| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Le cannibale chapitre 4 partie 1 - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Le cannibale chapitre 4 partie 1
Publié par saulot le 24-05-2017 09:15:35 ( 540 lectures ) Articles du même auteur



Chapitre IV : Le sanguinaire

Marco était de plus en plus heureux, sa mère grâce à sa rencontre avec Mathieu Morel, reprenait goût à la vie. Cela réconfortait le cannibale, même si une partie de lui-même aurait voulu que Laure sa génitrice ne connaisse pas d’autre compagnon, à cause de l'attachement de Marco pour son père défunt. Sophie bouleversée par la mort brutale d’Hubert, avait fini à cause des soins prévenants du cannibale par tomber amoureuse de lui. En outre Marco était ravi d’avoir trouvé un confident pour le récit de ses meurtres dans la personne d’Alphonse. Toutefois le côté audacieux pour ne pas dire téméraire de son ami, dans l’exécution des forfaits qu’il accomplissait faisait peur à Marco.

Le cannibale n’avait pas peur qu’Alphonse parla de lui, s’il se faisait prendre, car Marco le croyait d’une grande loyauté à son égard, mais il appréhendait les conséquences d’une arrestation pour son ami. Non seulement Alphonse serait déshonoré mais il subirait une série de punitions très sévères, la vie en prison en France pouvait s’avérer un calvaire. Même si plusieurs réformes depuis le dix neuvième siècle avaient abouti à un adoucissement de la vie des détenus. Il n’empêchait que les prisonniers subissaient des conditions d’incarcération difficiles à supporter, un prisonnier à moins d’être riche ou de faire parti des rares élus à bénéficier d’un travail payé, mangeait une nourriture de basse qualité, et qui s’avérait peu ragoûtante. Sauf cas très exceptionnel un prisonnier vivait dans une forte promiscuité, à cause de l’obligation de partager un espace de moins de dix mètres carrés avec un ou deux autres détenus. L’hygiène en prison s’avérait défaillante, un prisonnier qui arrivait à avoir une douche par semaine, disposait d’un régime de faveur. En outre il fallait supporter les vexations et les brimades qu’infligaient les durs et, les caïds à ceux qui étaient isolés ou, qui montraient des signes de faiblesse. Alphonse possédait un côté délicat qui en fera une cible privilégiée pour les railleries, et les passages à tabac. De plus les tueurs sadiques comme Alphonse étaient très mal vus par les autres prisonniers.

Marco se disait que s’il était capturé par la police, il risquait aussi d’avoir droit de la part des durs, à des gentillesses. Il avait un côté sensible qui le desservirait, il adorait les films avec de belles histoires d’amour et les romans à l’eau de rose. Si les durs découvraient les goûts littéraires et télévisuels de Marco, le cannibale se ferait câliner dans les règles de l’art.

En juin, alors qu’il se rendait à la cantine du lycée Marshall, un événement inattendu eut lieu. La cantine était une zone où plus de trois cents personnes pouvaient se restaurer. Il était fréquent que les élèves finissent toute leur assiette, grâce au grand talent des cuisiniers, et notamment de Charles Coq. Charles travaillait dans un restaurant trois étoiles qui avait fait faillite, suite à la mauvaise gestion des recettes pourtant florissantes par le propriétaire de l’établissement. En regardant le décolleté provocant de Nina une fille qui adorait mettre en valeur sa poitrine, Marco eut une crise de rage, il eut envie de la déguster, de la couper en morceaux, de manger en public sa cervelle et son cœur. Le cannibale pendant une minute lutta contre une pulsion qui semblait irrésistible. Il se sentait bien plus téméraire que d’habitude, des notions comme la discrétion et la retenue, lui semblaient des absurdités. Mais finalement au prix d’un grand effort de volonté, le mangeur d’homme parvint à se retenir. Marco baptisa la partie de lui qui s’était manifestée avec force, le sanguinaire.

Pendant quelques temps le sanguinaire resta en sommeil, ne le troubla pas, mais alors que le cannibale était en train de faire l’amour avec Sophie, le sanguinaire refit surface. Il lui souffla de manger avec de la sauce vinaigrette le foie de sa bien-aimée, la lutte pour garder le contrôle de son corps fut plus âpre que jamais. Marco prétexta un besoin d’uriner urgent pour se retirer de sa partie de jambe en l’air. En fait il n’avait pas du tout envie de faire pipi, mais il craignait que la vue du corps nu de Sophie ne le poussa à commettre l’irréparable. Un conflit violent eut lieu dans l’esprit de Marco, il se dirigea vers la cuisine, et sortit du vaisselier un couteau, au bout de cinq secondes il le rangea, puis il le sortit, ensuite il le rangea à nouveau, il prit et remit dans l’étagère le couteau une dizaine de fois. Au bout de cinq minutes le sanguinaire finit par se taire, mais Marco était à bout de forces. Devant le regard étonné de Sophie, qui demanda ce qui s’était passé, le cannibale répondit qu’il couvait sans doute quelque chose, et qu’elle ferait mieux de rentrer chez elle, pour ne pas être contaminée.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 09-03-2013 22:17  Mis à jour: 09-03-2013 22:17
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9109
 Re: Le cannibale chapitre 4 partie 1
Bon, il a réussi à se contrôler.
Terrifiant !
Sur la forme :
Citation :
L’hygiène en prison s’avérait peu scrupuleuse,

L'expression est impropre, l'hygiène n'est pas de nature à avoir des scrupules.
Pourquoi "sa génitrice" ? il a un problème avec sa mère ?
Merci
saulot
Posté le: 10-03-2013 10:18  Mis à jour: 10-03-2013 10:18
Plume d'Or
Inscrit le: 23-06-2012
De:
Contributions: 411
 Re: Le cannibale chapitre 4 partie 1
J'ai mis génitrice à la place de mère pour éviter la répétition du mot mère.
Iktomi
Posté le: 10-03-2013 18:06  Mis à jour: 10-03-2013 18:06
Modérateur
Inscrit le: 11-01-2012
De: Rivière du mât
Contributions: 682
 Re: Le cannibale chapitre 4 partie 1
Il n'y avait pas de répétition puisque tu la désignais par son prénom.
saulot
Posté le: 10-03-2013 19:17  Mis à jour: 10-03-2013 19:17
Plume d'Or
Inscrit le: 23-06-2012
De:
Contributions: 411
 Re: Le cannibale chapitre 4 partie 1
Si je mettais simplement Laure certaines personnes se seraient demandées de qui je parlais.
Iktomi
Posté le: 12-03-2013 15:26  Mis à jour: 12-03-2013 15:26
Modérateur
Inscrit le: 11-01-2012
De: Rivière du mât
Contributions: 682
 Re: Le cannibale chapitre 4 partie 1
Ben pas toutes moi j'avais compris pourtant j'ai le QI d'une poule
emma
Posté le: 13-03-2013 10:01  Mis à jour: 13-03-2013 10:01
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1494
 Re: Le cannibale chapitre 4 partie 1
Moi aussi, j'ai été un peu arrêtée dans ma lecture par l'usage du mot "génitrice" , c'est un mot qui est de la même famille que "génital" et qui insiste sur le lien biologique de filiation. Or ton personnage a des sentiments pour sa mère qu'il appellerait plus tendrement "maman" que sa génitrice.

Par ailleurs : le personnage de Charles Coq est-il important pour l'histoire ou bien l'as-tu évoqué pour rajouter au réalisme de la scène ? Il n'y a quasiment pas de transition entre l'évocation de son histoire et les déboires sanguinaires de Marco, ce qui m'a un peu perturbée.

Enfin, Marco et sa petite copine sont des ados qui vont au lycée. Font-ils l'amour chez la mère de Marco ? Auquel cas, pourquoi personne à part Sophie n'est réveillé par l'affaire du couteau de cuisine ?

Bonne continuation !
aliv
Posté le: 10-04-2013 17:36  Mis à jour: 10-04-2013 17:36
Plume d'Argent
Inscrit le: 25-03-2013
De:
Contributions: 290
 Re: Le cannibale chapitre 4 partie 1
Le mot "génitrice" ne m'a pas du tout gêné.

Je trouve que tu as bien décrit la quasi double personnalité de Marco. Notamment le fait qui résiste à son côté sombre.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
70 Personne(s) en ligne (17 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 70

Plus ...