| A + A -
Connexion     
 + Créer un compte ?
Rejoignez notre cercle de poetes et d'auteurs anonymes. Lisez ou publiez en ligne
Accueil >> xnews >> Emotions exacerbées : - Poèmes confirmés - Textes
Poèmes confirmés : Emotions exacerbées :
Publié par dominic913 le 30-06-2013 12:41:44 ( 673 lectures ) Articles du même auteur
Poèmes confirmés



Comment expliquer à la jeune femme pour laquelle son âme s’est très loin aventurée, à quel point elle vous fait vibrer de bonheur ? Comment lui avouer les mille sentiments qui vous submergent, à chaque fois que vous lui ouvrez son cœur ? Comment lui décrire les flots d'émotions qui vous submergent, à chaque fois que son regard se tourne dans votre direction. Comment lui faire comprendre que chaque mot qu'elle prononce a toute votre attention ? Comment lui déclarer que chaque courbe de son corps me laisse émerveillé ? Comment lui dire, après l'avoir entièrement dénudé, que caresser sa peau veloutée est un enchantement justifié ? Comment lui révéler que chaque nuit que vous passez dans ses bras est un instant d'Eternité ? Comment lui décrire cette extase enchantée qui nous emporte tous deux lorsque je chemine au sein de ce qui symbolise son absolue féminité ?
Je ne suis pas un Apollon, je le sais. Mes avantages ne se discernent jamais au premier abord, c'est un fait. Il faut creuser au sein de cette personnalité riche et complexe qui est la mienne, afin de découvrir ce qui donne un sens à mon existence. Car, de l'Archéologie à l'Astronomie, des Sciences de l'Information à celles de l'Informatique, de la Philosophie à l'Esotérisme, de la Littérature au Cinéma, j'ai arpenté en tous sens les multiples voies de la Connaissance. J'ai parcouru le monde, en quête de celle dont je suis aujourd'hui épris. Du Maroc à la Russie, de l'Italie au Brésil, de l'Angleterre à la Chine, j'ai vainement cherché mon Adorée, c'est quelque chose d'acquis. Et aujourd'hui que je sais qui elle est, que j'ai eu la joie et le privilège de la contempler, je ne peux plus l'oublier de toute ma vie.
Alors oui, je suis prêt à ignorer toutes les souffrances que j'ai déjà enduré, juste pour avoir le droit de l'aimer. Oui, je suis capable de m'infliger mille tourments intérieurs, afin de l'honorer et de la vénérer. Puisque sa beauté m'a tant de fois ensorcelée, pourquoi n'aurai-je pas le droit de la révérer ? Puisqu'elle a su me charmer, pourquoi n'aurai-je pas le droit de lui élever des Temples aux toits argentés ? Puisqu'elle a su me capturer, pourquoi n'aurai-je pas le droit de lui dédier ces vers enfiévrés. J'ai si souvent pleuré parce que je pensais que Cupidon m'avait oublié, que je ne peux que multiplier mes égards à celle qui m'a ressuscité. Et je n'aurai de cesse que de répéter à quel point elle est, pour moi, ce qu'il y a de plus précieux, de plus absolu, au sein de ce monde si imparfait...
Dominique

Article précédent Article suivant Imprimer Transmettre cet article à un(e) ami(e) Générer un PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Loriane
Posté le: 07-07-2013 22:45  Mis à jour: 07-07-2013 22:45
Administrateur
Inscrit le: 14-12-2011
De: Montpellier
Contributions: 9084
 Re: Emotions exacerbées :
Décidément, que j'aime lire tes belles envolées lyriques !

Citation :
pourquoi n'aurai-je pas le droit de lui élever des Temples aux toits argentés ?

Quel beau désir, à une époque de froide technique bien raisonnable et aux infinis calculs mesquins.
Merci pour le rêve.
Mes préférences



Par une aquarelle de Tchano

Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui bat d'une aile à dessiner
Qui bat d'une aile à rédiger
Par une aquarelle de Folon
Il vole à moi un vieux cahier
Qui dit les mots d'anciens poètes
Les couleurs d'une boîte à crayons
Il souffle des mots à l'estrade
Où il évente un émoi rose
A bord de ce cahier volant
Les animaux font des discours
Et les mystères vous font la cour
A bord de ce cahier volant
Un âne triste monte au ciel
Un enfant soldat dort la paix
Un enfant poète baille à l'ourse
A bord de ce cahier volant
Vénus éteint la douce brune
Lune et clocher vont bilboquer
L'eau le soleil sont des amants
Les cages aux oiseux sont ouvertes
Les statues font des farandoles
A bord de ce cahier volant
L'hiver soupire le temps passé
La porte est une enluminure
Les croisées des lanternes magiques
Le plafond une aurore polaire
A bord de ce cahier volant
L'enfance revient pousser le temps.
.

Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Partenaires
Sont en ligne
35 Personne(s) en ligne (11 Personne(s) connectée(s) sur Textes)

Utilisateur(s): 0
Invité(s): 35

Plus ...