| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Les Forums - Tous les messages

 Bas   Précédent   Suivant



Re: Shin shin shin gan ou l'oeil du guerrier
Débutant
Inscrit:
13/02 12:35
De 68 route de troinex Genève
Messages: 7
Niveau : 1; EXP : 60
HP : 0 / 15
MP : 2 / 35
Hors Ligne
Si j'ai écrit ce texte c'est pour qu'on m'aide a l'affiner
le sentiment generaldu texte ne me convient pas mais sa forme me semble plaisante, j'aimerais que l'on m'aide a en faire quelque chose merci.

y metter du sens.

Posté le : 14/02 09:54
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Shin shin shin gan ou l'oeil du guerrier
Débutant
Inscrit:
13/02 12:35
De 68 route de troinex Genève
Messages: 7
Niveau : 1; EXP : 60
HP : 0 / 15
MP : 2 / 35
Hors Ligne
Les honnêtes assez promettes
les ouvriers, contrôles de papier,
sortie du samedi ou dimanche matin.
le plaisir, l'utile le projet un sacrifice humain.

Moi je suis né un matin d'hivers
le monde tourne a l'envers.
Je veux tout m'accaparer
le travail dans ce monde

la botte ouvrière
l'huile de coude des prolétaires
finir la soirée dans une ruelle délabrée
aie ya pas de tune et c'est la même a dix lieu a la ronde.

Et je me défend comme si j'étais tiraillé
Entre le fait de pas avoir de diplôme
et les associations pour jeune psychotique
Apprécie ces quelques mots.

Je donne ma vie en échange de capitalistes idéaux
J'ai perdue la clef pour m'évader de ce monde d'entrave.
alors passe moi l'inspiration que je paye l'addition
je m'en sort dans cette guigne et excite l'addiction

Avec toute ma famille
J'ai du vice et des voeux
les nana caresse mes trip
mes rêves les incitent.

Et les gars, on a pas manquer la chance
et simplement on l'as snobé se lever pour 3600 c'est vite calculé
vendre mon âmes pour l'élever
et je rentre dans cette danse.

l'hivers dure et les nuit sont froides
la griffes du monstre sur mon destin s'est refermée
je repose en paix sur des pensées mal élevées

je suis du per et dupé
je multiplie les payes
mais comme jésus je multiplie les pains
dans ta face à ma façon du moins

mes poto boitent aux aides social
naviguent en eaux troublées
le limon fait de poussière de billets déliquescences de fortunes
que l'animal, tel virus, viens manger dans cette essences d'eau puiser

aux paradis fiscaux
Aux rêves de beauté
aux jeunes partis trop tôt
un témoignage égaré.

Dans l'eau de feu
et vivre sur terre
le ciel pose lourd
nos poids pèse si faux

le mien cache ma misère
la rue sert mal
et je vis dans l'avenir
et chacun vois la vie que j'mène.

L'enfance passe dans l'alambique
je fait crier mon silence ainsi
le flot de ma vitalité
donne une musique d'ascenseur stérilisée

je baroude habitué
savoir ce que j'écoute donne
affligé l'espoir sonne
une galère, un galérien, un bien chèrement galère

Mes jambes galbées les excitent
je me la raconte avec une plume vagabonde
donne moi une colombe
depuis que l'amour m'habite.

Je meurs à petit feu
dans le but de vivre un petit jeu
un petit peu félé
vivre pour l'espoir je meurt dans la faim

la fin de ce jeu
je nourrirais les vers
et désaltèrerais la terre
je suis venue dans les cries et les larmes

je partirais nue
sourire nue
pour les nue
du coin de ma rue.



Posté le : 14/02 09:47
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Bonjour!
Débutant
Inscrit:
13/02 12:35
De 68 route de troinex Genève
Messages: 7
Niveau : 1; EXP : 60
HP : 0 / 15
MP : 2 / 35
Hors Ligne
Bonjour je viens me présenter car je suis très content d'avoir trouver se site en cherchant un forum de poésie.

Je m'appel Raul Bally j'ai 30 ans,
Un peu rêveur beau garçons amoureux transit.
L'enfance me manque tellement l'adulte pue.
J'ai plein de desillusion je n'attend pas que l'on m'aime mais j'aime tant.
Tant et si bien que je suis souvent loin de se que je prétend
ce qui embrouille mes rêves et rend mes yeux souvent froid.
Bien que je croie en l'humanité bien que je prône l'intégrité bien que je soit impatient de vous connaitre tous!

A nos âmes vagabondes.

Posté le : 13/02 13:35
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Helloooo le monde !
Débutant
Inscrit:
13/02 12:35
De 68 route de troinex Genève
Messages: 7
Niveau : 1; EXP : 60
HP : 0 / 15
MP : 2 / 35
Hors Ligne
bonjour désolé pour ta nationalité ont a tous nos tare... moi je suis brésilien, résultat tout le monde pense que je me déguise en gonzesse quand je suis seul dans ma chambre. En tout cas ravis de vous rencontrer j'espère que nous parviendront a faire connaissance ainsi que tout ceux qui s'amuse a poser des vers sur se forum gratuit et bien heureux.

Posté le : 13/02 13:30
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Les couloirs de l'horreur la peur jusqu'à l'aurore Sachez que n'est pas mort ce qui à jamais dort
Débutant
Inscrit:
13/02 12:35
De 68 route de troinex Genève
Messages: 7
Niveau : 1; EXP : 60
HP : 0 / 15
MP : 2 / 35
Hors Ligne
Culte blasphématoire dans des marais immondes
Les vérités du monde enfouies dans nos cauchemars
Panthéon maléfique

Des créatures rampantes ux ailes membraneuses
La peur vertigineuse des corps désincarnés

Par-delà les régions gardées par des goules
Les prophéties malsaines de ces cartomanciennes
Me saisissent et m’entraînent avec leurs griffes obscènes
Des prêtres lubriques dans des cloîtres italiens
Des cadavres jetés dans le puits des païens

Sorcières et magiciens serviront Yog-Sothoth
Sur les seuils de Salem c'est la frayeur qui rode
L'ignominie passée sera redécouverte
Comme des doigts décharnés dans des fractures ouvertes
Sous l’œil de Cthulhu tu ne pèseras pas lourd
À la tombée du jour leurs dieux te rendront fou
C'est Dagon suspendu à son lourd monolithe
Et le grimoire secret de Miskatonic

Les couloirs de l'horreur la peur jusqu'à l'aurore
Sachez que n'est pas mort ce qui à jamais dort

Innsmouth est maudite, les nuits sont éprouvantes
Poussé vers la folie face à tant d'épouvante

Tu perdras le sommeil comme ta santé mentale
Les grands anciens ramènent la terreur ancestrale

Au coeur des ténèbres, ne plus chuchoter

Des peuples des mers qui émergent en grand nombre
Des chimères difformes qui se tapissent dans l'ombre
Entité dangereuse dans les abimes du temps
Les imprudents vivront des angoisses douloureuses

Les dieux venus d'antan n'ont rien de clément
Dans le grimoire sanglant de cet arabe dément
Des sanglots permanents d'affolantes création
Mèneront la race humaine jusqu'à sa destruction

Les couloirs de l'horreur la peur jusqu'à l'aurore
Sachez que n'est pas mort ce qui à jamais dort

Posté le : 13/02 13:12
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re: Présentez vous ...
Débutant
Inscrit:
13/02 12:35
De 68 route de troinex Genève
Messages: 7
Niveau : 1; EXP : 60
HP : 0 / 15
MP : 2 / 35
Hors Ligne
Rare amis ultra loyal
Raul
Bien aimée lit leurs yatus
Bally

Posté le : 13/02 13:01
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Qui suis-je
Débutant
Inscrit:
13/02 12:35
De 68 route de troinex Genève
Messages: 7
Niveau : 1; EXP : 60
HP : 0 / 15
MP : 2 / 35
Hors Ligne
Bonjour, de me présenter je tente faire le tour.
L'énergie m'envahis le plaisir de m'offrir a autrui de moi s'instruit.
A l'heure des rêves de mondialisation et de grandeur.
Moi je porte le deuil de la froideur dans l'oeil mon coeur est un cercueil.
Affligé par l'infâme aujourd'hui je peut dire que je trouve l'avenir dans les bras des femmes.
De la froideur dans l'oeil car mon coeur est un cercueil.
Mon âme se fonde a la température des coeur enflammé que je glande avec mon entourage dans ces jours obscure.
Je suis fan des chimère agiles et véloce d'homère et d'achille.
La science est pour moi sources de vie et de réponse a une humanité qui se délabre. tandis que je palabre. je suis. j'existe soit être pensée. j'apprend a masquer ma ranqueur cataclysme a la mémoire dans toutes les dimension du monde cet art de l'écriture se transforme en opacité de l'âme dans l'erreur ou je feuilleté a la recherche du temps perdue de Proust. l'homme est ainsi déconcertant je contemple la confusion que mes semblable m'inspire. et nous crevons en silence dans nos passion. je vous regarde et vous aime comme malade. j'ai cru qu'un jours elle me rappellerais, ma vie est un scandale. a l'abri des regard je sais m'instruire je retrouverais a'venir dans les bras des femmes.

Au commencement des temps l'homme n'est que fleur de lune le reflet sur l'étang d'une libellule dans la senteur de menthe et le calme plat de la plante sur le mon kabuyama.

Post mortem mémento Mori mes fierté se placent mal et je reste stoïc mélancolique et pudique quand tout se passe mal.
Les coupes-gorge ont perdue leurs mystère cette air supérieure quand on croisait la misère comment croquer la vie sans soigner les molère comment croquer la vie sans soigner ses molère. cherche un peu de soleil derrière les carreau mais comme chercher le ciel derrière les barreau devant la page blanche comme une arme enreillée vitriol et venin dans mon vieil encrier. moi de mon pied d'escale je tomberais de la haut et d'un air malheureux je tomberais de la haut.

les murs et leurs brulure ceux qui parlent de droiture on l'odeur du fumier. c'est le noeud de la corde le cops a la morgue le masque de la mort lyrique en koligramme poème un peu paumé les prétendues pote te regarderont chuter soyons lucide. ici les plus solide en perdront le moral je m'accroche a l'aiguille comm un toxicomane le tic tac de l'horloge derrière mon époque les deux pied devant mon âme tournée au levant l'autopsie d'une époque.

Merci la vie

Posté le : 13/02 12:52
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut




Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
38 Personne(s) en ligne (15 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 38

Plus ...