| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> « Le miroir de fer » - Poèmes - Textes
Poèmes : « Le miroir de fer »
Publié par Johan le 21-04-2018 18:00:00 ( 560 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes



« Le miroir de fer »

Elle ne se trouvait pas belle !
Pourtant, tous la trouvaient jolie.
« Etre jolie, n'est pas être belle » :
Se disait-elle, jusqu'à l'ennui.

On avait beau lui affirmer, qu'entre
Jolie et belle, seul, un petit rien, était.
Cette différence, sans fin la rongeait
L'emprisonnant dans son triste antre.

Elle cria son mal-être à la face de la terre,
Mais, elle ne fut pas entendue de ceux d'ici bas.
Seul écouta ses complaintes, le maître de l'enfer
Qui, contre don de son âme, la chose arrangera.

Par désespoir la pauvrette accepta ce pacte !
On lui donna alors de métal poli une plaque,
Qui lui renvoyait une image d'elle si belle,
Que tout son chagrin s'enfuit à tire-d'aile.

Chaque fois qu'elle se mirait en ce fer luisant,
Il se creusait un peu, en lui volant un de ses traits.
Doucement sans le savoir en contemplant sa beauté,
Elle se faisait, elle-même, disparaître, irrémédiablement.

Elle disparut donc ainsi dans le brulant néant,
Pour ne point avoir accepté de n'être que jolie.
Belle, elle en eut qu'illusion et en perdit la vie !
Le diable eut donc d'elle, en soufreuse tromperie,
Son âme bien jolie, et son corps si charmant.

De cette histoire, beaucoup, incrédules, souriront en parlant de douce folie.
Pourtant, il n'y a pas si longtemps, au pied de la ruine d'un vieux murage,
En creusant la terre de l'allée pour y seller l'assise d'un banc de pierre polie,
On y trouva, enveloppée d'une peau de cerf, une plaque de fer d'un autre âge,
Dans laquelle était incrustée l'emprunte féminine, de l'image d'un visage
Que certains trouvèrent jolie et d'autres belle.

Johan (JR.).

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Helene
Posté le: 21-04-2018 23:21  Mis à jour: 21-04-2018 23:21
Semi pro
Inscrit le: 13-04-2018
De: REIMS
Contributions: 88
 Re: « Le miroir de fer »
Le thème de "Dorian Gray" est résurrectionnel, surtout dans notre monde à technologies nouvelles, où l'image est reine.... !
Nous avons beau pester contre l'inhumanité de ce fait, la société nous le rappelle tous les jours et bien que contre, nous faisons attention à certains gestes, parfois quitte à bouder notre plaisir et la beauté du geste de déguster le bonheur chaque jour.....
C'est triste, mais résume beaucoup notre défaut d'être humain et court sur vie..."
Johan
Posté le: 22-04-2018 15:16  Mis à jour: 22-04-2018 15:16
Accro
Inscrit le: 05-03-2018
De: 18290 France
Contributions: 188
 Re: « Le miroir de fer »
Merci pour votre lecture Hélène !

« Si je demeurais toujours jeune et que le portrait vieillisse à ma place ! Je donnerais tout, tout pour qu’il en soit ainsi. Il n’est rien au monde que je ne donnerais. Je donnerais mon âme ! »

WILDE. (Oscar.). : « Le Portrait de Dorian Gray ». Pocket Classique. 1991. Edition originale 1890.

Amitiés !

Johan (JR.).
Ermite
Posté le: 22-04-2018 19:20  Mis à jour: 22-04-2018 19:20
Plume d'Or
Inscrit le: 31-03-2014
De:
Contributions: 1619
 Re: « Le miroir de fer »
Oh ! miroir, mon beau miroir, dis-moi.....
Sachant bien que dans votre poème, il n'y a pas d'autres femmes, mais après tout, il y a l'autre, le diable et ne parle-t-on pas de la beauté du diable ?
Et Narcisse ?
Bref, j'aime votre poème.
Amitiés,
Ermite.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
34 Personne(s) en ligne (5 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 34

Plus ...