| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> visite cruciale - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : visite cruciale
Publié par mercier le 30-07-2023 20:23:37 ( 164 lectures ) Articles du même auteur



Visite cruciale


Autrefois devient demain .
Les lignes bleues et sonores de ton ombre
Plongent , curieuses, dans les vagues souriantes
De quelque souvenir ambré
Par les fifres de l’horizon.

Tu dévales comme un rayon icarien,
Apportant le parfum de la solitude
Aux aiglons
Qui s’efforcent de deviner
L’écaille rude des jours venant du zénith.

Déjà,
Les érables mordorés amènent un vent frais
Jusqu’aux centres des ruisseaux primaires.

Ton feu,
Est le premier invité,
À l’arrière -monde
Des latitudes rocailleuses .

Se préparent, en secret ,
Des vaisseaux lumineux
Signant sur la voûte de la nuit
des instants miraculeux,
Destinés à l’avenir de l’aube.

Tu reviens
Cette fois,
Droit et lumineux,
Tes ailes ne sont plus de cire
Mais d’airain.
Tes plumes sont des pulsars indigos,
Pleurant en ondes animales sur le solstice des rêves .

Ton monde semble solitaire.
Les rayures rares de ton pelage
Sont de longs sillages
De guitares et de bruyères .
Soudain,
Arrivent les larmes du vent,
Et te voilà voilier musicien,
Mouillant de tes doigts de ressac
Les claviers rougeoyants d’une parole
Instable et brute.

Naît alors une matière soluble
Dans le givre silencieux
Des buissons arrangés
Pour la saison de la transhumance .


Tes yeux sont des améthystes légères,
Voyant jusqu’au centre des alizées .

Tes oreilles discernent jusqu’au murmure des satellites végétaux
Qui gravitent en lignes serrées
Pour devenir , un jour,
Graminées d’écureuil
Et sources d’ivoire sourdant
Au flanc des collines magnétiques ,
Celles qui attirent ton visage ,
modelant tes traits,
Ourlés de mercure,
En un soleil riche de mémoires élémentaires..

Ton métal
Est un appel
Bondissant à la surface de ce monde,
Onde majuscule
Ornant de roseaux et de diadèmes,
Les berges mélancoliques
De ces continents âcres et pourtant peuplés
De créatures indigo
Effleurant la surface des étangs
De leurs pennes immaculées .






Ton bois
est un murmure de cithare,
envoyant là-bas,
Des messages ondulants en haute résolution.

Ton eau
Est une brume de cigale
semondant les parenthèses du vide
Au festin des cèdres anciens .

Ta terre
Ressemble à un nuage escarpé
de marches sculptées dans la nacre impatiente
Dont tes ancêtres te parlèrent,
Il y a si longtemps,
Quand tu envisageais , craintif,
Ce voyage vers les cardinaux d’un roc
Naissant dans l’orage de ton étoile bleue.

Ta terre est l’assise des cercles
Que les druides regagnent au crépuscule,

Quand ton refrain devient brise,
Quand tes pas se font à peine perceptibles
Sur le sable nuageux de ce monde désiré .


30 juillet 2023

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Istenozot
Posté le: 03-08-2023 21:19  Mis à jour: 03-08-2023 21:19
Plume d'Or
Inscrit le: 18-02-2015
De: Dijon
Contributions: 2303
 Re: visite cruciale
Cher Mercier,

Quel plaisir de te retrouver et de voyager avec toi dans l'imaginaire du monde, de l'esprit et du coeur.

Je vois un passage rituel du monde puissant, du monde violent, au monde incompris que l'on expliquer et vivre, et faire vibrer.
Mais pour cela, derrière la force et la violence du monde, il faut savoir discerner le beau et la douceur dont il faut résoudre les contrariétés et les contradictions afin de l'accepter avec apaisement.

Voilà ce que je vois!

Mille mercis pour ces minutes d'imaginaire!

Bien amicalement.

Jacques
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
106 Personne(s) en ligne (30 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 106

Plus ...