| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> « L'amour se meurt de l'envie d'un ailleurs » - Poèmes - Textes
Poèmes : « L'amour se meurt de l'envie d'un ailleurs »
Publié par Johan le 22-04-2018 17:10:00 ( 465 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes



« L'amour se meurt de l'envie d'un ailleurs »

Vous seule ma douce avez écrit « fin » au bas de notre page,
Afin d'ouvrir un autre livre et y vivre une autre histoire.
Vous m'avez laissé là pantois, en marge de tout espoir,
Étouffant le feu de nos cœurs, me laissant sans courage.

Je me meurs d'amour comme une braise qui s'éteint,
En maudissant cette fin dont vous en êtes l'errance.
Je ne veux de vous aucune plainte, aucun chagrin,
Qui viendrait amoindrir mon injuste souffrance.

Car je veux ma douce, que vous ayez conscience,
De l'agonie de mes joies que votre lassitude entraine,
Ne laissant bientôt, entre nous, comme seule alliance
Les regrets de nos folles ardeurs naguère souveraines.

Comprenez alors, ma douce, que je tienne à ce malheur !
Puisqu'il est le seul ressenti de ce qui me reste de vous.
Je dois laisser le temps apaiser le mal, en diminuer l'ardeur,
Pour qu'enfin, je puisse pardonner votre envie d'un ailleurs.

Johan (JR.).

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Helene
Posté le: 22-04-2018 22:12  Mis à jour: 22-04-2018 22:12
Semi pro
Inscrit le: 13-04-2018
De: REIMS
Contributions: 88
 Re: « L'amour se meurt de l'envie d'un ai...
C'est à croire que vous lisez dans mes pensées et ressentez mes sentiments !
Merci encore une fois.

Amicalement.
LN.
Johan
Posté le: 23-04-2018 11:30  Mis à jour: 23-04-2018 11:30
Accro
Inscrit le: 05-03-2018
De: 18290 France
Contributions: 188
 Re: « L'amour se meurt de l'envie d'un ai...
Bonjour Hélène !

Je connais une personne, là-bas en Andalousie, qui avait fait de la souffrance de son amour perdu, une véritable passion obsessionnelle au point de se complaire dans ce malheur en se refermant sur elle-même.
Beaucoup de mes poèmes ont été écrits pour elle, afin qu’elle prenne conscience du mal qui la rongeait et, peu à peu s’en guérir.
J’ai beaucoup écrit !
Aujourd’hui, son regard se porte de nouveau sur l’horizon d’azur de la Méditerranée qui borde son village !
Son sourire est redevenu un rayon de lumière qui fait briller encore plus le soleil d’Andalousie !

Amitiés !

Johan (JR.).
Helene
Posté le: 23-04-2018 12:25  Mis à jour: 23-04-2018 12:25
Semi pro
Inscrit le: 13-04-2018
De: REIMS
Contributions: 88
 Re: « L'amour se meurt de l'envie d'un ai...
Bonjour Johan,

C'est justement ce que j'essaye de faire en déposant mes poèmes que je lui ai écrits, mes pensées, ses pensées, nos réflexions lors de nos séparations successives, puis de nos retrouvailles successives.....
Je veux les déposer comme un trop lourd fardeau et avancer à nouveau plus légère avec ou sans lui...

Merci de m'apporter vos si beaux textes dans cet optique de regarder à nouveau l'horizon d'azur.
Cela me touche et m'aide profondément.

Amitiés sincères.
LN.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
24 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 24

Plus ...