| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Cimetière - Poèmes - Textes
Poèmes : Cimetière
Publié par NicoG le 13-03-2020 02:00:00 ( 231 lectures ) Articles du même auteur



Cimetière



Ca fait bizarre d’admettre, ses défaites, ses torts ou ses défauts.
Ca fait bizarre de se sentir moins bête que ses ainés, pas une question d’intelligence mais le passé ne reste jamais coincé longtemps par le présent.
Ca fait bizarre de pas comprendre surtout, quand tous le savent.
Ca fait bizarre de croire si fort en soi, qu’on soit le seul.
Ca fait bizarre d’être dépendant, de foncer anonyme besoin de personne.
Ca fait bizarre quand les autres ont décidé d’en mettre un plus bas que terre.
Ca fait bizarre quand la bravoure envoie tout le reste en l’air.
Ca fait bizarre d’apprendre par sa bouche que quelqu’un vous aime.
Ca fait bizarre de faire souffrir, d’obliger les autres à vous haïr.
Ca fait bizarre de se faire avoir, de donner aux êtres pour jamais recevoir.
Ca fait bizarre de voir des enfants mourir pour des choses stupides.
Ca fait bizarre de croire en sa cupidité, son orgueil sans comprendre.
Ca fait bizarre d’être fautif, de plus se rappeler des souvenirs.
Ca doit faire bizarre de se savoir coupable sans même l’admettre
Ca fait bizarre de se croire protégé, pur, indestructible.
Ca fait bizarre de mentir, de vouloir.
Ca fait bizarre l’absence, la solitude.
Ca fait bizarre d’aimer la domination, la servitude.
Ca fait bizarre les habitudes sont sans surprise.
Bizarre de se servir des autres, se sentir mal, avoir un gosse, pleurer pour tout, rien sentir du tout, nourrir une famille, perdre son amour, enterrer la chair de son sang. Se retrouver seul. Une fin ? Y tenez vous vraiment ?
Ca fait bizarre d’être en vie ici, de le savoir, comme cette ballade dans votre cimetière.
Parfois elle doit arriver comme un soulagement, ça dépend toujours.
Ca doit quand même faire bizarre de mourir.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
32 Personne(s) en ligne (5 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 32

Plus ...