| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Afficher/Cacher la colonne
Accueil >> xnews >> Tout et Rien - Nouvelles - Textes
Nouvelles : Tout et Rien
Publié par ameliemymy le 04-03-2012 22:20:00 ( 753 lectures ) Articles du même auteur



                                           Rien

   L'homme a eu pitié de moi et m' a tout de même donner un nom. Je me nomme donc rien, et pour toi je resterai rien. Ne cherche pas à m'imaginer, ne te donne pas cette peine car sache que je n'ai pas de jambes, pas de bras, pas de tête et cette tête que je n'ai pas, n'as donc ni bouche, ni nez, ni yeux et ces yeux, que je n'ai pas, ne sont donc ni bleue, ni vert, ni marron. Je n'entend pas, ne vois pas, ne sens pas ,ne goûtes pas, ne touches pas et toi de ton côté, tu ne me touches pas, ne me goûtes pas, ne me sens pas, ne me vois pas et ne m'entends pas. Je suis plus léger que l'air... plus transparent que du verre... parfois tu penses me posséder... parfois tu me manques... et parfois tu penses à moi...du moins tu essayes, quand quelqu'un te demande à quoi tu penses?... à quoi?... Non... à qui ?... à rien... je pense à rien... du moins j'essaye.
   Tu sais elle est bien triste mon histoire, je fus le premier non-être d'une terre qui n'existai pas encore, je fus le premier avant Dieu, le premier avant le big-bang et avant moi et bien... il y avait moi... J'étais absolu, mais j'étais surtout bien seul et puis un jour quelque chose est arrivé... Oh! Bien sûr je n'étais plus seul mais j'ai fini par être haïe de toi... Pourquoi traîner avec Rien quand on a quelque chose. On m'a dit plus puissant que Dieu, plus méchant que le diable et toi un jour tu a prétendu me posséder... faire de moi ta chose... Qu'est ce que tu as ?... Rien ... Qu'est ce que tu veux ? ... Rien.
   Mais puisque tu me souhaite, je serai donc pour toi l'ami détestable qui les jours où t'es yeux pleurerons la perte, restera à tes côtés pour le meilleur et pour le pire...quand on perd tout, ne reste plus que moi, ainsi plus tu perdra plus je serai présent, amicalement et dangereusement proche. Je serai pour toi l'ennemi salvateur, qui après avoir croisé ta route te laisse un goût amer et sa philosophie... Profite de la vie, fuis-moi tant que tu peux. Chasser par la nature, je m'impose dans ta vie pendant que tu angoisses à la seul pensée que j'existe et que tu tente vainement de te calmer en pensant à moi. Mais dis-moi lecteur, maintenant, à quoi tu penses ?... Je pense à toi bien sûr... du moins j'essaye.

                                             Tout

   L'homme me désirait tant qu'il fini par me donner un nom pour que, l’espace d'un instant, il est l’impression de me contrôler, il me nomma donc Tout. Je suis née de la peur qui à grandit en lui lorsque Rien est apparu et comme pour qu'il y ai l'amour, il faut qu'il y ai la haine, puisqu'il y avait Rien il fallait qu'il y est Tout. Oserais-tu penser que Tout est fini et défini ? Bien au contraire, je mettant plus loin que ta vision le permet, plus loin que le moindre de tes fantasmes et ton imagination si infini soit-elle n'égalera jamais mon envergure. Je suis l'herbe que tu effleure sous tes pieds, ce goût amer que tu portes à ta bouche, cette lumière qui brûle tes yeux, je suis dans le silence pénétrant d'une nuit d'hiver, je suis dans le parfum entêtant du printemps. Je suis le berceau de la vie, je suis la main tâchée de sang.
   L'homme en me créant m'a donner toute la puissance du monde, c'est trop, il en payera le prix. Et déjà tu la sens cette tumeur qui se propage et fini par prendre trop de place, elle est douloureuse envahissante, et tellement bien là où elle est. Sais-tu ce qu'elle est vraiment ? Sais-tu pourquoi elle se sent tellement chez elle, en toi ? Elle est le reflet de ton caprice... Je veux Tout, Tout et Tout de suite...Je suis devenu l'objet d'un désir si intense, d'une privation si cruelle, que tes pensées n'en trouve plus le repos et ce Rien que tu craignais tant, tu finis par l’espérer de toutes tes forces pour reposer ton esprit. Tu ouvres les yeux et déjà je suis là, tu les fermes et tu ne penses qu'à moi. Je suis le fil conducteur de ta vie, tu n'avance que pour m'atteindre, et tu ne vie que pour effleurer de tes mains un Tout, Tout petit bout de moi. Et puisque je serai toujours l'objet de ton idolâtrie, et puisque tu chercheras toujours à me prendre Tout entier et puisque je suis Tout le monde et Toute chose, ce n'est pas aujourd'hui que tu pourras me détruire ou m'oublier. Pauvre lecteur, à quoi veut-tu penser maintenant ?...Je veux penser à Rien... J'essaye... mais Rien ne vient.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 04-03-2012 23:18  Mis à jour: 04-03-2012 23:21
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9029
 Re: Tout et Rien
Très belle arrivée. Tu nous offres le grand tour, le grand tour qui va de "Rien" à "Tout".
C'est là tout ce que j'aime : une écriture bien formée, un bon vocabulaire et surtout ces analyses, ces détours vers la philosophie.
Réflexion et introspection, je suis d'accord.
Petites coquilles : (toutes réunies dans la même phrase) :
"que tu craignaiS tant, tu finiS par l’espéreR de touteS tes forces"

Contente de te recevoir parmi nous, je te souhaite la bienvenue et une longue route avec nous.
Tu peux profiter des forums, et aller te présenter sur "forum" -> "qui je suis"

Merci pour cette belle lecture et le partage.
emma
Posté le: 05-03-2012 22:56  Mis à jour: 06-03-2012 09:06
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1495
 Re: Tout et Rien
J'aime beaucoup le "rien", un petit côté intime dans la conversation avec le "tu sais".

Le "tout" me semble plus distant, plus descriptif.

Attention à la conjugaison : "tu ne me touches pas, ne me goûtes pas..."

Bienvenue et au plaisir de te lire !
ameliemymy
Posté le: 06-03-2012 13:44  Mis à jour: 06-03-2012 13:44
Plume de Bronze
Inscrit le: 03-03-2012
De:
Contributions: 2
 Re: Tout et Rien
Je suis vraiment désolé pour les fautes, j'ai corrigé celle que vous m'avez montré mais il en reste sans doute encore
Loriane
Posté le: 06-03-2012 14:38  Mis à jour: 06-03-2012 14:38
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9029
 Re: Tout et Rien
Ce n'est pas dramatique, vraiment.
Tu n'es pas seule à faire des fautes, et si ton écriture était parfaite tu n'aurais plus aucun progrès à faire.
Ton écriture est bonne c'est déjà beaucoup. 
J'espère te relire très vite. 
emma
Posté le: 11-03-2012 11:07  Mis à jour: 15-03-2012 19:26
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1495
 Re: Tout et Rien
Je fais moi aussi beaucoup de fautes, ce qui ne doit jamais décourager quelqu'un d' écrire si l'on a une véritable envie de s'exprimer par ce biais. Bonne continuation !
Iktomi
Posté le: 15-03-2012 18:31  Mis à jour: 15-03-2012 18:31
Modérateur
Inscrit le: 11-01-2012
De: Rivière du mât
Contributions: 684
 Re: Tout et Rien
J'aime beaucoup, mais il va falloir que je commence mon commentaire par une admonestation : il faut absolument que tu t'astreigne à une relecture très rigoureuse de tes textes avant de les poster, tu pourrais ainsi éliminer de grosses fautes qui gâchent vraiment le plaisir de la lecture.
Mais tu as glissé le mot magique dans ton texte : philosophie... pour moi lecteur il est évident que tu es très attirée par elle et que tu dévoiles des dons non moins évidents dans ce domaine.
"Tout et rien" c'est ton petit "L'envers et l'endroit" à toi : il est modeste, sans prétention, mais il est sincère et pose de vraies questions.
Bien à toi.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
43 Personne(s) en ligne (6 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 43

Plus ...