de recevoir en prime, sur mes lèvres, ton baiser ardant.

Le temps passant, il me faut bien constater, aujourd’hui,
Qu’assidûment « ces rêves de toi » ont enchanté mes nuits.
Et même, si ma destinée en s’écoulant, a creusé mes traits,
Je me dois d’admettre, qu’en ce morne monde des réalités
Mes rêveries t’ont doucement, toi la compagne de ma vie
Métamorphosée en la belle princesse que jadis je délivrais.

Sachez donc, gentils gens que savoir vraiment rêver,
C’est aussi pouvoir émousser les tranchants de la réalité !

Johan (JR.).

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
30 Personne(s) en ligne (4 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 30

Plus ...