| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> coeur de mère - Poèmes - Textes
Poèmes : coeur de mère
Publié par marine69 le 04-05-2013 14:19:39 ( 894 lectures ) Articles du même auteur



Par amour, un jour, elle est partie
Vivre en terre étrangère
Par delà les mers
Par peur, un jour, elle s’est enfuie
Dans le premier avion en partance
Direction la terre de France
La colombe a quitté le nid
Mis ses petits à l’abri
Loin de cet homme maudit
Accusée d’enlèvement à tort
Pour avoir échapper à la mort
Les gendarmes sont venus à deux
Arrachée à cette mère la prunelle de ses yeux
Emportant avec eux les enfants déchirés
Laissant sur le seuil une maman effondrée

Le droit international
Se moque du sentimental
Ils ont pris ses enfants
Sa chair, son sang
Sa vie, qui n’a plus d’importance
Sans son droit à la "maternance"

De sa fuite pourtant vitale
Il en a fait son arme fatale
Déployant puissance et gloire
Si facile contre ce cœur de mère
En désespérance et solitaire
Qui, pourtant, maintenant ose
Défendre enfin sa cause
Faire jaillir du volcan
Les feux de l’enfer
Ne plus jamais se taire
Même s’il faut craindre le bagne
En soulevant les montagnes
Pour l’amour de ses enfants

Le droit international
Se moque du sentimental
Ils ont pris ses enfants
Sa chair, son sang
Sa vie, qui n’a plus d’importance
Sans son droit à la "maternance"

Une mère courage se bat
Dans notre monde, ici bas
Seule, contre l’injustice
Elle espère enfin une justice
Les yeux levés vers le ciel
Un ange déchu, brisé
Implore Dieu et tous ses saints
Pour lutter contre le malin
Ce macho vexé dans sa virilité
Qui par orgueil s’est emparé
Des petits trésors qu’il a engendré
Et qu’il s’octroie par rancœur
Pour leur mère en pleurs

Le droit international
Se moque du sentimental
Ils ont pris ses enfants
Sa chair, son sang
Sa vie, qui n’a plus d’importance
Sans son droit à la "maternance"

Un cœur de mère, aujourd’hui, saigne
Pour ses amours en dehors des frontières
Il lui faut devenir guerrière
Se battre à tout prix avec haine
Et jusqu’au bout des ongles
Contre un délit qu’elle n’a pas commis
Voir la vie sous un autre angle
Celui de l’espoir
De serrer un soir
Ses enfants dans ses bras
Coupable, certes, elle l’est
Coupable, oui, mais d’aimer

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Iktomi
Posté le: 04-05-2013 17:54  Mis à jour: 04-05-2013 17:54
Modérateur
Inscrit le: 11-01-2012
De: Rivière du mât
Contributions: 682
 Re: coeur de mère
C'est touchant sans pathos, donc très juste, mais je m'interroge sur la forme choisie.
Loriane
Posté le: 08-05-2013 15:57  Mis à jour: 08-05-2013 15:57
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9428
 Re: coeur de mère
Dur ! c'est très dur parceque ce n'est pas vraiment un fiction.
Ce chant triste m'émeut et me rappelle des souffrances insupportables.
Citation :
Le droit international
Se moque du sentimental
Ils ont pris ses enfants
Sa chair, son sang
Sa vie, qui n’a plus d’importance
Sans son droit à la "maternance"

Comment partager les enfants ?
Quel déchirement.
Merci
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
43 Personne(s) en ligne (16 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 43

Plus ...