| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Je les ai vus - Poèmes - Textes
Poèmes : Je les ai vus
Publié par zoran64 le 09-10-2012 00:38:01 ( 887 lectures ) Articles du même auteur



JE LES AI VUS

Je les ai vus voler à l’envers
Dans le tourbillon montant vers le ciel.
Avec les écumes qui se dressent
Couvrant l’inconnu des cieux.

Mon cœur se trompe
Regardant le jardin de mousse
Amère qui s’étale à l’infini.

Je prendrai mon envol
Sans rame et sans voile
Juste pour montrer que
Mon âme aime être happée
Par ta blancheur, comme une étoile.

Dans la nuit sans flamme
Je tiendrai la bougie
De mon âme éclairant
Mon désir de partir
Comme ces oiseaux,
Qui s’abandonnent au vent vers horizon.
Planant dans un grand plaisir.

Au loin une île de naufrage
Qui dans le silence
Attend les rescapés de ses vagues géantes.
J’irai là-bas entendre
Le chant des matelots
Sous le roulement des galets
Pas plus grands qu’un grain de sable.
Je ramasserai des étoiles géantes
Tomber sur l’îlot
Couvrant le désespoir de l’engloutissement.

Et peut-être
Je verrai mon espoir étouffé
Par le sable et des coquillages.

Zoran Savic

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
dumont011
Posté le: 09-10-2012 08:18  Mis à jour: 09-10-2012 08:18
Plume d'Or
Inscrit le: 10-02-2012
De: tunisie
Contributions: 308
 Re: Je les ai vus
belles images
des vers qui tanguent et qui bercent
Loriane
Posté le: 11-10-2012 20:39  Mis à jour: 11-10-2012 20:39
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9203
 Re: Je les ai vus
Toujours magnifique
Citation :
Dans la nuit sans flamme
Je tiendrai la bougie
De mon âme éclairant
Mon désir de partir
Comme ces oiseaux,
Qui s’abandonnent au vent vers horizon.
Planant dans un grand plaisir.

Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
53 Personne(s) en ligne (22 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 53

Plus ...