| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Changement de vie - Nouvelles - Textes
Nouvelles : Changement de vie
Publié par chti59 le 06-01-2012 10:00:00 ( 959 lectures ) Articles du même auteur



I - Changement de vie

 ************************************

J’ai eu bien du mal à attraper le métro à l’heure que je m’étais fixé. J’ai mis plus de temps que prévu à me préparer et encore plus à préparer Julie ma petite fille de 7 ans. Elle ne comprend pas ce qui nous arrive, elle si habituée à avoir un rythme de vie bien réglé et bien à l’abris des soucis extérieurs. J’avais prévu de prendre ‘mon métro’ vers 9h30, et je ne suis en retard ‘que’ de 10 minutes. Peu importe puisque j’ai aussi prévu un peu d’avance. Heureusement sinon je risquais de rater ce train du bonheur comme je l’appelle. J’ai pu entasser mes trois valises dans un coin de la voiture où nous nous trouvons. Ce n’est plus et pas encore la sempiternelle heure de pointe et il y a assez de place pour pouvoir poser ses valises.

 

Pendant que ce métro roule vers la première destination de notre voyage, je me rappelle les quelques années passée ici depuis mon arrivée.

Je suis ‘monté’, alors que j’avais seulement 17 ans, en région Parisienne comme beaucoup de ceux qui y habitent pour y trouver un travail que je n’arrivais pas à trouver en Province. Ce fût difficile au début de se retrouver seul, sans aucune connaissance, dans cette ville tentaculaire où on ne pardonne rien et où on pense ne trouver personne pour vous aider. Ce n’est pas le cas heureusement.

Au bout de quatre années passées dans un petit studio prés de la gare Saint-Lazare, j’avais réussi à acheter un petit appartement prés de l’Opéra, dans la rue Monsigny, et je m’y trouvais encore bien il y a quelques mois. Je n’étais pas très loin de mon lieu de travail, ce qui me permettait de ‘flâner’ quand je sortais de mon bureau le soir vers 19 heures.

C’est un an après cette installation que j’ai fait la connaissance de Sabine alors que j’étais au restaurant, situé non loin de l’Opéra, rue Pierre 1er de Serbie.

Elle était Chef de Rang dans ce restaurant. Notre connaissance a été étrange et accidentelle, dans les deux sens de ce dernier terme. C’est toujours ainsi parait-il.

La serveuse qui devait s’occuper de ma table a malencontreusement renversé de la sauce en passant prés de moi pour aller servir une autre table derrière moi. J’ai alors demandé réparation pour cela et c’est ainsi que j’ai pu faire la connaissance de Sabine que la serveuse fautive a appelée. Grâce à son professionnalisme et à son sens de la clientèle mon problème fût réglé en très peu de temps. Nous avons pourtant eu le temps d’échanger quelques paroles.

Ce ne fût pas le coup de foudre immédiat mais je suis ensuite revenu dans ce restaurant de façon plus régulière. Parfois Sabine était présente mais parfois elle était en congés. C'était plus facile pour moi car j’étais responsable d’une Agence de Voyages et donc j’arrivais à avoir des heures de fréquentation plus régulières, bien qu’aléatoires. A force de se voir et de parler ensemble nous nous sommes revus assez régulièrement d’abord puis très souvent ensuite.

Un jour, après environ 2 années de vie commune, j’ai demandé à Sabine de devenir ma femme. Au début elle a été surprise car elle se trouvait encore trop jeune. Mais j’ai quand même réussi à la convaincre, sans trop de mal à vrai dire, au bout de deux semaines. C’est ainsi qu’un Dimanche de Juillet 1970 j’épousais celle que je chérissais par-dessus tout. J’avais alors 23 ans.

Nous avons vécu alors 12 années de parfait bonheur, avec des hauts et des bas comme dans tous les couples. Nous en avons bien profité, effectuant de nombreux voyages à l'Étranger et nous avons aussi bien profité de la Vie Parisienne. Nous avons été complètement libres de nos mouvements pendant 5 années jusqu’à la naissance de notre fille Julie. Ce fût un autre moment de bonheur. Elle était superbe dés sa naissance avec déjà de grands yeux verts et des cheveux d’un noir plus que soutenu. Notre vie a alors changé car il a fallu s’occuper de cet adorable cadeau.

Nous avions des amis, mais leur demander de garder notre Julie trop souvent aurait été abusif. Nous sommes alors sortis moins souvent. Notre vie était un peu bouleversée mais nous nous en accommodions très bien alors.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 07-01-2012 00:52  Mis à jour: 07-01-2012 00:52
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9029
 Re: Changement de vie
Ce morceau de vie est agréable à lire, mais je trouve que dans la deuxième partie du texte le récit s'accélére, c'est dommage, on aurait envie de plus de détails, de plus d'anecdotes pour illustrer ce quotidien heureux.
J'espère qu'il y a une suite.
Merci 
aliv
Posté le: 06-05-2013 18:21  Mis à jour: 06-05-2013 18:21
Plume d'Argent
Inscrit le: 25-03-2013
De:
Contributions: 290
 Re: Changement de vie
J'ai pris plaisir à lire ce texte. Il est très fluide et agréable à lire.
je n'ai aucune critique à faire sur l'écriture que je trouve simple mais très bonne.
Alisée
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
37 Personne(s) en ligne (16 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 37

Plus ...