| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> newbb >> Arrestation des templiers 1 [Les Forums - Histoire]

Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Arrestation des templiers 1
Administrateur
Inscrit:
14/12/2011 15:49
De Montpellier
Messages: 9440
Niveau : 63; EXP : 80
HP : 628 / 1570
MP : 3146 / 50383
Hors Ligne
Le 13 Octobre 1307 les templiers sont arrêtés, emprisonnés et torturés ...

Le temple ordre militaire et religieux voué essentiellement à la protection des pèlerins.
D'abord appelés Pauvres Chevaliers du Christ, les Templiers – chevaliers, prêtres ou frères laïcs – participèrent à toutes les grandes batailles livrées par les croisés en Palestine et en Espagne. Ayant acquis d'immenses richesses et possédant de vastes domaines, ils devinrent les banquiers de la papauté et de nombreux princes. Ils suscitèrent les convoitises de Philippe IV le Bel, qui les afficha ouvertement à partir de 1307.
Les Templiers, ordre monastico-militaire, réalisèrent l'idéal de cette double vocation apparemment contradictoire de moine et de soldat.

Ils répondirent à un besoin particulier de l' Église à une époque où celle-ci s'efforçait d'humaniser la guerre et où la lutte entre deux civilisations, chrétienne et musulmane, exigeait l'action d'une élite. Le dépouillement de centaines de documents a permis de poser en termes nouveaux le problème du Temple et de mettre en valeur le gouvernement, la grandeur militaire, l'influence internationale dans l'économie et les finances, et les données réelles de l'existence de l'ordre. Il faut se garder d'inclure dans les problèmes relatifs au Temple bon nombre de questions encore mal élucidées et dont rien ne prouve qu'elles soient effectivement rattachées à cet ordre. Les Templiers eurent une vie et une observance beaucoup plus simples qu'on ne l'a cru.
Ils furent avant tout des religieux et des soldats, mais encore des administrateurs, des diplomates et des financiers.
La chute de l'ordre du Temple fait également l'objet d'une polémique. Elle serait le fait du roi de France Philippe IV le Bel qui aurait agi dans le but unique de s'approprier le trésor des Templiers. Cependant, les raisons pour lesquelles l'ordre a été éliminé sont beaucoup plus complexes et celles exposées ci-dessous n'en représentent probablement qu'une part

Au matin du vendredi 13 octobre 1307, tous les Templiers de France, soit plusieurs milliers au total, sont arrêtés sur ordre du roi Philippe IV le Bel, le petit-fils de Saint Louis.
Cet acte de violence arbitraire met fin à un ordre original de moines-soldats, vieux de près de deux siècles, qui s'est illustré en Terre sainte et s'est acquis puissance et richesse, s'attirant ainsi la jalousie des féodaux et la convoitise des souverains.
Un ordre monastique prestigieux
Le prestige des moines-chevaliers au manteau blanc frappé d'une croix rouge est immense pendant les deux siècles que durent les croisades... malgré la trahison du grand maître Gérard de Ridefort à la bataille de Hattîn, en 1187.
La huitième et dernière croisade s'achève par la mort tragique du roi Saint Louis devant Tunis en 1270.
Dès lors, les dernières possessions franques de Terre sainte tombent définitivement entre les mains des musulmans.
Ceux-ci s'emparent de Saint-Jean-d'Acre le 28 mai 1291 malgré la résistance héroïque des Templiers autour du grand maître Guillaume de Beaujeu.
Les Templiers se replient en Europe
Au début du XIIIe siècle, l'ordre du Temple, chassé de Palestine, n'en dispose pas moins encore d'une force militaire impressionnante de quinze mille hommes, bien plus que n'aurait pu en lever n'importe quel roi de la chrétienté. Mais, de soldats, les Templiers se sont reconvertis en usuriers et ont complètement perdu de vue la reconquête des Lieux saints.

Création de l'ordre du Temple


L'histoire du Temple se confond avec celle des croisades en Terre sainte et avec celle de la Reconquête dans la péninsule Ibérique.
On peut y voir la cause de la popularité dont l'ordre jouit dès les origines. La milice ne se concentra pas uniquement en Palestine. En 1131, Alfonso le Batailleur, roi d'Aragon, cède une partie de son royaume aux Templiers, qui eurent la sagesse de la refuser peu de temps après sa mort.
Deux chevaliers français, Hugues de Payns et Geoffroy de Saint-Omer, fondèrent à la fin de l'année 1119 l'ordre des Pauvres Chevaliers du Christ, que l'on appellera plus tard l'ordre du Temple.
Les deux fondateurs décidèrent de se mettre au service des pèlerins et se placèrent sous la protection de Baudouin II, qui venait d'être couronné roi de Jérusalem le jour de Noël de cette même année dans l'église de Bethléem. Le patriarche Garimond reçut les vœux des premiers frères, selon les us et coutumes des chanoines réguliers du Saint-Sépulcre, dont les Templiers conservèrent les rituels ; ces rituels provenaient de Saint-Victor de Paris par l'intermédiaire de Godefroi de Bouillon.
Le courageux et actif Hugues de Payns s'installa avec ses premiers frères dans une demeure que leur assigna le roi Baudouin dans la partie méridionale du Temple de Salomon. Dès le début, plusieurs frères vinrent grossir la jeune milice, et notamment Hugues de Troyes, comte de Champagne, au grand scandale de saint Bernard, et Foulques d'Anjou, qui servira en qualité de "frère à temps" pendant une durée limitée.
Le recrutement se fit progressivement puisque les actes révèlent les noms de quatorze frères chevaliers à l'ouverture du concile de Troyes en 1128.

En 1127, Hugues de Payns passe en Occident avec cinq frères pour obtenir du Saint-Siège la confirmation de son institut. Il est renvoyé devant le concile de Troyes qui s'ouvre sous la présidence du cardinal d'Albano, ancien prieur de Saint-Martin-des-Champs de Paris. L'assemblée conciliaire comprenait, outre le légat, douze archevêques et évêques, quatre abbés bénédictins et quatre abbés cisterciens.
Les Pères mirent au point la règle donnée par Garimond, en louant ce qu'ils estimaient profitable et en retranchant ce qui ne leur semblait pas justifié. Bernard de Clairvaux s'étant dérobé, Jean Michel écrivit les soixante-douze articles approuvés par le concile.
Le premier maître parcourut ensuite une partie de la France et de l'Angleterre. De nombreuses donations furent faites alors par des évêques, des chanoines, des seigneurs, des abbés, et par le grand nombre de prosélytes partis vers la Terre sainte dès 1131. Hugues de Payns demanda plusieurs fois à l'abbé de Clairvaux d'encourager la jeune milice, mais Bernard ne fut jamais très favorable à ce système de vie monastique ; le souvenir d'Arnaud, abbé de Morimond, ainsi que le choix du comte de Champagne semblent être à l'origine de cette hargne.
Toutefois, il écrivit vers 1135-1136 le De laude novae miliciae, traité dans lequel il signale ne pas connaître l'ordre du Temple. Au mois de mars 1139, le pape Innocent II confirme l'institution des moines combattants par sa bulle Omne datum optimum.
Cette confirmation favorisa le développement temporel de l'ordre, auquel s'ajoutèrent de nombreux privilèges et exemptions. Il en résulta, aussi bien en Orient qu'en Occident, un accroissement considérable des biens et du nombre des frères. À la mort du deuxième maître du Temple, Robert de Craon, on comptait uniquement pour la maison de Jérusalem deux couvents – ensemble des troupes de combat, comprenant trois cent cinquante chevaliers –, environ mille deux cents sergents, sans compter les autres membres donnés ou à temps. Au XIIIe siècle, plusieurs provinces étaient établies : Provence, France, Poitou, Bourgogne, Angleterre, Aragon-Catalogne, Castille, Portugal, Toscane-Lombardie, Sicile-Pouilles, Hongrie, Magdebourg, Mayence, et les deux sous-provinces de Trèves en Allemagne et du royaume de Valencia en Espagne, dès 1242.
En Palestine, le Temple comprenait trois grandes provinces : Jérusalem, Tripoli, Antioche et, vers 1257, la sous-province commerciale de Petite Arménie. L'ensemble de ces provinces groupait trois mille quatre cent soixante-huit châteaux, forteresses et maisons dépendantes. Tout ce monde était placé sous la juridiction du chapitre général, seule autorité de l'ordre qui désignait les commandeurs de province. Dans les pays de combat, comme la Palestine et la péninsule Ibérique, les châteaux étaient soumis à la juridiction de ces commandeurs de province ou « commandeurs de terre » qui nommaient à leur tour les commandeurs de leur choix. En revanche, dans les pays de rapport, un système hiérarchique de maisons fut établi : chaque province était divisée en régions, ayant chacune à sa tête le commandeur régional, membre de droit de la chambre priorale et capitulaire ; venaient ensuite les commandeurs majeurs, ou baillis, qui supervisaient plusieurs maisons dans une région.
Le chapitre général, représenté hors des sessions par le maître, se réunissait tous les ans en Palestine ; tous les dignitaires y participaient, tandis que les grands baillis et prieurs des territoires d'Europe ne s'y rendaient que tous les cinq ans. Le premier chapitre connu eut lieu en 1147 et fut ouvert à Paris sous la présidence du pape Eugène III et du roi de France Louis VII. Dès cette époque furent édictées les prérogatives du maître, qui se bornaient au maintien de l'observance et à la nomination des petits officiers de l'ordre.
Tout en étant un ordre militaire, le Temple accomplit, dans les pays qui n'étaient pas le théâtre de combats contre les infidèles, une œuvre civilisatrice importante en défrichant et en aménageant de vastes domaines à l'égal de l'ordre de Cîteaux. Souverain par son maître représentant le chapitre général, lequel était la personne morale de tout l'ordre, le Temple acquit une richesse immense et un pouvoir synarchique qui lui suscitèrent des ennemis implacables et qui furent à l'origine de sa perte. Aucun prince souverain ne possédait autant de richesses.
Le Temple était devenu le banquier des papes et des rois. L'histoire de l'ordre reste cependant une véritable épopée, et sa valeur militaire est attestée par divers combats au Moyen-Orient : Ascalon, Ansur, Gaza, Daroum, Ramlah, Damiette, Alep et Mansourah et par la participation des chevaliers au manteau blanc à croix rouge dans toutes les grandes batailles de la péninsule Ibérique : Las Navas de Tolosa, la conquête de Majorque, Badajoz, Cáceres, Alarcos, Salvatierra.
Cinq réformes furent opérées dans le Temple, réformes qui aboutirent à un durcissement des statuts et des retrais; articles des statuts traitant spécialement de la juridiction et des fonctions des Templiers.
Nicolas IV et Clément IV promulguèrent de nombreuses bulles de confirmation de privilèges, à l'exemple de leurs prédécesseurs, tandis que Martin IV essaya d'unir, sous l'impulsion de Raymond de Lille, l'un des deux templiers qui devaient être canonisés par la suite, les Templiers et les Hospitaliers.
Cette première tentative échoua. Boniface VIII ayant repris ce projet, ce fut alors le grand maître Jacques de Molay qui refusa.
La chute de l'Empire latin d' Orient en 1291 précipita les événements, et, lorsque Saint-Jean-d'Acre tomba aux mains des musulmans le 16 juin 1291, il ne restait plus que dix-huit templiers et seize hospitaliers. Au lieu de déployer leur vaillance dans la péninsule Ibérique, les templiers se concentrèrent en France où ils n'avaient pas de raison d'être ; les jugeant trop encombrants et ayant besoin d'argent, Philippe le Bel décida de les faire supprimer ; l'entrée dans l'ordre lui avait été, en effet, refusée.

Le concile de Troyes

Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Troyes
Article détaillé : Concile de Troyes.
Arrivant à la fin de sa tournée en Occident et après avoir porté le message du roi de Jérusalem à Bernard de Clairvaux afin qu'il aidât les Templiers à obtenir l'accord et le soutien du pape, Hugues de Payns participa au concile de Troyes (ainsi nommé parce qu'il s'est déroulé dans la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Troyes).
Le 13 janvier 1129a 4, le concile s'ouvrit en présence de nombreuses personnalités religieuses dont le prologue de la règle primitive du Temple donne les noms17 : le cardinal Mathieu d'Albano, légat du pape en France, les archevêques de Reims et de Sens, ainsi que dix de leurs évêques suffragants, quatre abbés cisterciens (ceux de Cîteaux, Clairvaux, Pontigny et Troisfontaines), deux abbés clunisiens (ceux de Molesmes et Vézelay), deux chanoines, deux maîtres et un secrétaire.
En plus des religieux, se trouvaient des personnages laïcs : Thibaut IV de Blois, comte de Champagne, André de Baudement, sénéchal du comté de Champagne, Guillaume II, comte de Nevers, Auxerre et Tonnerre.
Le concile mena à la création de l'ordre du Temple et le dota d'une règle propre. Celle-ci prit pour base la règle de saint Benoît (présence des cisterciens Bernard de Clairvaux et Étienne Harding, fondateur de Cîteaux) avec néanmoins quelques emprunts à la règle de saint Augustin, que suivaient les chanoines du Saint-Sépulcre aux côtés desquels vécurent les premiers Templiers. Une fois la règle adoptée, elle devait encore être soumise à Étienne de Chartres, patriarche de Jérusalem.

L'Éloge de la Nouvelle Milice

L'Éloge de la Nouvelle Milice, De laude novae militiae est une lettre que saint Bernard de Clairvaux envoya à Hugues de Payns, dont le titre complet était Liber ad milites Templi de laude novae militiaea et écrite après la défaite de l'armée franque au siège de Damas en 1129.
Bernard y souligne l'originalité du nouvel ordre : le même homme se consacre autant au combat spirituel qu'aux combats dans le monde.
"Il n’est pas assez rare de voir des hommes combattre un ennemi corporel avec les seules forces du corps pour que je m’en étonne ; d’un autre côté, faire la guerre au vice et au démon avec les seules forces de l’âme, ce n’est pas non plus quelque chose d’aussi extraordinaire que louable, le monde est plein de moines qui livrent ces combats ; mais ce qui, pour moi, est aussi admirable qu’évidemment rare, c’est de voir les deux choses réunies."
De plus, ce texte contenait un passage important où saint Bernard expliquait pourquoi les Templiers avaient le droit de tuer un être humain :
-"Le chevalier du Christ donne la mort en toute sécurité et la reçoit dans une sécurité plus grande encore. … Lors donc qu'il tue un malfaiteur, il n'est point homicide mais Malicide. … La mort qu'il donne est le profit de Jésus-Christ, et celle qu'il reçoit, le sien propre. …"
Mais pour cela, il fallait que la guerre soit "juste".
C'est l'objet du de L'Éloge de la Nouvelle Milice. Bernard est conscient de la difficulté d'un tel concept dans la pratique, car si la guerre n'est pas juste, vouloir tuer tue l'âme de l'assassin :
-"Toutes les fois que vous marchez à l’ennemi, vous qui combattez dans les rangs de la milice séculière, vous avez à craindre de tuer votre âme du même coup dont vous donnez la mort à votre adversaire, ou de la recevoir de sa main, dans le corps et dans l’âme en même temps. …la victoire ne saurait être bonne quand la cause de la guerre ne l’est point et que l’intention de ceux qui la font n’est pas droite."
Bernard fait donc bien l'éloge de la Nouvelle Milice, mais non sans nuances et précautions… Tous tracent un portrait volontairement idéal du soldat du Christ, afin de le donner comme un modèle qui sera toujours à atteindre. Le premier à critiquer saint Bernard est le moine cistercien Isaac de Stella qui voit dans la confusion des fonctions tripartites indo-européennes ceux qui prient oratores, ceux qui combattent bellatores et ceux qui travaillent laboratores une monstruosité, mais les contradicteurs restent minoritaires.
Cet éloge permit aux Templiers de rencontrer une grande ferveur et une reconnaissance générale : grâce à saint Bernard, l'ordre du Temple connut un accroissement significatif : bon nombre de chevaliers s'engagèrent pour le salut de leur âme ou, tout simplement, pour prêter main forte en s'illustrant sur les champs de bataille.

La reconnaissance pontificale

Plusieurs bulles pontificales officialisèrent le statut de l'ordre du Temple.
La bulle Omne datum optimum a été fulminée, rendue publiquepar le pape Innocent II le 29 mars 1139 sous la maîtrise de Robert de Craon, deuxième maître de l'ordre du Temple. Elle fut d'une importance capitale pour l'ordre puisqu'elle était à la base de tous les privilèges dont jouissaient les Templiers.
En effet, grâce à elle, les frères du Temple eurent droit à la protection apostolique ainsi que d'avoir leurs propres prêtres.
On vit donc une nouvelle catégorie émerger dans la communauté, celle des frères chapelains qui officieraient pour les Templiers.
De plus, cette bulle confirma le fait que l'ordre du Temple n'était soumis qu'à l'autorité du pape. La bulle créa aussi une concurrence pour le clergé séculier, ce que ce dernier vit souvent d'un mauvais œil.
De nombreux conflits d'intérêt éclatèrent entre les Templiers et les évêques ou les curés.
Les privilèges qu'elle accorda étant souvent remis en cause, la bulle Omne datum optimum fut confirmée douze fois entre 1154 et 1194, et c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il ne fut pas aisé de retrouver l'originale.
Omne datum optimum.
La bulle Milites Templi: Chevaliers du Temple a été fulminée le 9 janvier 114422 par le pape Célestin II.
Elle permit aux chapelains du Temple de prononcer l'office une fois par an dans des régions ou villes interdites, "pour l'honneur et la révérence de leur chevalerie", sans pour autant autoriser la présence des personnes excommuniées dans l'église. Mais ce n'est en réalité qu'une confirmation de la bulle Omne datum optimum.
Article détaillé : Milites Templi.
La bulle "Militia Dei" : Chevalerie de Dieu a été fulminée par le pape Eugène III, le 7 avril 1145. Cette bulle permit aux Templiers de construire leurs propres oratoires, mais aussi de disposer d'une totale indépendance vis-à-vis du clergé séculier grâce au droit de percevoir des dîmes et d'enterrer leurs morts dans leurs propres cimetières. De plus, la protection apostolique fut étendue aux familiers du Temple leurs paysans, troupeaux, biens….
Article détaillé : Militia Dei.
Des plaintes furent déposées par des Templiers auprès du pape concernant le fait que le clergé prélevait un tiers du legs fait par les personnes désireuses de se faire enterrer dans les cimetières de l'ordre. La bulle Dilecti filii ordonna en conséquence au clergé de ne se contenter que d'un quart des legs. Dilecti filiil

Règle et statuts de l'ordre du Temple.

Après le concile de Troyes, où l'idée d'une règle propre à l'ordre du Temple a été acceptée, la tâche de la rédiger fut confiée à Bernard de Clairvaux, qui lui-même la fit écrire par un clerc qui faisait sûrement partie de l'entourage du légat pontifical présent au concile, Jean Michel, Jehan Michiel, sur des propositions faites par Hugues de Payns.
La règle de l'ordre du Temple faisait quelques emprunts à la règle de saint Augustin mais s'inspirait en majeure partie de la règle de saint Benoît suivie par les moines bénédictins.
Elle fut cependant adaptée au genre de vie active, principalement militaire, que menaient les frères templiers. Par exemple, les jeûnes étaient moins sévères que pour les moines bénédictins, de manière à ne pas affaiblir les Templiers appelés à combattre. Par ailleurs, la règle était adaptée à la bipolarité de l'ordre, ainsi certains articles concernaient aussi bien la vie en Occident, conventuelle que la vie en Orient, militaire.
La règle primitive, ou latine car rédigée en latin, écrite en 1128, fut annexée au procès-verbal du concile de Troyes en 1129 et contenait soixante-douze articles. Toutefois, vers 1138, sous la maîtrise de Robert de Craon, deuxième maître de l'ordre, 1136-1149, la règle primitive fut traduite en français et modifiée.
Par la suite, à différentes dates, la règle fut étoffée par l'ajout de six cent neuf retraits ou articles statutaires, notamment à propos de la hiérarchie et de la justice au sein de l'ordre.
De sa fondation et durant toute son existence, l'ordre ne s'est pas doté d'une devise.

La Réception dans l'ordre du Temple.

Les commanderies avaient, entre autres, pour rôle d'assurer de façon permanente le recrutement des frères. Ce recrutement devait être le plus large possible.
Ainsi, les hommes laïcs de la noblesse et de la paysannerie libre pouvaient prétendre à être reçus s'ils répondaient aux critères exigés par l'ordre.
Tout d'abord, l'entrée dans l'ordre était gratuite et volontaire. Le candidat pouvait être pauvre.
Avant toute chose, il faisait don de lui-même.
Il était nécessaire qu'il fût motivé car il n'y avait pas de période d'essai par le noviciat. L'entrée était directe, prononciation des vœux et définitive, à vie.
Les principaux critères étaient les suivants :
être âgé de plus de 18 ans, la majorité pour les garçons était fixée à 16 ans, article 58 de la règle
ne pas être fiancé article 669
ne pas faire partie d'un autre ordre article 670
ne pas être endetté article 671
être en parfaite santé mentale et physique ne pas être estropié article 672
n'avoir soudoyé personne pour être reçu dans l'ordre article 673
être homme libre le serf d'aucun homme article 673
ne pas être excommunié article 674
Le candidat était prévenu qu'en cas de mensonge prouvé, il serait immédiatement renvoyé:
"... si vous en mentiez, vous en seriez parjure et en pourriez perdre la maison, ce dont Dieu vous garde."Extrait de l’article 668

Hiérarchie

Hiérarchie de l'ordre du Temple en Orient et Hiérarchie de l'ordre du Temple en Occident.
Les Templiers étaient organisés comme un ordre monastique, suivant la règle créée pour eux par Bernard de Clairvaux.
Dans chaque pays était nommé un maître qui dirigeait l'ensemble des commanderies et dépendances et tous étaient sujets du maître de l'ordre, désigné à vie, qui supervisait à la fois les efforts militaires de l'ordre en Orient et ses possessions financières en Occident.
Avec la forte demande de chevaliers, certains parmi eux se sont aussi engagés à la commande pendant une période prédéterminée avant d'être renvoyés à la vie séculière, comme les Fratres conjugati, qui étaient des frères mariés.
Ils portaient le manteau noir ou brun avec la croix rouge pour les distinguer des frères ayant choisi le célibat et qui n'avaient pas le même statut que ces derniers.
Les frères servants, frères casaliers et frères de métiers étaient choisis parmi les sergents qui étaient d'habiles marchands ou alors incapables de combattre en raison de leur âge ou d'une infirmité.
À tout moment, chaque chevalier avait environ dix personnes dans des positions de soutien.
Quelques frères seulement se consacraient aux opérations bancaires spécialement ceux qui étaient éduqués, car l'ordre a souvent eu la confiance des participants aux croisades pour la bonne garde de marchandises précieuses.
Cependant, la mission première des Chevaliers du Temple restait la protection militaire des pèlerins de Terre sainte.

Les maîtres de l'ordre du Temple

L'expression grand maître pour désigner le chef suprême de l'ordre est apparue à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle dans des chartes tardives et dans les actes du procès des Templiers. Puis, elle a été reprise et popularisée par certains historiens des XIXe et XX siècle.
Elle est aujourd'hui largement répandue.
Or, ce grade n'existait pas dans l'ordre et les Templiers eux-mêmes ne semblaient pas l'utiliser.
Cependant, dans des textes tardifs apparaissent les qualificatifs de maître souverain ou maître général de l'ordre.
Dans la règle et les retraits de l'ordre, il est appelé Li Maistre et un grand nombre de dignitaires de la hiérarchie pouvaient être appelés ainsi sans l'adjonction d'un qualificatif particulier. Les précepteurs des commanderies pouvaient être désignés de la même façon.
Il faut donc se référer au contexte du manuscrit pour savoir de qui l'on parle.
En Occident comme en Orient, les hauts dignitaires étaient appelés maîtres des pays ou provinces : il y avait donc un maître en France, un maître en Angleterre, un maître en Espagne, etc. Aucune confusion n'était possible puisque l'ordre n'était dirigé que par un seul maître à la fois, celui-ci demeurant à Jérusalem.
Pour désigner le chef suprême de l'ordre, il convient de dire simplement le maître de l'ordre et non grand maître.
Durant sa période d'existence, s'étalant de 1129 à 1312 date à laquelle le pape Clément V fulmina la bulle Vox in excelso, officialisant la dissolution de l'ordre du Temple, soit 183 ans, l'ordre du Temple a été dirigé par vingt-trois maîtr

Organisation

Au sommet de la hiérarchie se trouvait le maître, aux pouvoirs limités, malgré une souveraineté représentative du chapitre général. Pour toutes les décisions importantes, il devait consulter le chapitre dans lequel il n'avait qu'une seule voix et devait se ranger à l'avis de la majorité. Son « équipement domestique » se composait du chapelain, d'un clerc, de plusieurs sergents, d'un écrivain sarrasinois servant d'interprète, et enfin d'un ou plusieurs turcoples et écuyers. Il était en outre assisté de deux ou trois chevaliers de rang élevé, membres de droit de son conseil, et, en campagne, il se faisait escorter du gonfanon baussant qui était l'étendard blanc et noir de l'ordre.
Le sénéchal venait après le maître, et le remplaçait en cas d'absence. Le maréchal disposait de l'autorité militaire suprême. Il pouvait au besoin tenir le rôle du maître ou du sénéchal. Le commandeur de la terre et du royaume de Jérusalem est le grand trésorier de l'ordre et chef de la première province. Le drapier s'occupait de l'habillement des frères. Venaient ensuite les commandeurs dont les trois principaux étaient celui de la cité de Jérusalem ou hospitalier de l'ordre, chargé des pèlerins, celui d'Antioche et celui de Tripoli, puis les commandeurs des autres provinces.
À ces grands dignitaires s'ajoutaient les commandeurs des maisons, qui pouvaient être chevaliers ou sergents, les commandeurs des chevaliers, les chevaliers, les sergents (parmi lesquels se recrutaient le sous-maréchal, le gonfanonier, le cuisinier, le maréchal-ferrant) et le commandeur du port d'Acre, amiral de la flotte du Temple. Les casaliers étaient chargés des fermes tandis que le turcoplier commandait les turcoples, formant les troupes légères auxiliaires.
La règle mentionne ensuite les frères chapelains, dépendant directement du Saint-Siège, puis, en dernier lieu, les frères de métiers : maçons, selliers, bourreliers, tailleurs.

Les Templiers

Des hommes de toutes origines et de toutes conditions constituaient le corps du peuple templier à chaque niveau de la hiérarchie. Différents textes permettent aujourd'hui de déterminer l'apparence des frères chevaliers et sergents.

L'habit

La reconnaissance de l'ordre du Temple ne passait pas seulement par l'élaboration d'une règle et un nom, mais aussi par l'attribution d'un code vestimentaire particulier propre à l'ordre du Temple.
Le manteau des Templiers faisait référence à celui des moines cisterciens.
Seuls les chevaliers, les frères issus de la noblesse, avaient le droit de porter le manteau blanc, symbole de pureté de corps et de chasteté. Les frères sergents, issus de la paysannerie, portaient quant à eux un manteau de bure, sans pour autant que ce dernier ait une connotation négative. C'était l'ordre qui remettait l'habit et c'est aussi lui qui avait le pouvoir de le reprendre.
L'habit lui appartenait, et dans l'esprit de la règle, le manteau ne devait pas être un objet de vanité. Il y est dit que si un frère demandait un plus bel habit, on devait lui donner le plus vil.
La perte de l'habit était prononcée par la justice du chapitre pour les frères qui avaient enfreint gravement le règlement.
Il signifiait un renvoi temporaire ou définitif de l'ordre.
Dans sa bulle Vox in excelso d'abolition de l'ordre du Temple, le pape Clément V indiqua qu'il supprimait le dit ordre du Temple et son état, son habit et son nom », ce qui montre bien l'importance que l'habit avait dans l'existence de l'ordre.

La croix pattée rouge

Croix pattée rouge : une forme possible de la croix des Templiers
Il semble que la croix pattée rouge n'ait été accordée que tardivement aux Templiers, en 1147, par le pape Eugène II. Il aurait donné le droit de la porter sur l'épaule gauche, du côté du cœur.
La règle de l'ordre et ses retraits ne faisaient pas référence à cette croix. Cependant, la bulle papale Omne datum optimum la nomma par deux fois. Aussi est-il permis de dire que les Templiers portaient déjà la croix rouge en 1139.
C'est donc sous la maîtrise de Robert de Craon, deuxième maître de l'ordre, que la "croix de gueules" devint officiellement un insigne templier. Il est fort probable que la croix des Templiers ait été issue de la croix de l'ordre du Saint-Sépulcre dont avaient fait partie Hugues de Payns et ses compagnons d'arme.
Cette croix rouge était potencée, cantonnée de quatre petites croix appelées croisettes.
La forme de la croix des Templiers n'a jamais été fixée.
L'iconographie templière la présenta grecque simple, ancrée, fleuronnée ou pattée.
Quelle qu'ait été sa forme, elle indiquait l'appartenance des Templiers à la chrétienté et la couleur rouge rappelait le sang versé par le Christ.
Cette croix exprimait aussi le vœu permanent de croisade à laquelle les Templiers s'engageaient à participer à tout moment. Il faut cependant préciser que tous les Templiers n'ont pas participé à une croisade.

Le visage templier

Dans son homélie, 130-1136, appelée De laude nouae militiae, Éloge de la nouvelle milice, Bernard de Clairvaux présente un portrait physique et surtout moral des Templiers, qui s'opposait à celui des chevaliers du siècle :
"Ils se coupent les cheveux ras, sachant de par l'Apôtre que c'est une ignominie pour un homme de soigner sa coiffure. On ne les voit jamais peignés, rarement lavés, la barbe hirsute, puant la poussière, maculés par les harnais et par la chaleur… ".
Bien que contemporaine des Templiers, cette description était plus allégorique que réaliste, Saint Bernard ne s'étant jamais rendu en Orient.
Par ailleurs, l'iconographie templière est mince.
Dans les rares peintures les représentant à leur époque, leurs visages, couverts d'un heaume, d'un chapeau de fer ou d'un camail, ne sont pas visibles ou n'apparaissent que partiellement.
Dans l'article 28, la règle latine précisait que "les frères devront avoir les cheveux ras", ceci pour des raisons à la fois pratiques et d'hygiène dont ne parlait pas saint Bernard, mais surtout "afin de se considérer comme reconnaissant la règle en permanence". De plus, "afin de respecter la règle sans dévier, ils ne doivent avoir aucune inconvenance dans le port de la barbe et des moustaches."
Les frères chapelains étaient tonsurés et imberbes. De nombreuses miniatures, qui représentent les Templiers sur le bûcher, ne sont ni contemporaines, ni réalistes.
À ce moment, certains s'étaient même rasés pour montrer leur désengagement de l'ordre.
Enfin, les peintres officiels du XIXe siècle ont imaginé les Templiers à leur manière, mêlant idéalisme et romantisme, avec de longues chevelures et de grandes barbes.

La vie quotidienne

Article détaillé : Vie quotidienne des Templiers.
… "car de notre vie vous ne voyez que l'écorce qui est par dehors. Car l'écorce est telle que vous nous voyez avoir beaux chevaux et belles robes, et ainsi vous semble que vous serez à votre aise. Mais vous ne savez pas les forts commandements qui sont par dedans. Car c'est une grande chose que vous, qui êtes sire de vous-même, deveniez serf d'autrui."Extrait de l'article 661 de la règle.
La règle de l'ordre et ses retraits nous informent de manière précise sur ce que fut la vie quotidienne des Templiers en Occident comme en Orient.
Cette vie était partagée entre les temps de prières, la vie collective repas, réunions, l'entraînement militaire, l'accompagnement et la protection des pèlerins, la gestion des biens de la maison, le commerce, la récolte des taxes et impôts dus à l'ordre, le contrôle du travail des paysans sur les terres de l'ordre, la diplomatie, la guerre et le combat contre les infidèles.

Les Templiers et la guerre


Le cheval

Un ordre de chevalerie ne va pas sans cheval.
Ainsi, l'histoire de l'ordre du Temple fut intimement liée à cet animal. Pour commencer, un noble qui était reçu dans l'ordre pouvait faire don de son destrier, un cheval de combat que les écuyers tenaient à dextre, c'est-à-dire de la main droit, donc à gauche.
Après 1140, on comptait de nombreux donateurs de la grande noblesse léguant aux Templiers des armes et des chevaux.
Pour équiper son armée, l'ordre du Temple fournissait trois chevaux à chacun de ses chevaliers dont l'entretien était assuré par un écuyer, articles 30 & 31 de la règle.
La règle précise que les frères pouvaient avoir plus de trois chevaux, lorsque le maître les y autorisait.
Cette mesure visait sans doute à prévenir la perte des chevaux, afin que les frères eussent toujours trois chevaux à disposition.
Ces chevaux devaient être harnachés de la plus simple manière exprimant le vœu de pauvreté.
Selon la règle, article 37 : "Nous défendons totalement que les frères aient de l'or et de l'argent à leur brides, à leurs étriers et à leurs éperons".
Parmi ces chevaux se trouvait un destrier qui était entraîné au combat et réservé à la guerre. Les autres chevaux étaient des sommiers ou bêtes de somme de race comtoise ou percheronne.
Ce pouvaient être aussi des mulets appelés "bêtes mulaces".
Ils assuraient le transport du chevalier et du matériel. Il y avait aussi le palefroi, plus spécialement utilisé pour les longs déplacements.
Selon les retraits, la hiérarchie de l'ordre s'exprimait à travers l'attribution réglementaire des montures.
Les retraits commencent ainsi : "Le maître doit avoir quatre bêtes…" indiquant l'importance du sujet.
D'ailleurs, les trois premiers articles du maître de l'ordre articles 77, 78 et 79 portaient sur son entourage et le soin aux chevaux.
On apprend ainsi que les chevaux étaient nourris en mesures d'orge, céréale coûteuse et donnant beaucoup plus d'énergie aux chevaux que la simple ration de foin et qu'un maréchal-ferrant se trouvait dans l'entourage du maître.
Parmi les chevaux du maître se trouvait un turcoman, pur sang arabe qui était un cheval de guerre d'élite et de grande valeur car très rapide.
Quatre chevaux étaient fournis à tous les hauts dignitaires : sénéchal, maréchal, commandeur de la terre et du royaume de Jérusalem, commandeur de la cité de Jérusalem, commandeurs de Tripoli et d'Antioche, drapier, commandeurs des maisons, commanderies, turcopolier.
Les frères sergents tels que le sous-maréchal, le gonfanonier, le cuisinier, le maréchal-ferrant et le commandeur du port d'Acre avaient droit à deux chevaux. Les autres frères sergents ne disposaient que d'une seule monture. Les turcopoles, soldats arabes au service de l'ordre du Temple, devaient fournir eux-mêmes leurs chevaux.
C'était le maréchal de l'ordre qui veillait à l'entretien de tous les chevaux et du matériel, armes, armures et harnais, sans lesquels la guerre n'était pas possible. Il était responsable de l'achat des chevaux, article 103 et il devait s'assurer de leur parfaite qualité.
Un cheval rétif devait lui être montré article 154 avant d'être écarté du service.
Les destriers étaient équipés d'une selle à "croce", à crosse, appelée aussi selle à arçonnière, qui était une selle montante pour la guerre et qui permettait de maintenir le cavalier lors de la charge. Les commanderies du sud de la France, mais aussi celles de Castille, d'Aragon et de Gascogne, étaient spécialisées dans l'élevage des chevaux.
Ceux-ci étaient ensuite acheminés dans les États latins d'Orient par voie maritime. Pour cela, ils étaient transportés dans les cales des nefs templières et livrés à la caravane du maréchal de l'ordre qui supervisait la répartition des bêtes selon les besoins. Lorsqu'un Templier mourait ou était envoyé dans un autre État, ses chevaux revenaient à la maréchaussée, article 107.
Rares sont les représentations des Templiers. Il nous est cependant parvenu une peinture murale d'un chevalier du Temple en train de charger sur son destrier. Il s'agit d'une fresque de la chapelle de Cressac en Charente, datant de 1170 ou 1180.

L'équipement militaire

Le nobles des XII et XIIIe siècles devait se faire confectionner un équipement complet, vêtement et armes pour être adoubé chevalier. Ce matériel, nécessitant essentiellement des métaux, valait une fortune et pesait une vingtaine de kilos.
Les chevaliers et sergents templiers devaient disposer d'un tel équipement.
La protection du corps était assurée par un écu, une cotte de maille et un heaume.
L'écu ou bouclier de forme triangulaire, pointe en bas, était fait de bois et recouvert d'une feuille de métal ou de cuir. Il servait à protéger le corps, mais sa taille fut réduite dans le courant du XIIe siècle pour être allégé et donc plus maniable.
La cotte de mailles était constituée de milliers d'anneaux en fer d'un centimètre de diamètre entrelacés et parfois rivetés.
Cette cotte était constituée de quatre parties : les chausses de mailles attachées à la ceinture par des lanières de cuir, le haubert protégeait le corps et les bras et le camail ou coiffe de mailles.
Un mortier ou casquette en cuir était posé sur la tête pour supporter le heaume.
Les mains étaient protégées par des gants en mailles appelés gants d'arme, article 325 de la Règle. Il est à noter que le haubert fut raccourci au genou au cours du xiiie siècle pour être plus léger.
Le heaume était sans visière mobile, ou prenait la forme d'un chapeau de fer ne protégeant pas le visage.
Le sous-vêtement se composait d'une chemise de lin et de braies.
La protection du corps était renforcée par le port de chausses de cuir attachées par des lanières, et un gambison ou gambeson en cuir. Pour finir, le surcot, porté sur la cotte, est aussi appelé jupon d'arme ou cotte d'arme.
Il était cousu d'une croix rouge, insigne de l'ordre, devant comme derrière.
Il permettait de reconnaître les combattants Templiers sur le champ de bataille comme en tout lieu. Le baudrier, porté autour des reins, était une ceinture spéciale qui permettait d'accrocher l'épée et de maintenir le surcot près du corps.
Selon Georges Bordonove, le Templier recevait une épée, une lance, une masse et un couteau lors de sa réception dans l'ordre.
Maniée à deux mains, l'épée avait un double tranchant et un bout arrondi.
En effet, elle devait être maniée de façon à frapper de taille, c'est-à-dire avec le tranchant. Elle était pratiquement employée comme une masse d'arme dans la mesure où elle ne pouvait transpercer une cotte de mailles.
Toutefois, contre un ennemi qui n'avait pas cette protection, l'épée se révélait plus efficace et plus élégante que la masse.
La masse d'arme templière était principalement une masse dite turque aux pointes saillantes.
L'épée et les masses servaient à frapper l'ennemi de manière à lui briser les os. Les blessés mouraient alors d'hémorragie interne. La lance était une perche en bois terminée par une pointe en fer forgé appelée tête de fer. Chaque frère détenait trois couteaux dont un couteau d'arme, un autre "de pain taillé" qui servait à manger et un canif à lame étroite56.

Les sceaux templiers

Sceaux des Chevaliers du Temple.
Le mot sceau vient du latin sigillum signifiant marque. C'est un cachet personnel qui authentifie un acte et atteste d'une signature. Il existe une vingtaine de sceaux templiers connus.
Ils appartenaient à des maîtres, hauts dignitaires, commandeurs ou chevaliers de l'ordre au XIIIe siècle.
Leurs diamètres varient entre quinze et cinquante millimètres. Les sceaux templiers français sont conservés au service des sceaux des Archives nationales de France. Le sceau templier le plus connu est celui des maîtres de l'ordre sigilum militum xristi qui représente deux chevaliers armés chevauchant le même cheval.
Il n'y a pas de consensus établi sur le symbolisme des deux chevaliers sur un même cheval.
Contrairement à une idée souvent répétée, il ne s'agirait pas de mettre en avant l'idéal de pauvreté puisque l'ordre fournissait au moins trois chevaux à ses chevaliers. L'historien Georges Bordonove exprime une hypothèse qui peut se prévaloir d'un document d'époque avec Bernard dans son De laude nouae militiae.
"Leur grandeur tient sans doute à cette dualité quasi institutionnelle : moine, mais soldat ... Dualité qu'exprime peut-être leur sceau le plus connu qui montre deux chevaliers, heaumes en têtes, lances baissées, sur le même cheval : le spirituel et le temporel ... chevauchant la même monture, menant au fond le même combat, mais avec des moyens différents."
Alain Demurger explique pour sa part que certains historiens ont cru y reconnaître les deux fondateurs de l'ordre, Hughes de Payns et Godefroy de Saint-Omer. Il retient cependant une autre explication : le sceau symboliserait la vie commune, l'union et le dévouement.

Tenues des chapitres

Un chapitre en Latin : capitulum, diminutif de caput, sens premier : tête est une partie d'un livre qui a donné son nom à la réunion de religieux dans un monastère durant laquelle étaient lus des passages des textes sacrés ainsi que des articles de la règle. L'usage vient de la règle de saint Benoît qui demandait la lecture fréquente d'un passage de la règle à toute la communauté réunie.
Par extension, la communauté d'un monastère est appelée le chapitre. La salle spécifiquement bâtie pour recevoir les réunions de chapitre est aussi appelée salle capitulaire , salle du chapitre , ou tout simplement chapitre .
La tenue se déroule à huis clos et il est strictement interdit aux participants de répéter ou de commenter à l'extérieur ce qui s'est dit durant le chapitre.
Dans l'ordre du Temple, il existait deux types de réunion de chapitre : le chapitre général et le chapitre hebdomadaire.

Le transport maritime

Le lien entre l'Orient et l'Occident était essentiellement maritime. Pour les Templiers, l'expression outre-mer désignait l'Europe tandis que l'en deçà des mers et plus précisément de la mer Méditerranée, représentait l'Orient.
Afin d'assurer le transport des biens, des armes, des frères de l'ordre, des pèlerins et des chevaux, l'ordre du Temple avait fait construire ses propres bateaux.
Il ne s'agissait pas d'une flotte importante, comparable à celles des XIV et XV siècles, mais de quelques navires qui partaient des ports de Marseille, Nice Conte de Nice, Saint-Raphaël, Collioure ou d'Aigues-Mortes en France et d'autres ports italiens.
Ces bateaux se rendaient dans les ports orientaux après de nombreuses escales.
Plutôt que de financer l'entretien de navires, l'ordre pratiquait la location de bateaux de commerce appelés noli.
Inversement, la location de nefs templières à des marchands occidentaux était pratiquée.
Il était d'ailleurs financièrement plus avantageux d'accéder aux ports exonérés de taxes sur les marchandises que de posséder des bateaux. Les commanderies situées dans les ports jouaient donc un rôle important dans les activités commerciales de l'ordre.
Des établissements templiers étaient installés à Gênes, Pise ou Venise, mais c'était dans le sud de l'Italie, plus particulièrement à Brindisi, que les nefs templières méditerranéennes passaient l'hiver.
Les Templiers d'Angleterre se fournissaient en vin du Poitou à partir du port de La Rochelle.
On distinguait deux sortes de bateaux, les galères, et les nefs.
Certaines larges nefs étaient surnommées huissiers car dotées de portes arrières ou latérales huis, ce qui permettait d'embarquer jusqu'à une centaine de chevaux, suspendus par des sangles afin d'assurer la stabilité de l'ensemble pendant le voyage.
L'article 119 des retraits de la Règle indique que tous les vaisseaux de mer qui sont de la maison d'Acre sont au commandement du commandeur de la terre. Et le commandeur de la voûte d'Acre, et tous les frères qui sont sous ses ordres sont en son commandement et toutes les choses que les vaisseaux apportent doivent être rendues au commandeur de la terre.
Le port d'Acre était le plus important de l'ordre. La voûte d'Acre était le nom d'un des établissements possédés par les Templiers dans la ville, celui-ci se trouvant près du port. Entre la rue des Pisans et la rue Sainte-Anne, la voûte d'Acre comprenait un donjon et des bâtiments conventuels31.
Voici les noms de navires du Temple :
Le Templère, le Buscart, le Buszarde du Temple vers 1230 reliant l'Angleterre au continent
La Bonne Aventure en 1248, la Rose du Temple en 1288-1290 à Marseille
L'Angellica en Italie du sud
Le Faucon en 1291 et 1301 ainsi que La Santa Anna en 1302 à Chypre.
Article détaillé : La flotte de l'Ordre du Temple.

Les templiers cubiculaires du pape

Le terme cubiculaire, cubicularius désignait au Moyen Âge celui qu'on nommait aussi le chambrier, c'est-à-dire le responsable de la chambre à coucher cubiculum du pape.
Il ne doit pas être confondu avec le camerlingue camerarius, qui avait à l'époque la direction des finances et des ressources temporelles de la papauté.
Ces fonctions bien distinctes à l'origine, ont été regroupées au début de l'Époque moderne sous le terme cubiculaires, avant d'être divisées à nouveau en plusieurs catégories de camériers.
Les cubicularii, d'abord simples domestiques du pape, avaient également des fonctions cérémonielles, d'intendance et de garde personnelle rapprochée.
Ils bénéficièrent de fonctions de plus en plus importantes au fil des siècles.
Les premiers chevaliers de l'Ordre du Temple à occuper cette fonction sont mentionnés par Malcom Barber auprès du pape Alexandre III, sans que leur nom ne soit cependant cité.
C'est surtout à partir du milieu du XIIIe siècle que les templiers vont se succéder à cette fonction, pour certains à plusieurs reprises, comme Giacomo de Pocapalea, ou Hugues de Verceil, et parfois en doublon comme sous Benoît XI.
Le dernier templier cubiculaire de Clément V fut Giacomo da Montecucco, Maître de la Province de Lombardie, arrêté puis emprisonné à Poitiers en 1307, d'où il s'échappa en février 1308, pour se réfugier dans le Nord de l'Italie.


Liste des cubiculaires


Pape .....................Nom des Cubicularii

Alexandre III 1159–1181 Chevaliers de l'Ordre du Temple
Martin IV 1281 – 1285 Giacomo de Pocapalea en 1282
Innocent III 1198 - 1216 Francone Chevalier de l'Ordre du Temple
Nicolas IV 1288 - 1292 Giacomo de Pocapalea de 1288 à 1289 puis Frère Nicolas, cubiculaire et notaire de 1290 à 1292 tous deux chevaliers de l'Ordre du Temple
Giacomo de Pocapalea reçoit en récompense un fief et un château à Orte
Urbain IV 1261 - 1264 Nicola, Paolo, Martino Chevaliers de l'Ordre du Temple
Boniface VIII 1294 – 1303 Giacomo de Pocapalea de 1294 à 1297, puis Giovanni Fernandi de 1297 à 1300, puis Hugues de Verceil de 1300 à 1302 Chevaliers de l'ordre du Temple,Hugues de Verceil étant de plus maître de la province de Lombardie
Giacomo de Pocapalea reçoit Acquapendente en 129743.
Clément IV 1265 - 1268 Bernardo Chevalier de l'Ordre du Temple
Benoît XI 1303 – 1304
Clément V 1305 – 1314 en 1303: il y avait 2 cubicularii: un Hospitalier, et un Templier Giacomo de Pocapalea ?,Giacomo da Montecucco ou Jacopo da Montecucco de 1304 à 1307 + Giacomo da Montecucco Maître de l'ordre du Temple de la Province de Lombardie
Nicolas III 1277 – 1280) Hugues de Verceil Uguccione di Vercelli de 1278 à 128250,mais également Giacomo de Pocapalea Jacobo ou parfois Jacopo de 1277 à 1280 52,a 6 tous deux chevaliers de l'Ordre du Temple Giacomo de Pocapalea étant originaire de Pocapaglia dans le Piémont

Vie conventuelle, costume

La règle donne de nombreux détails sur la vie conventuelle. Les devoirs religieux se bornaient à l'assistance aux offices dits par les frères chapelains et à la récitation pendant les heures canoniales d'un certain nombre de patenôtres. Les jeûnes étaient rigoureux : ils étaient observés tous les vendredis de la Toussaint à Pâques et la veille des grandes fêtes. L'usage du maigre était ordonné quatre fois par semaine. Les frères mangeaient dans le palais – nom donné au réfectoire – à deux par écuelle ; les restes étaient distribués aux pauvres.
Le code disciplinaire était rude et exposait en dix parties les diverses peines encourues : l'exclusion, ou perte de la maison, était appliquée en cas de simonie, révélation des choses du chapitre, meurtre d'un chrétien, larcin, évasion d'une maison, complot, trahison, désertion, sodomie et mensonge lors de la réception d'un frère ; la privation du port de l'habit pour un an et un jour sanctionnait le refus d'obéissance en cas de bataille avec un frère, blessure, compagnie de femmes, émission contre un frère d'accusations calomnieuses, etc. Il y avait encore la perte de l'habit pour trois jours avec jeûne ; le jeûne de deux jours à terre ; le jeûne pendant un jour ; la discipline en communauté ; la mise en répit, c'est-à-dire en quelque sorte en pénitence en attendant qu'une décision soit prise ; la remise du fautif au frère chapelain ; le relaxe ; l'emprisonnement.
Le trousseau pour la vie conventuelle comprenait : deux chemises, deux paires de chausses, deux braies, un justaucorps, une pelisse, deux manteaux dont un avec fourrure pour l'hiver, une chape, une tunique et une ceinture.
Les frères sergents étaient vêtus comme les chevaliers, cependant les étoffes étaient plus grossières et la couleur du manteau différente : blanc pour les chevaliers, noir pour les chapelains, les sergents et les écuyers. La croix rouge de l'Ordre, donnée par le pape Eugène III en 1146, était appliquée sans distinction sur tous les manteaux.
Les frères couchaient avec leurs vêtements de dessous sur un sac ou paillasse. Ils avaient droit à un linceul, ou drap, ainsi qu'à deux couvertures : une étamine et une carpite. La tenue de campagne comportait un haubert et des chausses de fer, un heaume, des espalières, des souliers d'armer, un jupon d'armer.
L'armement se composait d'un écu en bois recouvert de cuir, d'une épée, d'une lance, d'une masse turque et d'un couteau d'arme. Deux sacs servaient à porter tout cet équipement. Aucune arme ni aucun écu ne devait être peint ou fourbi.
L'ordre du Temple fut supprimé mais non condamné.
Il fut injustement anéanti. La bulle de Clément V abolissait l'ordre sous l'influence de Philippe le Bel, qui ne pardonnait aux frères du Temple ni leur richesse ni surtout d'avoir participé contre lui à la bataille de Courtrai en 1302.
Après le concile de Vienne, les templiers se retirèrent dans diverses maisons religieuses ou dans l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, comme le signalent de nombreux actes.

Le drapeau

Le drapeau de l'ordre du Temple était appelé le gonfanon baucent. Baucent, qui signifie bicolore, avait plusieurs graphies : baussant, baucent ou balcent. C'était un rectangle vertical composé de deux bandes, l'une blanche et l'autre noire, coupées au tiers supérieur.
Porté en hauteur au bout d'une lance, il était le signe de ralliement des combattants templiers sur le champ de bataille, protégé en combat par une dizaine de chevaliers. Celui qui en était responsable était appelé le gonfanonier. Selon la circonstance, le gonfanonier désignait un porteur qui pouvait être un écuyer, un soldat turcopole ou une sentinelle. Le gonfanonier chevauchait devant et conduisait son escadron sous le commandement du maréchal de l'ordre.
Le gonfanon devait être visible en permanence sur le champ de bataille et c'est pourquoi il était interdit de l'abaisser.
Ce manquement grave au règlement pouvait être puni par la sanction la plus sévère, c’est-à-dire la perte de l'habit qui signifiait le renvoi de l'ordre. Selon l'historien Georges Bordonove58, lorsque le gonfanon principal tombait parce que son porteur et sa garde avaient été tués, le commandeur des chevaliers déroulait un étendard de secours et reprenait la charge.
Si celui-ci venait à disparaître à son tour, un commandeur d'escadron devait lever son pennon noir et blanc et rallier tous les Templiers présents.
Si les couleurs templières n'étaient plus visibles, les Templiers survivants devaient rejoindre la bannière des Hospitaliers. Dans le cas où celle-ci était tombée, les Templiers devaient rallier la première bannière chrétienne qu'ils apercevaient.
Le gonfanon baucent est représenté dans les fresques de la chapelle templière San Bevignate de Pérouse en Italie. La bande blanche se situe dans la partie supérieure. Il est aussi dessiné dans la chronica majorum, les Chroniques de Matthieu Paris en 1245. Dans ce cas, la bande blanche se trouve dans la partie inférieure59

Le saint patron

Saint Georges était un saint très vénéré par les ordres militaires et religieux, mais les Templiers considéraient Marie comme leur Sainte Patronne.
Les Templiers vus par leurs ennemis
Les croisés dans leur ensemble étaient perçus par les Arabes comme des barbares, ignorants et puérils. Au début du XIIe siècle, les Templiers se révélèrent être les combattants les plus redoutables que durent affronter les Arabes.
Cependant, en dehors du champ de bataille, on note qu'une certaine tolérance religieuse les animait. En 1140, l'émir et chroniqueur Oussama Ibn Mounqidh, par ailleurs ambassadeur auprès des Francs, se rendit à Jérusalem.
Il avait l'habitude d'aller à l'ancienne mosquée al-Aqsa, lieu de résidence de mes amis les Templiers.
L'émir rapporta une anecdote pendant laquelle les Templiers prirent ouvertement sa défense lors de la prière. Alors que la façon de prier des musulmans était à la fois inconnue et incomprise des Francs nouvellement arrivés en Orient, les Templiers, eux, faisaient respecter ce culte, même si celui-ci était qualifié d'infidèle.
Quelques années plus tard, en 1187, lors de la bataille de Hattin, le chef musulman Saladin fit décapiter au sabre, sur place et en sa présence, près de deux cent trente prisonniers Templiers.
Le secrétaire particulier de Saladin concluait en parlant de son maître : Que de maux il guérit en mettant à mort un Templier.
En revanche, les chefs militaires arabes épargnaient les maîtres de l'ordre prisonniers parce qu'ils savaient que dès qu'un maître mourait, il était immédiatement remplacé.

Les principales batailles

Dans l'action militaire, les Templiers étaient des soldats d'élite.
Ils ont fait preuve de courage et se sont révélés être de fins stratèges.
Ils étaient présents sur tous les champs de batailles où se trouvait l'armée franque et ont intégré les armées royales dès 112965.

Second siège d'Ascalon 16 Aoùt 1153

Le siège de Damas ayant été une grosse défaite pour le roi de Jérusalem, Baudouin III, celui-ci décida de lancer une attaque sur Ascalon.
Le maître de l'ordre, Bernard de Tramelay, appuya l'avis du roi et l'attaque fut lancée le 16 août 1153.
Ce fut une hécatombe pour les Templiers qui pénétrèrent au nombre de quarante dans la cité derrière leur Maître. En effet, ils furent tous tués par les défenseurs égyptiens de la cité et leurs corps suspendus aux remparts66.
Cet épisode a soulevé de nombreuses polémiques car certains prétendirent que les Templiers voulaient entrer seuls dans la cité afin de s'approprier tous les biens et trésors alors que d'autres pensaient qu'ils voulaient, au contraire, marquer l'ordre d'un fait d'armes.
Toutefois, la ville d'Ascalon tomba le 22 août 1153 et l'ordre du Temple élut un nouveau maître : André de Montbard.
Il accepta cette nomination pour contrer l'élection d'un autre chevalier du Temple, Guillaume II de Chanaleilles, fils de Guillaume Ier, l'un des héros de la Première croisade aux côtés du comte de Toulouse Raymond IV, dit Raymond de Saint-Gilles, favori du roi de France Louis VII et qui aurait permis au roi de contrôler l'ordre.

Bataille de Montgisard 25 novembre 1177

Cette bataille, menée le 25 novembre 1177, fut l'une des premières du jeune roi de Jérusalem Baudouin IV, alors âgé de seize ans.
Les troupes du roi avaient été renforcées par quatre-vingts Templiers venus de Gaza à marche forcée.
Cette alliance de forces eut raison de l'armée de Saladin à Montgisard, près de Ramla

Bataille de Hattin 4 juillet 1187

Après la mort du roi Baudouin V, Guy de Lusignan devint roi de Jérusalem par le biais de sa femme Sybille, sœur du roi Baudouin IV.
Sur les conseils du Temple, alors commandé par Gérard de Ridefort et de l'Hôpital, Guy de Lusignan apprêta l'armée. Comme le temps était particulièrement aride et que l'unique point d'eau se situait à Hattin, près de Tibériade, le roi fit prendre cette direction à ses troupes.
Le 4 juillet 118769, Saladin encercla les Francs.
Presque toute l'armée fut faite prisonnière, environ quinze mille hommes, ainsi que le roi lui-même. Saladin ayant une aversion particulière pour les Templiers, ceux-ci furent tous exécutés par décapitation, ainsi que tous les Hospitaliers.
Un seul Templier fut épargné, le maître en personne : Gérard de Ridefort.

Bataille d'Arsouf. Le 7 Septembre 1191

Après la chute de Jérusalem, une troisième croisade fut lancée à partir de l'Europe.
Richard Cœur de Lion se retrouva seul après le retrait de la majorité des troupes allemandes de Frédéric Barberousse, après la noyade de ce dernier dans un fleuve et le retour de Philippe Auguste en France.
Richard fit marcher son armée le long de la mer, ce qui lui permit de rester en communication avec sa flotte et, ainsi, d'assurer continuellement l'approvisionnement de ses troupes.
Formée d'une immense colonne, l'armée de Richard avait pour avant-garde le corps des Templiers mené par le maître de l'Ordre du Temple, Robert de Sablé, venaient ensuite les Bretons et les Angevins, Guy de Lusignan avec ses compatriotes Poitevins, puis les Normands et les Anglais et enfin en arrière-garde les Hospitaliers.
Dans les premiers temps de la bataille, Richard subit l'initiative de Saladin mais reprit la situation en main pour finalement mettre l'armée de Saladin en déroute par deux charges successives de la chevalerie franque et ce malgré le déclenchement prématuré de la première charge.

Bataille de Mansourah le 8 février 1250

Bataille de Damiette

Le comte Robert Ier d'Artois, désobéissant aux ordres de son frère le roi Louis IX, voulut attaquer les troupes égyptiennes malgré les protestations des Templiers qui lui recommandaient d'attendre le gros de l'armée royale.
L'avant-garde franque pénétra dans la cité de Mansourah, s'éparpillant dans les rues. Profitant de cet avantage, les forces musulmanes lancèrent une contre-attaque et harcelèrent les Francs.
Ce fut une véritable hécatombe. De tous les Templiers, 295 périrent. Seuls quatre ou cinq en réchappèrent. Robert d'Artois lui-même, instigateur de cette attaque sans ordre, y perdit la vie.
Saint Louis reprit l'avantage le soir même en anéantissant les troupes qui venaient d'exterminer son avant-garde. Cependant, les Templiers avaient perdu entre-temps presque tous leurs hommes.
Cette bataille finira par une lourde défaite et la capture de Louis IX, libéré contre une rançon. La nouvelle de cette défaite fut désastreuse car personne n'imaginait la défaite d'un roi si religieux.

Suite -> http://www.loree-des-reves.com/module ... ost_id=3569#forumpost3569


Posté le : 12/10/2013 13:06
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant




[Recherche avancée]


Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
36 Personne(s) en ligne (20 Personne(s) connectée(s) sur Les Forums)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 36

Plus ...