| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Je vois tes lumières - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Je vois tes lumières
Publié par Istenozot le 05-03-2019 21:40:00 ( 20 lectures ) Articles du même auteur



Je dédicace ce poèmes à mes amis Algériens qui passent parfois sur ce site :

Oh Alger, ma ville fragile de lumière,
Qui bouillonne en ces beaux jours de mille espérances,
Renaît de tes cendres barbares, avec aisance.
Eloigne ton sort des ténèbres meurtrières.

Fasse que la liberté te soit coutumière,
Que les jeunes avivent le feu de la confiance
Dans une Algérie étoilée en bienveillance.
Devant les adversités, tu seras si fière !

Je vois tes lumières poindre dans l’arc en ciel
D’un pays que j’aime selon des liens passionnels.
Fais-leur entendre les bienfaits de ton histoire.

Que ta mer avec sa brillance étincelante,
Que ton peuple, avec toute sa force pétulante,
Redonnent à ce noble pays toute sa gloire.

Jacques HOSOTTE

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
19 Personne(s) en ligne (2 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 19

Plus ...