| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Aux Comptoirs du bar de l'Univers et... - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Aux Comptoirs du bar de l'Univers et...
Publié par Marco le 13-02-2020 12:40:00 ( 29 lectures ) Articles du même auteur



Aux Comptoirs du Bar de L'Univers et bien au de-là…






À l'Orée du doute,





Il y a le comptoir des déboires
Où les heures s'émeuvent
De tant d'amertume,
De tant d'aversion envers l'amour ;



Acides, en sont les peines.


À l'Orée du pire,



Il y a le comptoir des délires
Où la réalité se défait,
Laissant place aux psychoses
Et aux hallucinations meurtrières ;



Mêlées de sang, en sont les larmes.




Et quand le doute et le pire se marient… il y a le néant qui rôde !







Encore otage de la vie et de ses cendres,
Une âme s'écria :




" Dieu j'étais,
Démon je suis devenu,
De votre cœur
Je suis le vampire.
Je jouis de votre souffrance, si délicieuse,
Et je m'en réjouis !

J'ai soif de mélancolies sanguinaires,
De celles qui fracturent les esprits et ouvrent les veines,
J'étanche cette appétence, à l'orée du pire…


Père !
Ces paroles sont l'écho d'un amour que vous avez châtiez,
Souillés en n'ont été mes désirs et meurtries mes passions ;
Vous êtes cette mine maléfique qui a tracé mon destin.
Je vous gomme à tous jamais de mon esprit !

Et vous, Mère, éphémère,
Fidèle à mon Père,
Je vous saurais gré d'effacer mon nom
Qui est inscrit au bout de votre langue,
Il vous était si pénible de le susurrer.

Muette, indifférente, absente, lâche et soumise
Vous êtes l'ivraie qu'il faut jeter dans l'âtre.
Je vous hais au plus profond de mon âme.




Je maudis l'humain, ce nombriliste narcissique
Doté d'un esprit dictatorial,
Dont l'incurie, l'indifférence et sa vénalité font de ce monde,
Un tombeau ;
J'honnis l'inhumanité de tous ses Habitants !



J'abomine cette existence étriquée !
Je hais la vie et j'en maudis l'origine !
Je déteste cette parodie infâmante de bonheur !
J'abhorre ses beautés et ses richesses,
Qui "enfantent " les laissé(e)s-pour-compte et les indigents !

Et je sais, que l'importance de la vie,
N'est due qu'à l'existence de la mort
Et je l'affirme !

La mort, la mort, la mort…

La mort et ses rituels saugrenus, pigmentés d'anges rondouillards,
De mille vierges en chaleur et de je ne sais quoi,
Ne valent guère mieux que la vie,
Et ses furoncles.
Furoncles que sont les pouvoirs dogmatiques,
Qui annihilent les libertés de l'homme,
Et de cette solitude qui vampirise les plus effacés, les plus craintifs,
Les plus démunis et tant d'autres oubliés dans ce caniveau,
Qu'est l'existence.


J'exècre autant la mort que la vie !


La mort, la mort, la mort…
Un tas d'os surmonté d'un crâne,
Au faciès sarcastique,
Portant une cape à capuche,
Munit d'une faux à lame recourbée,
Qui pense détenir entre ses métacarpes
L'horloge du temps… ridiculement absurde.
La Camarde n'est qu'une figure allégorique qui ravit les tatoueurs.



Les chiens, que nous sommes,
Feraient un festin de cette représentation,
Si celle-ci se promenait, au grand jour.



La mort n'est rien qu'un mot,
Un mot qui signifie que la vie a cessé d'être,
Un mot qui fait fleurir et vivre les croque-morts.
Mais, en réfléchissant un tant soit peu,
C'est surtout l'AVENIR de la mort qui est l'effroi de l'homme.
Y en a-t-il un ou pas ?
Panique et trouillomètre à zéro ;
Que l'homme est beau quand il est naturel !



Maintenant, il est grand temps,
Que la vie abandonne mon corps, mon esprit
Et que vive en paix mon âme ! "


-------------------------------------------



Sur une autre fréquence, vitamort, une âme au long passé terrestre, dit :

"Moi, j'ai cessé de vivre
Et me voilà bien au-delà de ces comptoirs de désespérances !




Posé sur un nuage jaune orangé,
Protecteur de toutes les âmes
Et témoin du passage d'une dimension à une autre.
S'impose à mon âme Une chaleur d'une grande quiétude.
Cet environnement rassérène la vieille âme que je suis…

Je pense à hier,
À cette vie de cent années ponctuée d'appréhensions,
De doutes, d'erreurs, d'infortunes et de larmes.
Mais aussi de découvertes, de joies, d'émois,
D’amours partagés,
Et de passions.

C'est une harmonie des plus délicates
Qui allie bonheur et disgrâce,
Allégresse et mélancolie,
Amour et désamour.

La pause est finie !

Je suis libéré
Ce temps n'est plus,
Tout ce que j'ai acquis
N'a plus aucune signification,
Plus aucun intérêt.
Plus de réflexion, plus de questionnement.

Je ne suis plus acteur,
Je n'ai plus de référence, plus de passé,
Plus d'existence,
Un vent a soufflé sur les cendres de mon vécu ;
Je ne suis plus qu'un regard,

Qui assiste à son premier clair de … TERRE !"





MARCO

Début 2016
Terminé, le 31 janvier 2020







Postface : Pas d'enfer, pas de paradis, pas de religion rien de tout ça.
Simplement une angoisse de l'obscur, une frayeur de l'insondable.

Alors, j'ai eu un besoin irrépressible de déverser ma colère sur ces ascendants aveugles, sourds, dogmatiques et absents.

Un besoin de hurler de rage quand on songe à cette existence éphémère et à cette mort sibylline qui vous emporte ; Je ne peux m’y résoudre !

Pas le temps de respirer que l'on échappe son dernier soupir !
Il m'est inconcevable de penser qu'à chaque seconde, à chaque minute qui passe, je meurs un peu plus.

Pour soulager mon esprit, torturé, un CLAIR DE TERRE a adouci ma colère, mon aigreur et a fait de moi un Pierrot !

--------------------------------------

Écrit qui a été laissé à l'abandon pendant trois ans !
Ai-je bien fait de reprendre et de finir cette… " Diatribe" contre l'homme, la vie, la mort… ?

Vos commentaires m'en diront bien plus que mon interrogation !


Marco


Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 16-02-2020 14:26  Mis à jour: 16-02-2020 15:19
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9109
 Re: Aux Comptoirs du bar de l'Univers et...
Si tu as bien fait de finir cette diatribe !?
Ah que oui ! je te suis si bien, moi qui suis sur le chemin de la misanthropie, qui renie tous dogmes, toutes croyances, toutes religions, chaque vers, chaque pensées émises ici résonnent en moi.
Oui, moi aussi je maudis l'humain, ce virus destructeur qui mange sa mère la terre, qui salit l'autre et lui-même.
Comment croire en un dieu ?
J'ai eu envie de tout surligner.
Combien sommes nous à crier notre désespoir ?
Remarquons que nous sommes des privilégiés car nous, nous avons au moins la chance de pouvoir l'écrire et nous avons au moins les mots pour dire nos maux.
Je reste persuadée que seul l'Art, avec un grand A, c'est à dire tous les arts exprimés, justifient notre présence sur cette terre et le droit à la vie.
Magnifique partage.
Mille mercis
LM




Citation :

Je maudis l'humain, ce nombriliste narcissique
Doté d'un esprit dictatorial,
Dont l'incurie, l'indifférence et sa vénalité font de ce monde,
Un tombeau ;
J'honnis l'inhumanité de tous ses Habitants !



J'abomine cette existence étriquée !
Je hais la vie et j'en maudis l'origine !
Je déteste cette parodie infâmante de bonheur !
J'abhorre ses beautés et ses richesses,
Qui "enfantent " les laissé(e)s-pour-compte et les indigents !

Et je sais, que l'importance de la vie,
N'est due qu'à l'existence de la mort
Et je l'affirme !

La mort, la mort, la mort…
Ermite
Posté le: 18-02-2020 09:25  Mis à jour: 18-02-2020 09:25
Plume d'Or
Inscrit le: 31-03-2014
De:
Contributions: 1520
 Re: Aux Comptoirs du bar de l'Univers et...
Fallait-il poursuivre, je dirais oui mais j'ajouterais que d'une certaine manière tu étais le seul à avoir la réponse.
Seul l'artiste sait, il sent.
( Mais je ne suis pas très doué pour les commentaires).
En tout cas, merci pour cette lecture.
Louis.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
66 Personne(s) en ligne (18 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 66

Plus ...