| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> le cannibale chapitre 3 partie 1 - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : le cannibale chapitre 3 partie 1
Publié par saulot le 24-05-2017 09:27:24 ( 389 lectures ) Articles du même auteur



Marco prit une bible publiée au dix septième siècle que possédait Hubert, et la vendit à un antiquaire, peu regardant sur la provenance de ses marchandises, il en obtint dix mille euros. Une fois muni de cette somme Marco alla voir Alphonse. Le faible, la partie de l'esprit de Marco qui détestait les crimes, lui disait de ne pas chercher à corrompre Alphonse, lui soufflait que même si son ami acceptait l’argent, le cannibale s’engagerait dans une spirale infernale, qu’il risquait de passer sa vie à donner la majorité de ce qu’il gagnerait à Alphonse, qu’il devrait craindre en permanence une terrible épée de Damoclès. Tandis que Marco en se confessant à la police, irait certes en prison, mais il éviterait de subir une torture mentale qui l’empêcherait de dormir, il n’aurait pas à supporter la tyrannie d’Alphonse. Le fort dit que Marco pouvait éviter la prison et le chantage, en supprimant rapidement Alphonse, personne ne soupçonnera le cannibale d’avoir mis fin à la vie de son camarade vénal, comme il était un ami d’Alphonse. Après une intense réflexion, Marco décida de tenter la corruption, et de ne tuer Alphonse que s’il devenait trop gourmand. Le cannibale absorbé par ses réflexions marchait lentement, il mit une heure au lieu d’une demi-heure pour aller de son domicile du six rue du serpent au neuf avenue du marteau.

La demeure d’Alphonse se trouvait dans un grand jardin de mille mètres carrés, la propriété était entourée par des haies au niveau de trois côtés, et le terrain côté rue était délimité par une palissade de plastique blanche. Le jardin contenait des pins, des bouleaux, des houx, ainsi qu’un chêne âgé de plus de deux cents ans. En plus des arbres se trouvaient des fleurs, notamment des massifs de rosiers. La maison en elle-même se caractérisait par un toit noir, des volets bleus, et des murs blancs, elle contenait plus de vingt pièces, et était constituée de vingt deux fenêtres. La maison semblait abandonnée, à voir les traces de mousse sur le toit, les fissures sur les volets, la peinture écaillée des murs, la pelouse qui n’avait pas été tondue depuis des mois, les haies qui dépassaient la taille réglementaire, et la salissure de la palissade. Sur le portillon de la palissade se trouvait une clef rouillée, Marco la toucha machinalement. Les parents d’Alphonse travaillaient soixante heures par semaine, et ne prenaient pratiquement jamais de congés, lorsqu’ils rentraient chez eux, ils étaient très fatigués. Ils n’avaient pas par conséquent l’énergie nécessaire pour assurer l’entretien de la maison et du jardin. Ils avaient les moyens de se payer les services d’un travailleur qui s’occuperait à donner une apparence rutilante à leur demeure. Mais les géniteurs d'Alphonse, Grégoire et Germaine étaient trop avares pour dépenser de l’argent dans cette optique. Par contre comme Alphonse était adoré par Grégoire et Germaine, et qu’il avait voulu dés son plus jeune âge vivre dans une maison spacieuse, ses parents avaient consenti à acheter une grande maison. L’état extérieur de sa maison ne dérangeait pas Alphonse, il n’avait pas envie par fainéantise de l’améliorer, il trouvait que c’était déjà beaucoup qu’il se consacra à la réussite de ses études.

Marco toqua à la porte d’entrée de la maison, Alphonse lui ouvrit, et paraissait parfaitement détendu en le voyant. Comme c’était la première fois que Marco visitait la maison de son ami, il ne put s’empêcher de tiquer en voyant le sol sale, et la poussière qui s’accumulait par endroit, le mangeur d'homme était assez à cheval sur la propreté. Alphonse mena le cannibale à sa chambre, il s’agissait de l’endroit le plus propre de la maison, elle n’était pas d’une propreté rutilante, mais elle était bien moins sale que le reste de la maison. La pièce où étudiait et dormait Alphonse était remplie de posters rendant hommage à des stars, notamment les Rolling Stones, Johnny Halliday et Janis Joplin, et des joueurs de rugby célèbres. La pièce était assez grande, elle faisait plus de trente mètres carrés, la tapisserie était un fond blanc sur lequel était dessiné des aigles et des faucons. La moquette s’avérait noire. Alphonse avait trois armoires qui contenait toutes des vêtements, il changeait de tenue tous les deux jours, ses tenues étaient impeccables, aucune n’avait ne serait-ce qu’un faux pli. Alphonse n’avait pas la patience et l’envie de les repasser, mais avec son argent de poche, il se payait les services d’un homme à tout faire qui s’occupait de son linge.

Marco : Alphonse que dirais-tu de cinq mille euros pour oublier ce que tu as vu chez Hubert ?
Alphonse : Je n’ai pas envie d’argent. Je veux que tu me prennes comme complice quand tu as l’intention de commettre un meurtre.
En entendant ces mots Marco qui se tenait sur le qui-vive et, se préparait à dégainer son couteau automatique éjectable, ouvrit la bouche tellement les paroles d’Alphonse le stupéfièrent.
Marco : Pardon ?
Alphonse : Je souhaite tuer avec toi, j’ai toujours rêvé d’être un tueur, et avoir la possibilité d’assouvir mes pulsions meurtrières avec un ami est pour moi une occasion inespérée. Je me suis rodé sur des animaux errants.
Marco : Si je refusais de t’aider que ferais-tu ?
Alphonse : Rien, cela me désolerait que tu n’acceptes pas d’assassiner avec moi, mais je ne t’en voudrais pas.
Marco : Très bien dans ce cas, je veux bien de filer un coup de main pour devenir un tueur efficace. Par contre tu chasseras tes proies seul.
Alphonse : Ce serait gentil si tu m’accompagnais pour mon premier meurtre d’humain.
Marco : Entendu, mais après tu te débrouilleras sans moi pour la traque. En plus tu dois me jurer que tu ne dévoileras à personne mes activités de meurtrier.
Alphonse : Je promets de ne jamais révéler à qui que ce soit, la vérité sur les assassinats commis par Marco Méré.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 28-02-2013 18:09  Mis à jour: 28-02-2013 18:10
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 8908
 Re: le cannibale chapitre 3 partie 1
Et en voici deux maintenant.
Citation :
la partie de l'esprit de Marco qui détestait les crimes,

"La partie faible" d'un être c'est celle qui va vers le plus facile, et le plus facile est de se livrer sans retenue à ses instincts. La partie forte étant celle qui contrôle ses pulsions et apprend à négocier avec la règle et les contraintes morales et sociales.
Citation :
La moquette s’avérait noire

C'est un mauvais emploi assez commun du verbe avérer qui est un verbe transitif pronominal qui signifie "reconnu vrai" : "ces assertions ne se sont pas avérées".
Là tu devais écrire : "la moquette se révéla être noire"

fofotes :
Citation :
que ferai-tu ?
conditionnel : que ferais-tu
Citation :
dormait Alphonse était rempli
remplie
Citation :
la tapisserie était un fonds blanc
fond

Bravo, tu as une belle équipe maintenant !
Merci
saulot
Posté le: 28-02-2013 18:25  Mis à jour: 28-02-2013 18:25
Plume d'Or
Inscrit le: 23-06-2012
De:
Contributions: 404
 Re: le cannibale chapitre 3 partie 1
Dans mon dictionnaire Larousse s'avérer est de un synonyme de se révéler.
Tu as raison sur le fait que c'est la partie forte d'un individu qui contrôle les pulsions Lydia, mais d'un autre côté Marco a un point de vue de particulier sur la morale.
aliv
Posté le: 09-04-2013 20:45  Mis à jour: 09-04-2013 20:45
Plume d'Argent
Inscrit le: 25-03-2013
De:
Contributions: 290
 Re: le cannibale chapitre 3 partie 1
Coucou me revoilà.
Ce début de chapitre m'a un peu perturbé car j'étais habitué à la rapidité dans les chapitres précédents. Là tu prends le temps de bien décrire la maison alors qu'auparavant tes descriptions sont simples. Et puis je ne vois pas l’intérêt d'avoir un si long paragraphe sur cette maison.

Ensuite j'ai trouvé le dialogue assez irréel mais cela m'intrigue. Cela m'incite à lire la suite pour savoir comment va se débrouiller le duo.

à bientôt pour la suite.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
34 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 34

Plus ...