| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> A.m.o.u.r. - Poèmes - Textes
Poèmes : A.m.o.u.r.
Publié par Alainpro le 16-01-2020 19:20:00 ( 43 lectures ) Articles du même auteur



A.M.O.U.R., cinq lettres l’emprisonnent dans la cage du sens
L’esprit attentif exerce son contrôle sur nos vies
Le savoir s’impose à notre quotidien et masque notre éveil
Le corps inhibé n’ose plus vibrer sur les résonances du mot

Né dans une bulle d’amour, présente et invisible,
Rassurante, berçante, envahissante.
Des parents joyeux de ma présence et aimant dit-on.
L’amour s’apprend-il ? Se transmet-il ou s’expérimente-t-il ?

Une jeunesse insouciante, encadrée de certitudes
Une ombre dans la nuit, un mantra sorti de l’obscurité
« Je ne serai pas triste à la mort de mes parents »
Répété des milliers de foi, aurait-il eu raison de mon amour naissant ?

Premiers émois d’étudiant avalés et dissous dans les noires profondeurs
Le cœur perdu dans le vide abyssal de confiance
Soumis aux exigences de mes pensées
Privé du rayonnement de la puissance de cet élixir Amour.

Dans une vie de croyances, une vie de sachant, une vie emplie de devoirs
Une vie sans respiration, sans inspiration, coupée du monde
Où chaque jour est répétition, où le travail remplace l’œuvre.
Advint Astrakhan et ses premières vibrations de l’Amour.

Les portes du désert de mon être s’ouvrent à une exploration lente et hésitante
Tiré par mes désirs, mes rencontres sont autant de coup de bélier
Dans le château fort de mon existence, sans ouverture
Mes pensées viennent colmater en permanence cet édifice solide.

Chaque femme, chaque corps, chaque sourire, chaque frisson
Autant de présents partagés, vrais bonheurs forts et éphémères
Glissent dans l’infiniment petit de mon être les premières lueurs sur mon diamant
La mer, avec douceur accompagne ce chemin délicat et fragile.

A Cagliari, les cheveux serrés, le sourire franc, ta valise roule
Instantanément dans la bulle du bateau, ta présence se diffuse
Effleure les cafés du matin, transperce les mots
Se pose sur ma peau, doucement, lentement, sans projet.

Ma main te découvre, tu es douce au soleil du matin
Ton sourire, ton regard ondulent sur les vagues
Pas de mots, pas de pensées, nos corps sont au diapason
Le zéphyr du matin souffle avec douceur sur nos cœurs.

Quelques jours partagés auraient-ils fragilisé ma solide armure ?
Rempart de mes pensées sur la voie de l’ascétisme solitaire.
Transformant mes désirs en quête perpétuelle de nouvelles aventures
Fuyant l’idée de la douceur d’un foyer avec son calme bienveillant.

Quelques milliers de mots mettent notre obscurité sous la lumière
Mes désirs de rencontre, se transforment à petit pas
Où t’écrire porte mes moments de plénitude, poussant mes addictions
Doucement au-delà de mon esprit toujours imprégné de ces poids du passé.

Tu es là, du matin au soir, toutes mes pensées sont avec toi
Je marche, tu es là, je mange, tu es là, tu es toujours là,
Je sens ma fragilité s’exprimer, devenir visible, palpable
Tout doucement je la protège, la laisse grandir sans mettre de mot.

J’aime ta présence, j’aime ton corps, j’aime ta façon de vivre
J’aime ta relation à la nature, j’aime ton sourire, ton goût du Spritz
J’aime ton goût de la montagne, du bateau, de l’aventure
Alors pourquoi ne pas oser laisser filer doucement : je t’aime.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 19-01-2020 17:43  Mis à jour: 19-01-2020 17:43
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9109
 Re: A.m.o.u.r.
Après un début très cérébral et fouillé, après un blocage délibérément intellectuel, tu nous conduis vers la maturité de celui qui laisse libre cours à ses ses, à son instinct et son ressenti, et qui découvre le vrai sens du mot " amour";
Merci pour cette route qui nous mène au plaisir d'aimer.


Je te souhaite la bienvenue parmi nous et une longue route sur L'ORée des rêves.
Tu peux aller te présenter sur le forum "qui je suis"
Tu trouveras le règlement du site dans la section "L'ORée des rêves" que se trouve dans la barre de navigation, avec les forums, les ateliers, les concours et défis. ...
Pour une aide technique tu trouveras des explications et des réponses dans "aides techniques" dans la section "ateliers"
Visite, découvre et si tu as un problème demande de l'aide sur la box ou par MP, ta messagerie privée, dans le menu utilisateur à droite.
Merci pour ta participation.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
52 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 52

Plus ...