| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> "Je souffre en silence généralement" - 5 - - Poèmes - Textes
Poèmes : "Je souffre en silence généralement" - 5 -
Publié par lucinda le 02-04-2013 19:35:19 ( 526 lectures ) Articles du même auteur




Je n'ose te parler.
Je n'ose te regarder.
C'est comme si rien ne s'était passé,
Comme si nous étions l'un pour l'autre des étrangers.

Notre complicité a disparu,
Elle n'existe plus,
Comme si elle n'avait jamais exister,
Comme si j'avais tout inventer.

A la seconde où tu n'avais plus besoin de moi,
Que tu n'avais plus besoin de mon épaule pour pleurer,
Tu n'as plus jamais fait parlé de toi.

Est-ce écrit ainsi?
Dois-je vraiment faire un trait sur toi
Car tu as trouvé la femme de ta vie?

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Terra
Posté le: 04-04-2013 00:18  Mis à jour: 04-04-2013 00:18
Plume d'Or
Inscrit le: 19-02-2012
De: Snake eye
Contributions: 370
 Re: "Je souffre en silence généralement" - 5 -
C'est un poème bien triste que nous avons là, j'espère que tout finira bien.

Terra, yé pleure incore min yamour !
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
38 Personne(s) en ligne (11 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 38

Plus ...