| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> L'horizon - Poèmes - Textes
Poèmes : L'horizon
Publié par modepoete le 07-06-2019 18:40:00 ( 52 lectures ) Articles du même auteur



Cliquez pour afficher l





L’horizon


Je voulais
L’horizon aller; toucher
Ce poltron avisé
Ne fut jamais inquiet
Le saisir il ne le voulait
Là où ces larmes radieuses
Se déversent délaissées
Loin de regards affolés
Qui ne veulent perdre aisés
Un trésor d’amitiés
Venue de sources délicieuses
Aussi à la lumière de mes viles pensées
Il m’a laissé
Sur son bord seul à pleurer
Au loin de l’imperceptible mer argentée
Au beau décor duveté
En ces cotons d’écumes audacieuses
Qui de leur cristal m’ont chantonné
L’horizon ne te laissera pas regarder
Le spectacle des atrocités
Mes trésors sont enfouis gentillets
Aux confins de ses côtes malicieuses
Comme tous tes pleurs privilégiés
Que j’associe à ma luminosité
Pour éclairer ces mondes prisonniers
De ces maux que je ne puis tolérer
Quand on ne sait profiter d’une vie délicieuse
Voulant voler à l’horizon ses chimères facétieuses
©ƒC

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
54 Personne(s) en ligne (18 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 54

Plus ...