| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Je reviendrai - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Je reviendrai
Publié par modepoete le 01-04-2019 15:59:28 ( 21 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l



J

e reviendrai

Je reviendrai sur les beaux demains
Grimpant intrigué avec un bel entrain
Sur les longs passés d’actes inachevés
Quand se tissaient infinis mes oublis
Dans la cage d’un sage instinct surpris
De se voir enfermer derrière les murailles
Enfiévrées de nouvelles trouvailles
Quand se tarissait l’encens mécène
Il se répandait indigène sur la scène
Afin de préserver ma pensée du malheur
Quand il pourrit dans ces forêts hautaines
A la tentation de passions malsaines

J’ai passé mille frontières dans la honte
De devoir pleurer toutes mes infortunes
Quand le passé dans sa solide habitude
Me dépossédait de riches mansuétudes
Et ne me laissait pour toutes sollicitudes
Ces quelques prières tenaces contre ma peur
Elle me subtilisait le passeport du bonheur
J’ai alors déposé osé une requête à témoins
Mais assis sur leur futur ils n’eurent le soin
De m’apporter la preuve fiable de mes bontés
Que j’avais prodigués sur mon bon passé
Faudra t’il que mon désespoir abonde

Ma pensée dans son bon palais révolté
Consciente que la violence est une réalité
Voudrait exciter la rage de sa saine bonté
Dans le combat d’une grande révolution
Qui confinerait le passé dans son érosion
Loin d’un futur refusant une sûre union
Pour que son bénéfice gorgé de bel avenir
Ne soit corrompu à se voir aisé entretenir
Par ce passé où règne l’agile souvenir
Supporteur d’un conflit de malentendus
Que des faims à la servile pensée ventrue
Voudraient ingurgiter vergogne des malotrus

Galère du temps, mon âme s’est emprisonnée
A la tour des souffrances prés de son geôlier
Esprit attentionné à l’écoute trop désemparée
O belle âme que faut-il faire pour te délivrer
La lumière, la lumière au fond de mes mains
Que je m’élève vers les hauts paradis sereins
Quand le passé me délaissera loin des humains
Quand leur mors ne rognera plus mes humanités
Et leurs crocs ne déchireront plus ma compassion
Pour que mes actions ne soient des déraisons
Entretenant leur orgueil à cette malnutrition
Dégarnie de l’intuitif de ma serviable passion
©ƒC


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
21 Personne(s) en ligne (6 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 21

Plus ...