| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Micronouvelles - 5 - Nouvelles confirmées - Textes
Nouvelles confirmées : Micronouvelles - 5
Publié par Iktomi le 02-04-2013 16:42:06 ( 545 lectures ) Articles du même auteur



O garimpeiro


La canopée s’éveillait lentement, et déjà on pouvait apercevoir les monts Tumuc Humac. Lors de l’escarmouche de la veille au soir avec les militaires français, une balle avait traversé le bras gauche de Francisco.

Sebastiaõ, qui avait des notions de secourisme, avait passé la nuit à lui malaxer l’épaule en cherchant la salière, pour comprimer l’hémorragie. Mais Francisco, trop gras et très peu patient, avait fini par lui lancer à la tête un énorme taille-crayons de fantaisie reproduisant grossièrement la tête de Lula.

En se brisant au sol, l’objet s’était vidé de son contenu : la pépite d’or que les deux garimpeiros y avaient dissimulée avait roulé au sol. Comme ils n’avaient pas allumé de feu, ils l’avaient cherchée à la lueur d’un briquet. Sans succès. Ils s’apprêtaient à reprendre leurs recherches dans le jour naissant, quand le bruit lointain d’un rotor d’hélicoptère les figea sur place.

« C’est foutu, ils nous ont retrouvés », gémit Francisco, encore honteux de son geste impulsif
.
« Aide-moi plutôt à chercher cette saloperie de pépite, gronda Sebastiaõ. Avec elle, on pourra faire de la chaise longue jusqu’à nos cent ans. »

Il désigna l’amorce d’un vague layon, à peine visible dans le mur végétal qui les entourait :

« En prenant par là, dans deux heures on est au Brésil. Mais je ne partirai pas sans cet or.
»
L’hélicoptère approchait à toute vitesse. Découragé, Francisco se laissa choir lourdement au sol.

« Aïe, putain ! » hurla-t-il en sautant comme un cabri.

« Tu ne viendrais pas de t’asseoir sur la pépite, par hasard ? » ricana Sebastiaõ.

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 02-04-2013 20:33  Mis à jour: 02-04-2013 20:33
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9109
 Re: Micronouvelles - 5
P... elle devait être grosse !
Les orpailleurs sont des gens très dangereux et ils n'hésitent pas à canarder tout ce qui bouge, même un hélico ça ne leur fait pas peur.
Tu as fait fort là, tout est bien planté : le décor, l'action, les personnages et la chute.
Un beau bonsaï il y a tout mais en tout petit.
Tu m'as ramenée dans ce décor si connu.
Merci
couscous
Posté le: 03-04-2013 13:07  Mis à jour: 03-04-2013 13:07
Modérateur
Inscrit le: 21-03-2013
De: Belgique
Contributions: 3218
 Re: Micronouvelles - 5
Toujours le final percutant et drôle. Bravo.
emma
Posté le: 05-04-2013 22:01  Mis à jour: 05-04-2013 22:01
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1494
 Re: Micronouvelles - 5
J'ai aimé le cadre dépaysan dans lequel tu as planté ta nouvelle.
J'aurais aimé m'y promener encore un peu...
Micronouvelle oblige, cela me laisse comme un petit gout de pas assez en bouche !
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
65 Personne(s) en ligne (21 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 65

Plus ...