| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Les mémoires d'un chien.(5) - Textes Illustrés - Textes
Textes Illustrés : Les mémoires d'un chien.(5)
Publié par dumont011 le 13-02-2013 12:50:00 ( 955 lectures ) Articles du même auteur
Textes Illustrés



Bribes du quotidien (suite)






Je le suivis dans les couloirs déserts.
S… semblait savourer beaucoup le périple, que je tins plus pour une sorte d'accès à son passé que pour une visite à proprement dit des lieux. En fait, il me sembla que le cadre n'était qu'un prétexte, un catalyseur de ce rite, de ce pèlerinage qu'est le retour à un vécu révolu afin d'y chercher quelque chose, mais quoi au juste? Un plaisir, un regret, un réconfort ou une explication du vécu présent?
Pourtant, vraisemblablement, S… n'avait rien d'un nostalgique. Mais bah! Ne nous fions pas aux apparences!
J'en ai connu, parmi les humains, de nostalgiques.
Nous-mêmes, chiens, avons des moments de nostalgie poignante! C'est dire que notre mémoire emmagasine également des souvenirs que nous aimons évoquer parfois d'un plaisir empreint de mélancolie!
Ce jour-là, jour mémorable qui bouleversa le cours de ma vie plutôt paisible, voire même fastidieuse, je ne sus si S… allait au gré du hasard ou s'il suivait un itinéraire bien précis. Toujours est-il que dans la pénombre d'un corridor, il n'eut aucune peine à reconnaître la silhouette féminine venant à notre rencontre:
- Alors, M…? Dis-moi s'il se passe des choses intéressantes par ici!
- S…? Tiens! Quelle surprise! S'écria la jeune fille.
Et ils se firent la bise, manifestement aussi content l'un que l'autre de ces retrouvailles.
Ils papotèrent un petit moment, sans faire attention à moi. Pour ma part, je feignais de me désintéresser de leur débat espiègle et de prendre une attitude effacée, seulement je ne pus m'empêcher de jeter des regards furtifs mais examinateurs du côté de la lycéenne, et bien que le couloir fût un peu sombre, je peux, même aujourd'hui dresser d'elle un portrait fidèle.
Son corps de sirène, moulé dans un simulacre de tablier scolaire et d'un jean aux couleurs délavées, se détachait nettement dans le contre jour d'une immense fenêtre là-bas au fond du couloir. Ses traits, comme son nom d'ailleurs, témoignaient de ses origines maghrébines. Sans être vraiment belle, elle attirait le regard et plaisait par le charme de son sourire qui entrouvrait des lèvres d'une sensualité étonnante, creusait deux petites fossettes mignonnes aux joues, et dévoilait une dentition parfaite. Ses cheveux légèrement crépus, répercussion du noir de ses yeux et de ses larges sourcils, étaient détachés et descendaient en cascade jusqu'aux fesses. Le nez était un peu fort et quelques acnés gâtaient son teint.
C'était seulement au moment de se dire au revoir que S… daigna me présenter.
M… me tendit une main chaleureuse, et j'accueillis son sourire comme une preuve irréfutable d'amitié.
Le reste de l'après midi, nous le consacrâmes à flâner. A cette période, je connaissais à peine la ville dans laquelle j'avais débarqué peu de temps auparavant, et je me souviens de cette fin de journée automnale comme d'une épopée où le trophée était la conquête des rues et places jusque là inconnues! S… en était alors le commandant, rappelons-le, car je n'étais encore qu'un subalterne.
La vieille ville, où nichaient de beaux monuments, témoin d'un passé glorieux, me plut particulièrement.
N'allez pas croire qu'un chien se soucie trop de l'histoire! Mais quand bien même mon côté humain aurait apprécié ces vestiges, c'était l'intimité des rues étroites qui m'attirèrent davantage.
Avant d'aller dîner dans un grill, l'un des meilleurs de la ville, selon les dires de S…, nous entrâmes dans un petit troquet.
Nous nous attablâmes et il commanda. Une bière pour moi, une boisson anisée pour lui. Mon camarade buvait ses apéros d'un trait, sans sourciller, mais cela ne le rendait pas volubile, comme la plupart des hommes quand ils ont bu. Toutefois, il me parla, avec humour il faut le souligner, de son enfance, un peu dure à cause d'un père sévère trop imprégné par des pratiques de caserne, mais tempérée par une coexistence maternelle thérapeutique . Il m'ébaucha ses rêves et aspirations. Moi, j'écoutais, je buvais avidement ses paroles! Je sentais notre camaraderie s'ancrer, et pousser en nous les bourgeons de l'amitié.
- Allons manger, dit-il soudain et sans transition.
Cet ordre, jeté ainsi, me tira d'un songe douillet dont je n'aurais jamais souhaité la fin.
Le grill était en effet un endroit agréable, avec un personnel chaleureux, des clients sympathiques, et où l'on mangeait une nourriture savoureuse. Je commandai un steak saignant. À travers les âges, les humains ont pris de très mauvaises habitudes, culinaires entre autres: trop saler, trop poivrer et épicer, et surtout trop cuire! Le saignant, il n'y a que cela de bon! D'aucuns diront que ce n'est pas bien sain, car une cuisson insuffisante risque de propager certaines pathologies. Je dirais au diable la santé, pourvu que notre assiette soit succulente. De plus qu'espère-t-on finalement? Vivre éternellement! Ah! Cette manie des hommes! C'est tout au plus quelques années supplémentaires! Et qu'est-ce que la longévité sinon un sursis dérisoire accordé aux hommes au détriment des plaisirs de la vie?
J'ai oublié ce que mon compagnon avait mangé, mais je me rappelle que nous bûmes du vin. Et là, il faut vous informer que je ne suis pas un gros buveur. J'ai donc, de par la logique des choses, été loquace. Le vin, breuvage magique, allume en nous mille désirs, mille folies. Le vin est l'une des inventions prodigieuses de l'homme, bien plus extraordinaire que l'électricité ou le radium! S… m'écouta d'un air amusé, et j'étais content de l'amuser!
A la fin du repas il me dit
- Elle te plaît M….?
M… c'était la fille que nous avions rencontrée l'après-midi au lycée.
J'ai dû rigoler d'un air innocent, car il ajouta:
- Allez! Je te la donne, mon ami!
MON AMI! Il m'a appelé son ami!
Ce mot résonna longtemps dans mon esprit de chien.
Dehors, alors que je l'accompagnais à la station du métro, je jubilais. J'étais ivre, dans les deux sens du mot. Je me suis mis à jeter de petits aboiements et S… me tapota les épaules en disant que j'étais un gentil petit chien. Les passants nous regardèrent avec des sourires égayés.
J'étais déjà dans ma mansarde, que ma folie durait toujours. Bien qu'il y ait des limites à tout, mon bonheur n'en avait point!
Je répétais " j'ai un ami, j'ai un ami", à l'instar de Jean-Christophe de Rolland, dans ce texte qui m'émut alors que j'étais encore au collège.
J'ai un ami; un ami!
Heureux!
J'étais heureux!
Heureux comme ne l'a été aucun toutou!

(à suivre)…

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
emma
Posté le: 14-02-2013 17:12  Mis à jour: 14-02-2013 17:12
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1495
 Re: Les mémoires d'un chien.(5)
" De plus qu'espère-t-on finalement? Vivre éternellement! Ah! Cette manie des hommes! C'est tout au plus quelques années supplémentaires! Et qu'est-ce que la longévité sinon un sursis dérisoire accordé aux hommes au détriment des plaisirs de la vie? "

J'aime beaucoup cette façon de penser ! J'ai certainement le même rapport à la nourriture.


Cette histoire de chien est tout à fait à mon gout !
Loriane
Posté le: 15-02-2013 16:54  Mis à jour: 15-02-2013 16:54
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9066
 Re: Les mémoires d'un chien.(5)
Ton récit, s'étoffe, se forme de plus en plus.
La symbolique derrière ce regard de chien est plus puissante et te laisse plus libre qu'un récit dans la peau d'un humain. Je trouve la formule très habile.
Un ami, tout, tout pour être adopté, attaché, en relation, intime, accepté ...
Ami quel beau mot, être connu c'est si peu, être reconnu, c'est tout.
Je suis très sensible à cette quête de l'amitié de l'autre, nous la connaissons tous.
Cette quête peut faire de nous des gens riches, elle peut faire de nous des gens lâches.
Mais qu'est-ce que veut dire "je te la donne" ?
Très agréable lecture
Ouah Ouah! ouah ouuuaaah !
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
38 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 38

Plus ...