| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Tranche de vie... - Nouvelles - Textes
Nouvelles : Tranche de vie...
Publié par admin le 01-01-1970 20:40:00 ( 1039 lectures ) Articles du même auteur



Il fait froid.
Je ne sais pas ce que je ressens mais je grelotte et il fait tout noir dans ce minuscule espace que j’habite depuis un temps dont j’ignore l’origine. C’est une situation bien inconfortable d’autant plus que je suis ballotté en avant, en arrière, à gauche et à droite. Ca n’arrête pas !
C’est énervant de ne pas savoir où je suis et encore plus agaçant d’être chahutée comme cela !! Je ne sais pas depuis combien de temps je suis ici. Je sens tout autour de moi comme une enceinte froide et humide et… tiens je viens d’être projetée en avant puis en arrière. Heureusement cet endroit où je me trouve est assez robuste et je reprends ma place initiale après beaucoup d’hésitations. Ca n’arrête pas !!
Et cela dure depuis que j’ai pris connaissance de l’endroit où je suis. D’ailleurs où suis-je ? Je voudrais bien le savoir car ne rien voir, ça vous met les nerfs en pelote !!! Sans arrêt je me balance dans tous les sens et cela finit par me donner l’envie d’aller voir ailleurs !! Mais je ne le peux pas. Hélas ! Je suis prisonnière de cet espace. Je passe mon temps à essayer de distinguer des signes extérieurs pour tenter de me situer. Il m’arrive cependant d’entendre des chocs plus ou moins légers sur la cloison qui m’entoure.
Je ne connais pas ce genre de manifestations. J’essaye de comparer cela à ce que je sais déjà. Sans résultat… Je reste dans mon mystère.
Je me rappelle qu’il y a quelques temps j’ai été projetée vers l’arrière et je que suis restée dans cette position pendant tellement de temps, ça m’a semblé long, que lorsque j’ai enfin pu reprendre ma position normale, j’ai mis du temps à m’en remettre. On n’a pas idée de me faire prendre de telles positions. A mon jeune âge ça peut être traumatisant. Je ne tiens pas à rester handicapée toute ma vie à cause de ces comportements. Je voudrais bien savoir pour quelles raisons je me suis trouvée ainsi chahutée et forcée d’adapter une position si inconfortable que je ne souhaitais pas. A nouveau je ressens des secousses et des contraintes qui me feraient presque perdre mon équilibre !
Curieusement c’est presque toujours dans la même direction que je suis obligée de me pencher. Il faudra bien que j’en découvre la raison car je vais être déformée si cela continue.. De temps en temps j’aperçois comme des lueurs passagères qui s’estompent et me laissent dans mon ignorance.
Cela dure plus ou moins longtemps. Peu importe puisque le résultat est toujours le même. Encore un chahut à l’extérieur de la cloison qui m’enserre, et me voilà projetée dans tous les sens. En plus de cela je ressens à nouveau ces petits chocs qui me font vibrer en plus de me faire plier.
Heureusement que je suis bien solidement accrochée dans cet abri que forme la cloison qui me maintient fermement. On peut me secouer ! Je me sens assez forte pour supporter toutes ces brimades. Comme si on essayait de me faire mal ou de se débarrasser de moi. Cela fait bien longtemps que cette situation dure. Mais depuis quelques temps déjà je sens bien que ma prison s’est agrandie. J’en profite pour prendre un peu plus d’aises !!
Pourtant rien ne change pour le reste.
A part que j’ai cru constater que ces lueurs passagères que j’observais jusqu’à maintenant, durent un peu plus longtemps. Ca n’empêche pas que je continue à me faire secouer comme un hochet qu’on aurait donné à un gamin. En ce moment c’est plutôt du sérieux !! Cependant il y a une amélioration dans ma situation car j’ai un peu moins froid qu’il y a quelques temps. Peut-être à cause de ma plus grande taille, ce qui a accru ma résistance à ces soubresauts. J’arrive aussi à me nourrir d’avantage.
C’est très bien car j’ai besoin de plus en plus de nourriture. Cela me procure, en plus, quelques calories supplémentaires. Car bien qu’il fasse moins froid qu’il y a quelques temps, je n’ai quand même pas bien chaud ! Je sens bien que je grandi. Heureusement ma prison grandit avec moi, ce qui semble me procurer un peu plus de bien être. Je me sens aussi plus forte dans cet espace.
Les chocs que je ressens à l’extérieur ne m’inquiètent plus. J’y suis maintenant habituée. De toute façon l’endroit où je suis est bien solide, alors je ne risque rien ! Et vlan ! Encore une secousse. Depuis peu ces secousses se font moins fréquentes. Il y a comme une accalmie dans l’air. C’est vrai aussi que je résiste de mieux en mieux aux balancements parfois violents qui me sont imposés par je ne sais qui ou quoi. J’ai de plus en plus de possibilités pour me nourrir à ma guise. J’ai l’impression d’avoir de plus en plus faim !! Peut-être à cause de ma taille qui grandit régulièrement ? Je me sens bien dans ma demeure. Les cloisons qui m’étouffaient jusqu’à maintenant semblent me donner plus de libertés de mouvements. Je suis à l’abri et nourri… que faut-il espérer de mieux ? Et toujours ces lueurs que je distingue de plus en plus souvent. Cela me fait beaucoup de bien. J’arrive enfin à me réchauffer malgré la fraîcheur que je ressens toujours au travers de la cloison qui me cerne. C’est vrai qu’il fait moins froid. Ce n’est plus du tout la même fraîcheur. J’ai par moment la sensation de plus de bien-être. Voilà que je dois me courber vers l’avant maintenant… Qui m’oblige à me mettre ainsi dans cette position ? J’en ai assez de ne pas pouvoir réagir. Je vais essayer de me redresser… Ouf ! Je n’y arrive toujours pas. Je croyais pourtant que j’y arriverai plus facilement après avoir pris toutes ces forces. Il va falloir continuer à se muscler pour arrêter ces humiliations. Ouf ! Je peux enfin reprendre ma position idéale. J’entends un tel vacarme derrière les cloisons de ma demeure que j’en ai peur un instant. Je sens que je tombe mais je suis brusquement remis dans ma position normale. Normale parce que je m’y sens bien. Tout redevient calme. Je vais me restaurer pour reprendre des forces après cet exercice éprouvant. Il fait sombre maintenant. J’entends comme des craquements sur la cloison de ma prison. Que se passe-t-il encore ? Je croyais être enfin tranquille. Depuis plusieurs jours je me sens plus à l’aise dans ma demeure. D’ailleurs il faudra bien que j’arrive à voir ce qu’il y a à l’extérieur de celle-ci. Je ne sais pas comment je vais m’y prendre. Peut-être qu’en poussant un peu plus fort de tous les côtés ? J’ai pris beaucoup de forces ces temps-ci et cela devrait m’aider dans cette tentative. J’ai fait un essai peu avant, mais sans succès. J’en ferai d’autres jusqu’à ce que j’arrive enfin à voir où je me trouve. J’ai de plus en plus chaud dans ma cellule. Surtout quand j’aperçois des lueurs plus claires à l’extérieur. Quand je ne les vois plus, bizarrement j’ai moins chaud et je me sens un peu mieux. Jusqu’à ce que j’ai à nouveau froid. Quelle vie !! C’est décidé ! Aujourd’hui je vais faire une nouvelle tentative pour savoir où je suis. Allons-y !!! Han, han, han… j’aperçois une lueur extérieure plus intense. J’y suis presque arrivé !! D’ailleurs je crois bien que j’ai abîmé un peu ma cloison car elle ne s’est pas refermée complètement après cette tentative. Tant pis. Il fait bien sombre maintenant. Tous mes efforts m’ont fatigué et je vais devoir me reposer quelques temps. J’attendrai un peu avant de faire une nouvelle tentative. Je suis trop curieuse pour ne pas continuer. Cela commence à m’exciter !
Clin d'oeil

§§§§§

 

Encore ces chocs sur la cloison de ma cellule. Et ces balancements qui reprennent. Décidemment ça ne finira donc jamais ! Mais je me sens bien accrochée sur ma base. Pas de panique. Avec les forces que j’ai prises il ne pourra rien m’arriver de grave…

 Enfin les lueurs sont réapparues. Elles durent de plus en plus souvent. Cela me fait du bien et j’ai aussi l’impression qu’elles m’aident à grandir. J’ai aussi de plus en plus chaud dans cette cellule. Tant pis ! Il va falloir que j’essaye d’en sortir car j’étouffe !

 Avant de faire un nouvel essai pour voir au-delà de ces cloisons qui m’entourent je vais encore attendre d’avoir un peu plus de forces. La nourriture est abondante et bonne. Quel régal !

Toujours ces balancements et ces bruits derrière les cloisons de ma cellule. A droite. A gauche. Devant. Derrière. Il faut tenir la forme ! Je l’ai heureusement !

Bon je vais faire un nouvel essai pour voir au dehors de ma cellule. Attention devant !!!

Han, han, han, … enfin ça y est !! Je peux enfin distinguer ce qui se trouve au-delà de ma prison.

Cette fois-ci j’ai eu raison des cloisons de ma cellule. D’ailleurs elles ne se referment plus du tout autour de moi. J’ai même l’impression qu’elles vont bientôt me quitter tant elles se sont relâchées.

Il faut que je me repose un peu avant de continuer et de voir enfin où je suis. Pour le moment il fait sombre et le fait de n’avoir plus rien autour de moi pour me protéger me procure un peu d’angoisse…

Je sens la fraîcheur qui m’envahie. Il faut que je me rassure. J’ai hâte de revoir ces lueurs que je distinguais lorsque j’étais dans ma cellule. D’ailleurs je me sens toute humide et je ne sais pas comment me débarrasser de ce liquide qui me couvre. D’ailleurs je n’arrête pas de recevoir ces gouttes de liquide qui me donnent froid. Je vais souffler et attendre de revoir ces lueurs qui me donnent tant de chaleur quand elles sont présentes. Il faut être patiente !

J’ai bien attendu jusqu’à maintenant. Je ne sais pas ce qui m’attend mais j’ai aussi hâte de connaître mon environnement que j’appréhende en même temps. Je me sens toutefois assez forte pour l’affronter. Cela fait un long moment que je suis dans l’obscurité.

Quelque chose semble bouger devant moi. Comme si des lueurs allaient enfin se manifester.

Je vais essayer de me concentrer pour voir de quoi il en retourne.

Ces lueurs sont tellement faibles que j’ai bien du mal à faire la différence avec l’obscurité qui m’entoure. Cependant j’arrive à distinguer maintenant des lueurs magnifiques loin devant moi et au dessus de moi. Ce ne sont que des teintes de Rose, de Blanc, de Bleu ou encore d’Orange.

Parmi cet espace de beauté je vois aussi quelques tâches plus ou moins sombres qu semblent courir les unes après les autres. Il faudra que je me renseigne sur leur nature.

Je regarde autour de moi. Je m’aperçois que je ne pas seul. J’ai de la compagnie tout autour de moi, et tous me ressemblent ! Je me sens rassuré car ce que je découvre est bien inquiétant pour le moment. En observant bien autour de moi je découvre plus loin un voisin qui ne me ressemble pas du tout ! Ce voisin n’a pas du tout la même forme bien qu’ayant une couleur proche de la mienne. Sa forme est plus longiligne que la mienne et il semble moins souple aussi.

Si j’osais je le questionnerais…

Allons-y…

«Hé voisin, pourquoi as-tu cette forme ? Tu n’es pas de la même famille que la mienne ? »… Pas de réponse …

Je renouvelle ma question plusieurs fois.

Enfin mon voisin me répond :

« Je ne suis pas comme toi parce que justement nous ne sommes pas de la même famille. »       « Cependant nous servons à la même chose. Je suis aussi plus vieux que toi. Il y a bien    longtemps que je suis là et je t’ai observé pendant longtemps avant que, enfin, tu ne vois   le jour !! »

« Hé, peux-tu me dire ce qui coule le long de moi et ce qu’est ce que j’aperçois courant au dessus de moi ? »

 « Ce qui coule sur toi n’est autre que de l’eau de pluie qui tombe de certains nuages. Elle est très utile pour que tu vives et pour que tu grandisses. Elle est parfois froide, c’est           désagréable dans ce cas. »

« C’est quoi un nuage ? »

 « Ce que tu vois courir au dessus de toi, ce sont justement des nuages qui traversent le          ciel et qui voyagent tout autour de la terre. C’est un oiseau qui me l’a dit l’année    dernière…. Je voudrais bien être un nuage pour découvrir cet endroit où nous vivons. Il         m’a dit aussi que cet endroit où nous vivons s’appelle la Terre.»

« C’est quoi un oiseau ? »

 « Ah oui ! Un oiseau c’est plus ou moins grand, comme celui que tu aperçois devant toi.            C’est un être très léger couvert de plumes et qui se déplace dans l’air grâce à ses ailes   garnies de plumes elles aussi. Leurs couleurs sont parfois extraordinaires de beauté. Et en plus certains d’entre eux chantent merveilleusement bien ! Tu en verras certainement    bientôt tout prés de toi.»

« Encore une question et je te laisse tranquille : qu’est-ce qui m’oblige toujours à bouger dans tous les sens malgré moi ? »

« Ca c’est le vent. Tu verras durant toute ta vie qu’il peut venir de toutes les directions          et qu’il peut être plus ou moins fort. Ca n’est pas bien méchant mais ça devient fatiguant       si cela dure trop longtemps et en plus si le vent est fort cela peut être dangereux !... Il      faut bien t’accrocher !! »

J’ose encore une question.

« Pourquoi y a-t-il des moments où on ne voit plus rien et d’autres où tout est éclairé ? »

 « Les périodes sombres, on les appellent la Nuit. Les autres c’est le Jour. La différence         est que pendant le jour c’est le Soleil qui te chauffe. C’est lui que tu aperçois en premier            le matin en face de toi. Il te procure alors de la chaleur. Ce soleil disparaît ensuite, bien      plus tard, derrière la terre et alors il fait nuit. Pendant cette période il fait plus frais »

« Tu as dû t’en apercevoir !! »

« Oh oui !! »

 Je commence à découvrir mon environnement. Je comprends maintenant certaines choses grâce à mon voisin. J’ai l’impression que le ciel est maintenant plus clair et qu’il fait moins froid.

J’aperçois des nuages sombres qui s’approchent et le vent devient plus fort maintenant. Comme l’a dit mon voisin, il faut que je m’accroche. Ca y est je sens l’eau de pluie qui ruisselle sur moi. Ca me fait grelotter car cette eau n’est pas bien chaude …

Un oiseau passe tout prés au dessus de moi avant d’aller se poser prés de mon voisin. C’est drôle un oiseau ! Celui-ci est tout noir avec un bec jaune.

Lui il joue avec le vent et moi je suis obligée de le subir. Le voilà qui se met à chanter. C’est vrai que ça chante bien ! Comme c’est agréable !
Content(e)
 

Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
42 Personne(s) en ligne (15 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 42

Plus ...