| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Le moujik et l'enfant - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Le moujik et l'enfant
Publié par Loriane le 22-01-2023 12:40:00 ( 74 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes confirmés



La petite avait mal, la petite avait peur
La petite était pâle, secouée par ses pleurs
La main douce hésitante sur le petit dos
Caressa tendrement, lentement la douce peau.

Le tonnerre des canons, explosait de fureur
Dehors, le noir du gris ravageait vie et fleurs
Petite âme effrayée rivée a sa peluche
La fillette vibrait dans l'effroyable ruche.

Les bras douce-maison lui offrait un rempart
La bouche à son oreille murait le cauchemar
Sous le toit effondré, des vies se cachent et meurt
Dans les ruines noircies, crient le feu, la terreur.

Un prédateur soviet extermine le bonheur
Il est dévastation sicaire de malheur
Dans le sol nourricier pourrissent les corps
Les zébrures des tirs tuent ruinent le décor

Tsar du capharnaüm, ce moujik sans honneur
Arment et tuent les enfants, soudain sans protecteur
Ils seront sous le fer, triste chair à canon
Abîmés dans la mort en décomposition

La petite pleure, le chien Igor est mort
Terminator, l'obus ont tué ses trésors
Elle pleure le poirier détruit par les pilleurs
Sa vie jolie violée par l'exterminateur

La petite avait mal, la petite dans l'aigreur
La petite était pâle, secouée par l'horreur
La main douce hésitante sur le petit dos
Caressa doucement, lentement la tendre peau.


Loriane Lydia Maleville

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
46 Personne(s) en ligne (15 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 46

Plus ...