| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> La justice me blesse - Poèmes - Textes
Poèmes : La justice me blesse
Publié par modepoete le 14-03-2012 11:10:00 ( 797 lectures ) Articles du même auteur



La justice rigoriste me blesse sans cesse
Et le glaive pourfendeur se lève, se balance
Assassin quotidien de mes rêves de messes
Où le doute innocent reste mon fer de lance

Droit sans couleur, sans âme, sans vif argent
Au but de rechercher le meilleur à défendre
Avant de punir en bête féroce le sain innocent
Elle l’attend justifiée proie du jugement à entendre

L’usuel agneau caractériel sera terrassé
Par les meutes de loups trop bien nourris
De ces os que l’on thésaurise à souhait
Le pauvre! Bien trop maigre pour sa survie

Mais ne vous y trompez pas, regardez celui ci
Il est gras, riche et sais se faire pour vrai surprendre
Il a volé en comité son voisin, fait connu sans souci
Mais les loups l’ont reconnu, un des leurs, ce trop tendre

Alors la meute a réagi, lui priant de revendiquer…
Il reviendra en appel, mais tout doit continuer
On paiera pour lui les outrages, c’est la nouveauté
Et le grand chef de meute le sauvera du pénitencier

Piètre agneau, tu n’es pas né de la bonne espèce
Pour toi le droit n’est pas droit, tu expieras innocent
Mais consoles- toi, la meute des loups là te dépèce
Dans tes rêves, après les avoir cru loyaux au prétoire.

Tu verras les corbeaux et les grandes dents s’échanger
Les bons morceaux fait d’or, rebus de ta mort annoncée
Et là haut perchés il y a un trio qui veillent une part encore
Ton sort n’est leur affaire mais bien une comédie à jouer
Au grand théâtre de la place à la justice entrée toujours payante
☼ƑƇ

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 14-03-2012 12:48  Mis à jour: 14-03-2012 12:48
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9150
 Re: La justice me blesse
Sujet qui touche .
L'injustice !! quoi de plus insupportable.
Sur l'écriture, certains de tes vers me désarçonnent toujours.
L'image des loups trop bien nourris " est très très connue.
Merci
emma
Posté le: 19-03-2012 20:44  Mis à jour: 19-03-2012 20:44
Modérateur
Inscrit le: 02-02-2012
De: Paris
Contributions: 1494
 Re: La justice me blesse
Hello !

La première strophe me parait inspirée. Pour le reste... Heu... Je reste un peu mitigée...
Iktomi
Posté le: 22-03-2012 15:55  Mis à jour: 22-03-2012 15:55
Modérateur
Inscrit le: 11-01-2012
De: Rivière du mât
Contributions: 682
 Re: La justice me blesse
Même si le propos est louable, l'intention excellente, et la sincérité hors de doute, tout cela me laisse un peu dubitatif.

On ne sait que trop que les bons sentiments ne concourent pas toujours forcément à faire de la bonne littérature.

L'ensemble n'est pas très fluide à lire, et la dernière strophe m'a parue singulièrement obscure et bancale.

Cela ira mieux la prochaine fois, je n'en doute pas, mais là... ça le fait vraiment pas ! Dommage.

Bien à toi.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
68 Personne(s) en ligne (17 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 68

Plus ...