| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Un vieux train - Poèmes - Textes
Poèmes : Un vieux train
Publié par Behzet le 05-05-2019 11:00:00 ( 59 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes



Un vieux train / Poème de Behzet Hassine .


Vieux train sur des rails rouillés , encore agrippé ;

Devant le hangar d’une gare , abandonné .

Vexé de voir ses frères entrer et partir sans pause,

Pressés , chargés de personnes et de tas de choses

***
Inquiet que les passagers ne caressent ses chaises ;

Les pieds qui , jadis , le piétinaient fort , se taisent.

On le cherchait , on questionnait le chef de gare

De sa place , on courait de peur d’un retard .

***
Alors , ll fonctionnait son alarme effrayante

Et de suite , tous se plongeaient dans son enceinte ,

Telle une mère retrouve ses enfants

Après une bourrasque ou bien mauvais temps.

***
Dans le fracas de la station lequel s’entend

Comme un insupportable emmerdement ,

Il songe aux longues listes de charmants couples

Qui se sont connus sur ses planches , plaisir double.

***
C’était moi , dit , témoin des amoureux , le long

Des voyages , je les divertissais selon

Les lieux : des forêts, des monts , de beaux paysages ,

Ainsi que des fermes , d’animaux , des vestiges

***
Combien d’étudiant, de soldat, d’enfant , d’adulte

J’ai transportés , dans les prés , les vallées abruptes ?

Combien d’anecdote j’ai entendu et conte ?

Combien de cas triste ont consolé mes descentes ?

***
Un charmant bonheur dans mes grands compartiments :

Rire , détente, plaisir et parfois , on prend

Occasion pour lier nouvelles connaissances.

Bref , entre mes parois , la foule trouvait la chance.

***
Echangeant les idées , les gens s’entre-aimaient.

Un train , quand il voyage devient un palais

De paix , d’amour , de soulagement et d’entente.

Un espace serein d’oubli et de détente .

***
Le train est une vie minuscule dans un

Endroit rétréci , à son départ , le parfum

Des sentiments humains énormément s’exhalent

Mais hélas , silence après vacarme , me cale !

***
Ils disent tous que je suis devenu infirme

Et que mes pièces sont introuvables , ils affirment

Bon , reste petit atout , qu’ils me convertissent

Lieu de visite , comme quoi je suis vétuste .

Behzet Hassine


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
30 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 30

Plus ...