| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> L’année de l’amour et de la philosophie - Nouvelles - Textes
Nouvelles : L’année de l’amour et de la philosophie
Publié par Iktomi le 19-02-2012 00:10:00 ( 708 lectures ) Articles du même auteur



Je l’ai ruminé pendant longtemps, mon programme de lectures pour 2012.  En tête de liste, un projet que je n’ai cessé de différer depuis 2010 : lire et relire Camus. Relire ce que je connais déjà : L’étranger, La peste, Le premier homme, La chute... Et puis découvrir ce que je ne connais pas encore : Le mythe de Sisyphe, L’homme révolté, L’été… Pour Noël, j’avais commandé Camus dans la Pléiade – j’ai des goûts modestes. A la place, j’ai eu Gogol, toujours dans la Pléiade – je ne vais quand même pas me plaindre !

 

De Camus j’ai prévu de remonter à Nietzsche. L’an dernier, je me suis offert l’intégrale du vieux Fred… pas dans la Pléiade, non ! Sais pas pourquoi. Un reste de méfiance, peut-être. Qui finira par se dissiper, je n’en doute pas. Et alors il pourra entrer dans ma bibliothèque par la grande porte.

 

Puis de Nietzsche je remonterai jusqu’aux stoïciens, et des stoïciens aux présocratiques. Un voyage dans les idées qui va m’emmener à deux mille six cents ans d’ici. Je dis bien : deux mille six cents ans d’ici, pas deux mille six cents ans en arrière, ou dans le passé. Une pensée antique n’est pas une pensée dépassée ou obsolète.

 

Je ne l’ai jamais aussi bien compris qu’en lisant récemment L’art de la guerre qui est peut-être aussi… éloigné de nous (distance chronologique, d’ailleurs, plus que culturelle à mon sens) ou peu s’en faut, que les présocratiques. On pourra m’objecter que je suis allé chercher mon exemple en Chine et pas en Grèce, mais je soutiens que la Chine et la Grèce d’il y a deux millénaires et demi ne nous sont pas aussi radicalement étrangères qu’on le croit.

 

Pour ma part en tout cas, je m’y sens bien plus à l’aise que devant ces aberrations fondamentalistes monothéistes ou crypto-nationalistes dont nous sommes abreuvés depuis des décennies.

 

J’ai donc décidé de vivre une année philosophique. Soit, soit, dira-t-on, mais et l’amour dans tout ça ? Pourquoi l’avoir placé dans le titre avant la philosophie si c’est pour n’en pas glisser un mot ? Comme je n’ai pas l’esprit de sérieux, je pourrais essayer de m’en tirer avec une pirouette, genre : « On n’emmène pas de saucisses quand on va à Francfort » (André Pousse à Dany Carrel dans Le Pacha - 1968).

 

Je vais donc tâcher de m’en sortir avec une pirouette un peu plus recherchée. A l’origine, ce texte devait être intitulé « L’année des mille étreintes ». Et puis, j’ignore pourquoi, je me suis attardé sur la philosophie : elle se nourrit de mots, et l’amour de silences… n’est ce pas ce qui les rend complémentaires et indissociables ?

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 20-02-2012 10:38  Mis à jour: 04-03-2014 18:32
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9068
 Re: L’année de l’amour et de la philosophie
Alors bonne année, très bonne année.
Tu as raison, rien de nouveau sous le soleil dans nos quêtes pour comprendre nos mystérieux mécanismes.
Les mythes et légendes furent si utiles pour organiser nos vies et pensées autour de nos peurs de l'indéchiffrable.
Et pourtant il y a tout de même du nouveau dans ce domaine avec les apports de la psychiatrie, et toutes les thèses de la psychologie.
En revanche les sciences dites exactes, si précises soient-elles, n'ont pas fait bouger l’énigme d'un iota.
Après les essentiels penseurs, va faire un détour vers les modestes inconnus, ils ont souvent des attraits aussi.
Sur les sciences justement n'oublie pas Bachelard.

Et je pense pour ma part que le monothéisme qui naquit avec Touthankamon, qui a, après avoir subit une dangereuse révolte de palais a éprouvé un besoin impérieux de construire une image de société inspirée d'une cosmogonie construite sur le modèle pyramidal, et donc avec une tête puissante et intouchable : le seigneur, le Dieu, le père, puisque la cellule familiale se construisit consécutivement sur ce même modèle. Ce monothéisme présent depuis, assèche notre imaginaire, il a passablement réduit nos inspirations et notre spiritualité.
Cet autoritaire " prêt à penser", ce "prêt à croire en boite", a par son intolérance, a rayé les inspirations et a privé l'humanité de la riche recherche de la gnose.
Merci pour le partage
arielleffe
Posté le: 04-03-2014 17:25  Mis à jour: 04-03-2014 17:25
Plume d'Or
Inscrit le: 06-08-2013
De: Le Havre
Contributions: 805
 Re: L’année de l’amour et de la philosophie
Commencer à lire, nous incite toujours à lire davantage et apprendre encore et encore, c'est ça la culture.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
38 Personne(s) en ligne (11 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 38

Plus ...