| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Ils jouent à pile ou face Aicha - Poèmes - Textes
Poèmes : Ils jouent à pile ou face Aicha
Publié par modepoete le 27-05-2013 12:28:53 ( 592 lectures ) Articles du même auteur



A ne venger le mort
Protégez le vivant
Lui seul est dans le décor
A pleurer la vie des pensants

Ils pensent à leur liberté
Celle de pouvoir vivre
Dans un monde de charité
Où on les laissera survivre

Pourquoi border leur lit de plomb
Dans le fer de vos bombes
Ont-ils eu un jour aplomb
D’innocence à parjurer vos ombres

Combien de temps sera
Ce défi qui nargue le destin
Ils jouent à pile ou face, Aïcha!
Avec la vertu de ton esprit sain

Le grand trou béant soudain emporte ton âme
Dans le silence qui égrène sa messe
Ton enfant ne comprend que s’enflamme
Son désespoir : Demain il ne fleurera plus tes caresses

Là-bas tout là -bas l’opulence se gave
Dans les châteaux dorés, de tous vos pleurs
Ceux qui se déversent comme viscères qu’on déprave
Quand elle dépose là , avide son orgueil dévastateur

Les autres, tous les autres où sont-ils
Ceux qui grognent pour le compte d’intérêt
L’argent de leur crédo sans trace de vertu utile
Est-il offrande, pour dévaluer leur responsabilité

Les canons sont les leurs, certes pas les tireurs
Et leurs bombes qui dévastent la vie des innocents
Sculptent leur nécropole au fond de leur malheur
Les obus portent en eux l’empreinte de l’intéressement

Aïcha vous supplie : Ne laissez plus mourir mes enfants
Ils sont ceux d’un demain du nouvel avenir
Laissez-les connaitre la paix dans leur cœur mendiant
Elle vous prie : Investissez dans l’amour chaque jour
Pour léguer ce noble héritage en leurs sages désirs
☼ƑƇ

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
36 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 36

Plus ...